dimanche 9 janvier 2011

Heligoland / AubeL / Chloë & the Lonesome Cowboy

La récompense quand on diffuse quelques mots sur la musique qui nous tient à cœur c'est les retours, les témoignages d'artistes en tout genre, ceux qui font la musique, les auteurs eux même. Je veux donc commencer l'année par trois entités artistiques indépendantes qui se baladent sur les ondes et viennent yeuter chez moi à l'occasion, sur nos ondes de la toile musicale. Je prends bien volontiers les liens offerts, qu'ils soient à téléchargement, au streaming, ou à l'envoi physique du cd qui m'enchante (oui il faut que je touche), j'écoute et je remercie sincèrement.
Le point commun de ses trois artistes prometteurs c'est l'extraordinaire voix qui transporte les compositions.

Chloe and the lonesome cowboy

Moriarty lançait sa voix en pâture aux cordes acoustiques qui l'entouraient, Chloë, dans une même absence d'électricité instrumentale jette son gosier à son cowboy guitariste qui épouse à merveille.
« Right at the Sun » est le premier mini-album complètement auto-produit et divulgué par l'intermédiaire des ondes internet..complètement pas distribué ici dans nos contrées.
Faire table rase du passé artistique tout en gardant l'envie de repartir à zéro, une polyvalence musicale sans conteste et une intimité qu'ils partagent sur scène (grosse actualité à suivre). Guettons du côté de Bruxelles cette révélation qui gronde, avoir l'espoir de voir surgir un album histoire de concrétiser cette entrée fracassante dans la pop de qualité.
Très belle chronique chez Saab ici...un blog riche de découvertes à visiter.

Chloë & The Lonesome Cowboy : 2010 «right at the sun »
www.myspace.com/chloeandthelonesomecowboy
http://vi.be/chloeandthelonesomecowboy





Heligoland.

Dans la vielle langue germanique, « heligoland » veut dire « terre sacrée ». Il suffit de se laisser porter par les guitares claires pour deviner la couleur des matins frais planant au dessus de contrées vierges, car ce disque est loin d'être crépusculaire, il est matinal, une envolée lumineuse sous de grands vents frais. La voix haute, tremblante, puissante et délicate de Karen est au centre de tout comme un hymne à ce vaste paysage.
Ce quatuor australien résident à Paris depuis 2007 a déjà joué avec The Zephyrs sur scène, et ce n'est pas un hasard, les mêmes nappes d'éther soulèvent les arpèges d'une guitare qui sonne comme Piano Magic. Une vague idée lointaine d'un post rock progressif rappelant quelques plages de Porcupine Tree dans ses phases les plus douces et Song of Green Pheasant.
Le tout est produit par Robin Guthrie, un premier album pastoral aux références déjà gonflées à bloc et on ressort de ce voyage féérique complètement engourdi de délicatesse, étourdi d'oxygène et de fraicheur. La chronique multi-média ici.

Heligoland 2010 « all your ships are whisle » label : commission45
http://www.heligoland.org/
www.myspace.com/heligoland
http://www.heligoland.bandcamp.com/


AubeL

Autre perfection vocale, celle de Aube, mais sur les ailes de Godspeed You Black Emperor cette fois-ci. L'organe pulse dans des vrombissements plaquant un post rock proche d'Acétate Zéro. Tantôt explosive sur des nappes de guitares saturées, tantôt sombre grave et belle distillant des balades gothico-folk ambiante (« song for your silence ») rappelant ici Thalia Zedek, Elizabeth Vajavic là, tout cet univers unique bien à elle pourrait faire une halte du côté de chez Constellation pour communier.
Perso, puisque « la musique est écrite par et pour l'être humain », je dévide toute mon ressentiment sur « fade into the moon » comme un flamenco sombre et poétique que Dominique A pourrait entonner...un sommet, un recueillement. Quant à « I don't care », je rends les armes et pose l'autre genou à terre...une vitrine fidèle de son univers, une bouleversante mise en bouche pour effleurer en chair de poule lacrymale l'univers d'AubeL.
AubeL 2010 "souls to the wind"


La chronique multi-média ici.


Chloë, Karen et Aube... trois entités vocales pour une même idée, revendiquer la musique qui les habille chacune dans des paysages différents sur des terres sacrées quelles soient arides, électriques, pures ou tempérées.

2 commentaires:

Carl Poulin a dit…

Au sujet d'Heligoland... belle découverte, merci!
J'ai d'abord cru à un nouvel album du projet de Tim Friese-Greene (ex-Talk Talk) qui porte le même nom, Heligoland...

charlu a dit…

Hello Carl..non pas de nouvelle de talk talk ( unvieux fantasme que d'imaginer un nouveau Mark Hollis !! )du côté de Friese-green. Pas facile de trouver Heligoland sur les moteurs de recherche..on tombe abondamment sur Massive Attack et leur dernier disc très moyen (carrément mauvais même).
Ceci dit l'Heligoland d'ici vaut le détour, le bivouac sur les vastes terres planantes du post-rock romantico poétique.

Heureux d'avoir de tes nouvelles Carl.
BYE
Charlu