jeudi 29 novembre 2018

Feist 2007



Ce n'est pas avec ce disque là que Feist est entrée dans ma danse. C'est pourtant celui-ci qui me reste sur l'échine ces temps-ci. La réédition sûrement y est pour quelque chose, ou pas, aussi « The Reminder » revigore mes soirées.

Il y avait un collectif à l'origine, Broken Social Scene avec les tuiles Arts & Crafts canadiennes. « The Reminder » vient après un démarrage tonitruant, « Let it Die » en 2004, album parfait, la crème à se pavaner, et je m'y suis vautré volontiers.
Juste après le rose magnifique de « Pleasure » en 2017, la réédition de ce deuxième opus plus de dix ans auparavant resplendit dans son petit jazz pop et sa grande ballade luxuriante tout en gardant l'idée du groove virtuose sans pour autant ravager les plate-formes à ravager.

Il fait nuit depuis belle lurette, je me suis mis bien avec un bel album de Feist, son deuxième, un luxe resplendissant.

Feist 2007 « Reminder » label : arts & Crats



5 commentaires:

Francky 01 a dit…

C'est vrai qu'il est magnifique cet album de Feist, gros succès à l'époque avec notamment "My moon,my man" et son excellent clip !!
Mais pour moi, son meilleur est celui de l'an passé "Pleasure"....et sa pochette à la beauté plastique inouïe.
Merci pour tes derniers envois.
A +

charlu a dit…

Merci Franky.. "Pleasure" fut un grand retour vers elle, un disque excitant totalement libre.. par contre je ne suis pas sûr qu'il ait eu autant de retour que "Let it die" par exemple.
Arts & Crafts avaient une fidélité ds le design pochette .. je te dis ça à toi.. l'expert ;D

Chris a dit…

Ah oui "My moon, my man " j'aime beaucoup ! Faudrait que je réécoute l'album...je me souviens surtout de titres de ci de là mais pas de l'ensemble...

Alexandre G a dit…

Faut que je l'écoute celui là ! C'est celui avec Gonzales c'est ça ?
Je connais bien "Limit to your love" par sa reprise par James Blake. Si tu ne connais pas Charlu je t'en conseille l'écoute, et si tu accroches écoute l'album "James Blake" dont elle est issue, et de là t'as toute une disco (3 disques quelques EP) de pop-soul électronique a dévorer

charlu a dit…

Oui je connais James Blake .. surtout le 1er 2011, je me souviens d'un truc profond, terriblement beau, avec une mélancolie poisseuse extraordinaire. J'ai un peu moins suivi après.