mercredi 19 juillet 2017

Jessica Moss / Saltland / Joni Void : Constellation 2017




Un triptyque, l'hotel2tango, constellation qui continue à diffuser quand tant de labels disparaissent. Sans avoir le moindre doute, les nouveautés d'un grand collectif flambent encore. Il ne faudrait pas pour autant qu'on laisse la routine s’installer, grignoter le nerf ou laisser s'éteindre ce feu qui perdure depuis la fin des 90's.


Trois nouveautés, une entité, avec toujours ce design de pochette qui colle à la politique artistique de Constellation.
Trois noms au CV hyper chargé parmi cette géométrie formidable,.. trois pochettes dans les tons, et en bonus, le grand retour prog expérimental fantastique des post-rock-jazz Do Make Say Thing.
De l'ambiant post rock, des cordes, du violon, du field recordings, des expérimentations..du gros son...les nouveautés Constellation.


Saltland « A Common Truth »
Joni Void « Selfless »
Jessica Moss « Pools of Lights »


Do Make Say Thing 2017 « Stubborn Persistent Illusions »


jeudi 13 juillet 2017

Feist 2017



« Pleasure » est le blues fou moderne de la plus belle fille du monde. Ou alors, le plus beau blues fushia de la plus folle fille au monde...

A l'image de la pochette, ce disque amok n'est pas si fou que ça. Une lune de plaisir se mange les bougainvilliers, elle, la Leslie rose s’apprête à défoncer une porte.
Comme par hasard, l'entité canadienne Broken Social Scene dont elle a fait parti sort un nouvel album.
« Pleasure »... j'entends du blues, c'est moderne, une fille que j'adore expérimente le sien.

Feist 2017 « Pleasure » label : interscope records
http://www.listentofeist.com/tour


vendredi 7 juillet 2017

Raoul Vignal



Le bruit blanc d'un été qui cogne, « The Silver Veil » est matinal, séminal, quelque chose qui engendre. Raoul Vignal promène son figer-picking à nylon sur ses frettes et c'est pas un manche.


Je me suis laissé happer par un album que j'ai mis du temps à écouter, le soleil allumé descend sur un horizon étain. Je pense à la kora de Yann Tambour (Thee, Stranded Horses) et au folk de Nick Drake/ John Martyn et l'on se situe certes quelque part, dans un endroit précis..mais où ?


Le premier album de Raoul est un miracle argenté, une lumière chamanique éclaboussante, chaque note alternative décompose le temps et absorbe les rayons.
Je reviens auprès de Talitres, des bordelais qui hébergent un lyonnais pour une musique de virtuose opalescent.

Raoul Vignal 2017 « The Silver Veil » label : talitres



mercredi 5 juillet 2017

Dan Auerbach 2017





Dan a laissé au vestiaire son blues rock de serrurier détrempé pour une pause estivale 60's déroutante. Ce sont des ballades pop soul comme si de rien n'était alors que tout y est.

Pas improbable que les auto-radios frissonnent cet été au son de « Waiting on a Song », Dan fait ce qu'il veut, heureux, il gambade avec ses notes et sa gratte débranchée ou pas. Boots foulant les feuilles d'érable, roots sucré, un petit sirop sympa pour l'été.


Dan Auerbach 2017 « Waiting on a Song » label : easy eye sound



dimanche 2 juillet 2017

Status Quo 1976



Je me souviens gamin d'avoir croisé Nougaro sur une plage de l'Ouest, pas loin d'une Thalasso. J'y vais franco, je suis fan etc etc. Euhhh.. bah de « Nougayork ». «Ah évidemment » me répond-il .. j'allais tout découvrir de lui juste après, et comprendre sa « frustration » d'alors en absorbant tout son art et sa discographie faramineuse. 


Là, avant hier, je place Status Quo dans une discussion discographique de rock majeur, certes houblonnée, avec quelques connaissances amicales anodines parmi lesquelles deux ou trois visages m'étaient absolument inconnus, mais qui n'avaient en rien de prime abord à procurer chez moi la moindre antipathie. « Ah ouaih énormes les Quo, moi aussi comme toi, je kiffes « In the Army Now » » que je prends sans m'y attendre, ou plutôt pas à ce moment là précis où j'ai perdu l'habitude d’accoster les gens connus ou pas sur une plages quelconque, et où ce morceau avec lequel je n'ai aucune aigreur, m'était complètement sorti du cortex.

Bordel, impossible d'écouter ce qu'on veut où et quand on veut. Un poil agacé je case direct un de mes préférés « Blue for You » des boogie's man de chez Vertigo anglais. Et j'y vais du « That's afect » ça compte pour les cleps ?? « All through the Night » c'est du poulet, « Rolling home » mon pote elle écoutait ça ta mère ?? .. les tuniques bleues vont venir t’enrôler dans une armée wok'n'woll à faire pâlir la prière du soir, j'vais quand même pas le débiter façon jambon d'York...
J'ai vu au silence général que cette tète inconnue avait la tronche d'un cumulo sans pouvoir lâcher la moindre goutte, un orage sec. J'ai recommander deux pintes, une pour lui, et j'ai pensé à Nougaro sur la plage avec un discours tout autre que j'ai grifouillé depuis, depuis trois décennie, les mots que je lui aurais dit maintenant. Le pire, c'est que je n'ai rien contre « In the Army now », ou plutôt, je n'avais rien contre. 


Moi j'aime bien la voix de Rossi, Parfitt est parti discrètement.. On met le bleu de travail, on sort les doigts et on balance « Blue for You » histoire de faire péter tous les pare-chocs. Et pour les fans de "In the Army now", le "Blue for You" est dispo en deluxe histoire de remettre les pendules à l'heure.

Status Quo 1976 « Blue for You » label : vertigo