lundi 24 janvier 2011

Terry Callier / Duncan Browne .... Nick Drake




Autre aparté, autre chaise, le royaume uni cette fois-ci, Duncan Browne. « Give me take you » est sur toutes les lèvres, mais c'est son opus de 1971 qui me chipe un peu de temps en cette fin de journée hivernale humide. On pourrait appeler cela « à la recherche de Nick Drake ». La poésie est la même, le jeu de guitare, le vague à l'âme, juste la voix un poil plus haut perchée. Quelle époque, quel folk, quel artiste disparu très tôt lui aussi. Petite mélancolie classique pop britannique tellement
profonde, tellement rare. « Cast no shadow » le point culminant coincé entre Drake donc et Chris DeBurg.

Un autre disque qui appelle à Nick Drake, même époque, totalement à l'opposé du timbre vocal de D.Browne et de sa culture, mais la même façon d'aborder le folk dans sa plus belle quintessence. « Dancing girl » sur l'album « What Color is Love » 1972 fracasse toutes les rotules. Il débute sur la même poésie lacrymale que « magic » ou « river man ». Puis l'orchestre fait son apparition au bout de quatre minutes...et c'est Axelrod qui est convoqué pour enflammer ce folk bouleversant. Terry Callier devant l'insuccès de son travail est retourné à l'informatique, son métier officiel avant d'être à nouveau sollicité dans les années 80.

Duncan Browne 1971 "Duancan browne"
Terry Callier 1972 "what color is love"
Nick Drake 2004 "Made to love magic"



5 commentaires:

Francky 01 a dit…

"..La recherche de Nick Drake..." !!
Ce pourrait être un très bon titre de livre. Quel parcours intense mais fulgurant il a eu, étoile filante du folk !!!
As-tu lu la BD "Rock Strips" ??? En plus de toutes les excellentes autres histoires (à chaque fois un auteur différent par artiste), Vincent Vanoli a magnifiquement imaginé celle sur Nick drake, très poétique, onirique et mystique !!!

Terry Callier, je connais peu.
Quand à Duncane Browne, pas du tout. J'aime bien ces chroniques que tu écris sur plusieurs artistes/albums sur un même papier. Les liens de certains sont très pertinents. Et parfois de mettre en parallèle plusieurs disques permet de les voir différemment ! Bravo !!!

A + +

charlu a dit…

Non je ne connais pas "Rock Strips"..je ne connais pas le monde de la BD d'ailleurs.
Merci mille fois, ça me touche ton message. Moi aussi j'adore aller chercher ailleurs, fouiller dans les arborscences musicales. La chronologie peut aider à trouver qui influence l'autre sans en être sûr (Nick Drake est une influence évidente), mais qu'importe, tous planent, s'entrecroisent, sont toujours là, et l'arbre discographique n'arrète pas de grandir.

Merci beaucoup Francky

Anonyme a dit…

"Rock Strips" est une formidable BD (que je te conseille vivement) où le journaliste Vincent Brunner a invité une 20ème d'auteur à créer en 2/3 planches leur vision d'un artiste ou groupe. La couverture est une parodie de celle de Robert Crumb pour le mythique disque de Big Brother And The Holding Company & Janis Joplin.

Au sommaire : Sex Pistols, Radiohead, ACDC, Nick Drake, Joy Division/New Order, Bowie, Iggy Pop, Pixies, etc...Et toutes ces histoires sont en noir & blanc, souvent très oniriques et décalés. C'est à chaque fois la vision du dessinateur sur l'artiste ou le groupe.
Ce livre sorti en 2009 (n°4 de mon top BD 09) à un blog : http://www.rockstrips.com/
Moins à jour maintenant mais des infos sur tous les auteurs de cette ouvrage collectif !!!!

A + Francky 01

Anonyme a dit…

Puisqu'on parle de "What color is love", il n'y a que moi qui trouve que 'I might be Wrong" de Radiohead a un petit air de "You're Goin' Miss Your Candyman"

charlu a dit…

Whoahhh, bien vu, je révise les deux morceaux en te lisant, j'accole et je fais coincider. Bien joué..effectivement il y a qq chose.le jeu de guitare, la ligne de basse, même séverité...on pourrait intervertir les voix pour voir, un mix ??... tu n'es plus le seul Johan, merci pour ce tuyau, et surtout de venir parler de ce disque très très caché (une perle 72)..
à bientot.