jeudi 9 juin 2011

For heaven's sake




Acidité celtique, blues gothique, post rock psychédélique, exotisme halluciné, introspection cellulaire, « Paha Sapa / Mako Sika », le deuxième album de Guillaume Nicolas, alias For heaven's sake, flotte à travers des incendies lentes ravageant un paysage d'eau.
Des vents solaires de Six organs of admittances dansent sur « ya hayyou, ya » dans la langue d'ici.


Quelques flutes habitées envoutent et nous transportent sur les côtes, des rivages gris du nord, pas loin des contrées brûlées de Lal lal lal records et des autres scandinaves Fonal. Ça ondule, puis se calme comme sur le final hispanisant de Oh well!. On part alors sur des folks Morricone.. « poison ivy » en serpent de fumée invite.

« DC-9 » embrase, et le jig acide et infernal s'échoue sur un rythme lourd de hard gothique anesthésié. Véritable naufrage sous les flammes.

Du blues plombé pleure un slide clair et nous donne de la hauteur. « zot u raspi ashem » s'étire superbement.

Si le celtique est une lande qui dégouline de la Scandinavie aux côtes africaines, « alba ayamule » a le goût du sel arabique, des cordes, des djembés, la mer se déchaine, les falaises sont en feu, le minaret hurle.

Les accords pleuvent, les guitares se branchent et « blint elshalabia » entonne un tube « sombres héros de la mer » qui devrait attirer l'ensemble vers une visibilité méritée.

Bouleversante et indolente épilogue aux accords secs d'un banjo délicat, « dolente C » achève le voyage en douce complainte folk. Le disque s'écoute jusqu'à la dernière note.


A fouler les rivages de ma rivière, For heaven's sake dans le casque, j'ai vu l'espace d'une hallucination douce et acide, mon village prendre feu, juste histoire de le napper de vapeurs incendiaires. Moi qui n'aspire qu'à la quiétude du débit, j'ai brulé mes ocres et mes cobalts pour un embrassement merveilleux directement inspiré de cette belle surprise « Paha sapa / Mako sika ».

Merci Guillaume, tu as enflammé mon huile.


For heaven's sake 2011 "Paha sapa / mako sika" label : autoproduit



échelle de richter : 8

support mp3

après 3 écoutes

4 commentaires:

Francky 01 a dit…

Hello.
Je ne connais pas Guillaume Nicolas, alias For Heaven's Sake.
"...Acidité celtique, blues gothique, post rock psychédélique, exotisme halluciné, introspection cellulaire, Six organs of admittances...." Avec de telles qualificatifs et références, tu ne peux qu'attiser mon énorme curiosité.
Cet album, "Paha sapa / mako sika", à l'air énormissime, totalement habité et hanté des spectres de génies maudits.

Et ton tableau.....quelle puissance !! Cette vision hallucinée et incendiaire de ton village est époustouflante. Ayant rapidos écouté des extraits de ce disque, je comprend qu'il t'ait inspiré ceci !!!! BRAVO.....

A + +

charlu a dit…

Ohhh fRANCKY? c'est trop, je sais plus où me mettre, d'autant plus que je viens de recevoir un mail touchant de Guillaume... je passe ma vie à puiser l'inspiration dans la musique, ou plutot les disques, ce que j'écoute. Des trajets, de la musique et des idées d'huiles.
Merci mille fois.

A+++++++++++++

Blake a dit…

Francky a raison : tableau étonnant et flamboyant. Tu en as sous la palette...
Entre le boulot, la musique, le blog, la peinture (et le VTT!) où Charlu trouve-t-il le temps de dormir ? :-)

Amitiés

charlu a dit…

Merci Blake... le tableau est en face de moi et le sombre fait de lui un nuancier guidé par la lumière du jour. Il est complètement différent la nuit, le jour, le soleil qui rentre ...ça c'est un peu la surprise, je m'attendais pas à ça..le sombre et le cramoisi d'alizarine absorbent énormément.
Pour le reste Blake, tu connais mon secret le vtt pour les décisions, le trajet ferroviaire quotidien pour la chronique et la nuit pour peindre. Pour le sommeil c'est une catastrophe.
Heureux de te retrouver sur les ondes en tout cas