dimanche 12 mai 2013

Supertramp 74



Au secours, mon portable préhistorique vieux de quatre ans à peine vient de me lâcher. J'ai pas fait des études de communication en portable, la dame que je suis obligé d'aller voir va encore me figer.

 
Helppp !! .. elle est au comptoir, l'uniforme aux aguets et me parle bizarre, comme je le craignais, l'impression de revenir d'un long voyage où la barrière du langage est un dépaysement. Mais là, je ne comprends rien, merde, elle rigole pas en plus, c'est quoi votre prénom ?? Rudy ??..y'a pas un traducteur dans la file d'attente de badauds qui me scrutent comme on assiste à un fait divers.
J'ai faim, je comprends rien, j'ai soif et je sais pas... « roaming ».. ?? pouarff !! on peut mettre des disques dedans ??!! Oh !! impeccable ..mais plus que dans ma pochette 24 CD que je trimbale partout ?? mais c'est cool ça, comment on fait ?? arrff ça recommence, elle me dit des choses bizarre. Blue touffe ??!! de quoi, SDK ..ouh là..puis des photos en hyper qualité.. bizarre en plus elle à la voix de la schtroumpfette. C'est quoi ce plan.. une soirée dans l'hôtel avatar ou androïd pour prendre en photo la femme de ménage DCIM ?
 
Mais je vous assure, ce disque là est une étoile de rock prog jazz romantico pop improbable qu'on se sent danser dans les nuages avec. C'est de la nostalgie, de la fraîcheur, c'est neuf et unique pour l'époque. Donne-moi la main, tu vas voir on va tourner en pleurant, tourner et valser sous les larmes de Roger. On va parler fort puis se taire, glisser sur l'escalator, viens, la Galaxy va exploser, Italie 2 cet asile, est une grille de prison qu'à deux nous allons faire valser, parce que « Crime of the century » c'est que la grille sur laquelle tout le monde vient s'accrocher, comme le bernique à son rocher, autour, c'est nous, le vide, les gens enfermés s'accrochent à leurs barreaux.. viens, penches la tète, prends une bouffée, notre liberté est autour...il n'y a pas de mur.
Supertramp 74, c'est à tomber, il faudrait que tu me le mette dans mon nouveau phone .. puis dans le tien si tu veux bien, s'il te venait le goût de glisser sur les fantômes, de danser dans la fosse, juste à imaginer qu'il y a que nous. Regarde, je suis nu devant toi, je comprends rien et j'ai mes fringues au bras, aide-moi, toi qui te cache dans ce coquillage magnétique.

 
Quoi ?? vous comprenez rien à ce que je dis ??!!! merde, comment on va faire tous les deux. Vous êtes pourtant belle derrière votre comptoir, à réciter d'une voix monocorde, ce discours qu'on a dû vous buriner à la formation, une récitation automate. Vous êtes comme l'enfant sur l'estrade, le regard qui lézarde la fissure sous le tableau noir. Et pourtant, c'est moi qu'on interroge. Mon code « pine » ?? .. ouaih, ça j'ai.. mais vous savez que Supertramp lors de cette tournée là, en France, ont joué devant quelques dizaines de spectateur seulement... et qu'il aura fallu un fameux petit déjeuner en Amérique pour canoniser ces barbus cinq ans après ?... hein ?? Puk ?? tu veux dire Poke ?? ah nan ça c'est facebook... puk poke pic et pic.. oh ça va.. tu vas te décontracter... quoi??:: je suis un « Dreamer ».. vous la connaissais ?? ah ouaih, mais c'est presque celle que j'aime le moins del'album.... mais voilà, oui c'est ça... on va finir par se comprendre..
 
 

Bordel, j'ai dû m'assoupir sur mon siège devant ce mode d'emploi encyclopédique de mon nouveau portable.. il paraît qu'on a notre cerveau le dedans, comme la boite à chaussure de Carl. Comment on appelle ? Oups, j'ai pris mes genoux en photo... en règle général, je plutôt très tactile. J'ai rêvé de la fille au comptoir, je l'ai revu dans mon demi-sommeil. Il est tard, je file, mon train m'attend, je remets « Crime of the century » dans mon casque, je vais danser sur les trottoirs de paname et regarder sous les jupes des monuments, des pierres sans bobette. On s'habitue à tout, j'arriverai bien à le gérer un jour ce petit cercueil vibrant qui parasite « School » du cd qui tourne au fond de ma besace. C'est surement la plus belle chanson du monde celle-là...ça craint dans un podcast d'itruc à la phone hyper moderne. Je traine souvent avec « Crime of the century » comme une deuxième peau. Dougie Thomson, John Helliwell, Roger Hodgson, Bob Siebenberg, Rick Davis .. des noms qui chantent, le début, véritablement. Quelque chose se dessine.



Supertramp 1974 « Crime of the century » label : A&M



9 commentaires:

Pascal Georges a dit…

Bon là je fonce.
Celui là a été une énorme révélation pour moi...
J'ai même une grosse anecdote à ce sujet, mais je te la réserve en mail...
Dès que j'entends le passage central de school, avec ces contre temps de magie et ce son spacieux, je fonds...
Merci, toi aussi tu me régales.

charlu a dit…

Même principe qu'un Poldo.. une madeleine de proust.. le son de School et je plonge. Le son du disque d'ailleurs est une perfection 70's avec jazz, prog, pop, rock et le romantisme de Hodgson..et le ludique de Davis..moi, juste après les cris de la cour de récré..quand ça demarre avec piano et basse folle.. je ne suis plus ici :D

devant a dit…

J'ai hésité entre deux commentaires.
Bon
1) Sympa la petite histoire, même si il y a un trou dans la chronologie. Alors, Rudy, elle pense quoi de Supertramp?
2) Cet album, je l'ai vu arriver en cour de récréation. Encore au collège.
Pauvre Supertramp, nous les avions adoptés comme substitut à nos Genesis qui nous manquaient. Et oubliés dès l'arrivée de "Trick.."
En France c'est déjà avec la chanson "Give a Little.." que nous avions compris que nous avions là des faiseurs de chanson POP de belles factures et pas des virtuoses prog, habit qu'ils avaient du mal à endosser, je parle de prog. Alors que le format chanson, de la grande POP anglaise
Ma déception tardive à moi c'est de ne pas avoir découvert 10CC qui était probablement encore plus fin mais eux le gros tube les a tué en France

LRRooster a dit…

Je te reçois 5 / 5 sur ce coup là mon Charlu.

charlu a dit…

Oui.. gros moment que ma visite chez l'opérateur.. paumé commeun gosse, une chronologie fouillie digne de mon cerveau d'alors.
Fin de collège aussi ^pour moi..et sur la piano neigeux, j'avais sombré sur "Babaji"... C'est trois disques là, avec le parasol, sont La triologie clocharde qui se siffisent à elles-mêmes.
10CC y'a pas longtemps non plus.
J'ai lu ton billet sur Penn.. j'ai aussi étais un grand fan des frères Finn .. CROWED HOUSE..et une autre pop lyrique.

charlu a dit…

Hi le coq..je t'ai vu sous ton parasol et ta crète... comme sur la pochette de Supertramp :D

orfeenix a dit…

Des super clochards à qui on n'a pas envie de dire " good bye stranger " .... Et puis leur slogan est tellement d'actualité , crisis what crisis ?

charlu a dit…

une accroc au parasol :D Pareil, en plus de cette grille et du piano neigeux.

LRRooster a dit…

Roger Hodgson en concert à l'Olympia dimanche qui vient.