mardi 28 mai 2019

Fleetwood Mac 1982



Jamais une pochette n'aura autant parlé. Au verso y'a Mick et John le regard dubitatif un peu débités, comme pour dire « eh Tusk ouaih d'accord un chef d’œuvre total sous toutes les formes, un truc de dingue que même nous on a aimé.. mais les ventes c'est pas ça, pas de place en haut des charts pour le disque de l'histoire qui a bouffé une quantité record de morlingue.. et la coke, les hôtels de luxe, c'est qui qui va les payer ?? »

Mike est accusé de dilapider, c'est lui qui gère la vie du groupe. Les très fortes personnalités sont affublées chacune d'un avocat, en 1981, tout le monde part dans son coin. Presque un an de silence radio pour tout le monde. « The Visitor » Mick, « Law and Order » Lindsey et « Bella Donna » Stevie, les trois projets soli sortent la même année. Stevie Nicks « the reigning queen of rock n roll » monte et dépasse la notoriété du groupe fatigué qui devient très hétérogène... pourtant, « Mirage » qui sort en 1982 paraît d'une cohérence totale. Tout le monde se retrouve au château d'Hérouville, comme si de rien n'était. Vous avez tort de ne pas aimer cet album... il est au beau mitan de deux monstres historiques et opposés de la discographie du groupe "Tusk" et "Tango..", comme pour reprendre un souffle, une respiration.

N’empêche les gars derrière, les deux british fondateurs font la gueule, bien sapés, à attendre que les problèmes se tassent, que Lindsey arrête de mater Christine qui lui tient le paquet (en couple et en rupture avec Dennis Wilson..ça va John??) tout en dansant avec son plus bel amour Stevie, qui s'accroche, comme pour le garder en lâchant une petite merveille qui date des sessions 1973 Lindsey/Stevie, « That 's Alright ». Moi cette chanson que je viens d'écouter 83 fois pour ce billet là, me rend heureux, joyeux de trouver tout le monde beau. La version alternative en bonus est à pleurer.
Lindsey se dépatouille et danse avec les Fleetwoodesses. Pourtant on lui demande de se recadrer, de la faire collectif, après l’exubérance de Tusk, le budget est illimité, les jeux recentrés, la pop conventionnelle, le château grand ouvert. Pourtant les mecs derrière ils font la gueule et je sais pas pourquoi vous n'aimez pas ce disque. Stevie se détache doucement de la danse, c'est elle sur « Mirage » qui tire son épingle du jeu.

Je finis à la longue, depuis 2016 par préférer les outlakes et toutes les early versions. « Empire sate » décortiqué, le génie de Lindsey qui fera son Orbison sur « Oh Diane ».. et puis les inédits fantastiques « If you were my love », « Put a candle in the window », « Cool water » « Goodbye angel »le ravageur « Smile at you » de Stevie, sans compter le troublant « Make me a mask » de Lindsey présent sur la quadruple compile « 25 years The Chain »....

Jamais une pochette n'aura autant parlé, moi à sa sortie, et bien longtemps après, je me suis payé la cassette, avec dedans la petite jacket sans les deux derrière qui font la gueule. J'adore ce disque.

Fleetwood Mac 1982 « Mirage »




3 commentaires:

Chris a dit…

Comme je ne connaissais pas à l'époque, j'ai finalement bien aimé tout ce que j'ai découvert d'eux, dont beaucoup grâce à toi... et avec le recul c'est toujours interessant de voir ce que certains albums donnent...😉

charlu a dit…

J'ai beau reculer, je persiste.. tte période confondue, je suis accroc aux pingouins. Carrières soli inclues.

Chris a dit…

Bon je peux même pas te répondre sur mon blog... donc c'est toujours Blogspot, tu peux changer la présentation dans les thèmes que tu as dans le menu sur la gauche et ça se fait tout seul...
J'ai écouté le Belin tardivement et j'ai bien aimé mais je préfère O 😄