lundi 4 juillet 2011

Henryspenncer




Un certains psychédélisme floydien dévore calmement la musique de Valentin Féron alias Henryspenncer. Le son est spacieux et le hard prends ses marques sous d'épaisses couches de drumbeats. Grails n'est pas loin non plus. Rock prog, post rock, encore un disque qui brûle. Ciel apocalyptique, la lave semble directement dégouliner des rouge de mars. Comme ravagé par un désert goth où le vent est synthétique, « To the timeless valley », totalement instrumental, offre à la fois le fer rougi, et le grand espace d'une musique surdimensionnée.

Henryspenncer 2011 « To the timeless valley » label : bookmaker
www.bookmakerrecords.com
www.myspace.com/henryspenncer/blog

échelle de richter : 7,5
support cd
après 1 écoute

quand on aime : pink floyd, grails...

2 commentaires:

charlu a dit…

A fond bordel..là pour le coup c'est moi qui bave, comme une bète.. une perfection et une simplicité qui fouette... c'est carrément dégueux.... Schlack aussi.

Francky 01 a dit…

"..psychédélisme floydien, épaisses couches de drumbeats, Rock prog, post rock......"
Ce "To the timeless valley" de Henryspenncer possède pas mald'atouts pour me séduire !!
Est-ce du Post rock à la Thee Silver Mont Zion (leurs morceaux à rallonge, tout en évolution, monter, descente sont un peu prog', Post rock prog') ???

La pochette tout de rouge, très épurée est superbe.