dimanche 5 mai 2013

Svarte Greiner



Svarte Greiner dessine des alcôves ténébreuses d'introspections cauchemardesques dans la plus douce des expérimentations acoustiques. Des boucles, des cycles, des cordes de contrebasse en battement de bradycardie.
Jack est allongé sur le sol le ventre vide. Combien de neurones j'ai perdu cette nuit ? Ça tangue, comme cette pleine mer « Black tie ». Le son embarque le cerveau groggy dans une traversée océanique tumultueuse. Des creux de quinze mètres, comme chacun de mes pas. « Black tie » est une chevauchée houleuse sur mon vieux bateau écaillé, pourvu que la coque tienne. « White noise » est le naufrage. Quelle profondeur.
Deux tètes sans visages regardent dans la même direction que moi, l'horizon assombri. Où suis-je, pourquoi ne se retournent-ils pas. Je m'enfonce dans les abysses visqueux et je ne vois que des chevelures. Donnez moi les yeux, regardez-moi.

La chaleur du soleil de mai transperce la fraîcheur des arbres qui se coiffent de vert tendre. Des mondes s'entrecroisent, se rejoignent. J'écoute au casque Svarte Greiner en feuilletant le superbe « Any day now » sur la période londonienne de Bowie. J'écoute « Black tie, White noise » de Greiner, y'a t-il un rapport, est ce juste une coïncidence ? Je flotte à la dérive. Jack est allongé par terre le ventre vide.

Svarte Greiner 2013 « Black tie » label : miasmah
http://www.miasmah.com/eks/
https://soundcloud.com/#miasmah/svarte-greiner-black-tie




2 commentaires:

orfeenix a dit…

Quelle ambiance, là on a dépassé la limite autorisée! Mais je te pardonne,tu évoques David Bowie..Il peint des ruines, il écrit des textes nostalgiques, il écoute des musiques déprimantes, tu ne serais pas un poète maudit par hasard?

charlu a dit…

Bah nan .. j'chu fonctionnaire à la ville de Paris :D

c'est p'tète pour ça....