vendredi 7 juillet 2017

Raoul Vignal



Le bruit blanc d'un été qui cogne, « The Silver Veil » est matinal, séminal, quelque chose qui engendre. Raoul Vignal promène son figer-picking à nylon sur ses frettes et c'est pas un manche.


Je me suis laissé happer par un album que j'ai mis du temps à écouter, le soleil allumé descend sur un horizon étain. Je pense à la kora de Yann Tambour (Thee, Stranded Horses) et au folk de Nick Drake/ John Martyn et l'on se situe certes quelque part, dans un endroit précis..mais où ?


Le premier album de Raoul est un miracle argenté, une lumière chamanique éclaboussante, chaque note alternative décompose le temps et absorbe les rayons.
Je reviens auprès de Talitres, des bordelais qui hébergent un lyonnais pour une musique de virtuose opalescent.

Raoul Vignal 2017 « The Silver Veil » label : talitres



5 commentaires:

RanxZeVox a dit…

Putain mais t'es abonné à quel magazine pour dégoter des types pareils ????)))))
Je finis d'écouter Manilla Road (ça tient du défi) et je tends l'oreille sur Raoul.

Chris a dit…

Euh..Magic ? ;)
J'ai bien aimé aussi cet album, la référence à Nick Drake est évidente mais on est loin du plagiat. ..:)

charlu a dit…

Chris t'a répondu Ranx.. et puis Echiré comme cadeau et un rappel chez Jimmy.. je l'avais sous la main, mais j'ai mis du temps, comme si j'avais attendu la canicule.

C'est rare par chez nous des artiste de ce genre là.

El Norton a dit…

Ah oui il est somptueux ce disque, l'un des plus beaux de l'année.
Entre celui-là, le Flotation Toy Warning et le Will Samson qui s'annonce, Talitres nous propose une année délicieuse.

Till a dit…

Pris chez Jimmy y a quelques temps mais pas encore écouté. Comme souvent il me faut du temps pour me lancer. Et pis franchement Raoul Vignal, c'est pas un nom ça, personne s'appelle comme ça !