lundi 14 janvier 2013

Sissoko - Budd



La musique est proche de moi, chaque instant, elle me longe, immuable. Jamais elle ne me lâche, collée, agglutinée, telle une sauvageonne qui m'accapare à perte de vue. Une amante. C'est un casque, un air, une mélodie ou un souvenir, une touche ambiante, un son, une parole, une langue et un souffle à l'oreille, c'est une chose virtuelle qui me flatte l'âme. Il m'arrive même d 'écouter onduler le silence. Je marche toujours avec elle accrochée à mon bras, intenable et indécente. Les êtres fantômes qui m'entoure en bipèdes zombies, sont misérables.
Elle me dépose à un endroit précis, cerné de muse et de spleen, je deviens égoïste et ne suis plus moi, je suis à ce point exact avec l'émotion précise impressionniste.
Je ne suis pas musicien, je ne la tiens pas entre mes doigts telle que je la conçois. Elle m'injecte uniquement. Un jour je prendrais les armes ? j'aiguiserai les accrods mineurs.
De n'importe quelle humeur elle est là, petit chant tribal en vaste symphonie, sous d'autres habits, une autre coiffure. C'est la même, c'est la mienne. Elle se déguise. Solennelle ou légère, brasier ou tendre baiser sur le nez, je veux errer sur les chemins et qu'elle sache que je suis pénétré à ma façon. Il m'arrive même d'être jaloux, peur qu'elle ne s'échappe de mon casque, que je l'écoute un autre jour avec la magie abîmée.

 



Je découvre deux chefs-d'œuvres bouleversants en même temps, l'un sable chaud, l'autre vallées enneigées, déboussolé, paumé, chaud et froid. Deux traditions, deux façons différentes de faire chanter les cordes.. violon, kora... sud ou nord... rien n'y fait, la musique est une histoire d'amour. Ces deux disques là sont la même chose, juste mon cerveau est géostationnaire.
Je reste sans voix auprès de ces deux disques qui ne déclenchent chez moi, que des émotions.



Harold Budd 2012 « Bandit of stature » label : darla
http://haroldbudd.com/
Ballaké Sissoko 2012 « At peace » label : no format
http://www.noformat.net/album-sissoko-at-peace-32.html






16 commentaires:

La Rouge a dit…

Arrf! Sadaya dira comme moi, j'en suis certaine. Tu vas rendre jalouse les lectrices de ton blogue et on va bouder la musique si tu continues. :)

Beau texte. Ça danse.

charlu a dit…

Ouaih nan hein.. c'est pas l'but.

Faut écouter ces deux petits merveilles .. mais merci en tout cas :D

Sb a dit…

Et quand les deux traditions se rencontrent... Sissoko avec Einaudi, tu l'as? Tu l'veux?

charlu a dit…

Viiii j'ai pas :D

Sb a dit…

et J deJohnette avec Foday Musa Suso?

charlu a dit…

Balance :DD

Sb a dit…

et Volker Goetze (trompette)avec Ablaye Cissoko (Kora)?

Gaël a dit…

bon zut Ballake sissoko n'est pas ecoutable sur le site noformat, par contre je suis tombé sur des morceaux d'un précédent album avec Vincent Segal : un régal

Gaël a dit…

et le label no format me paraît particulièrement intéressant à suivre !!!

devant a dit…

Comme la Rouge, je ne lis plus des chroniques mais des incantations envoûtantes.
Plus efficace que la poupée vaudou.... Chapeau bas pour le texte.
La musique? J'ai juste un problème de rythme... d'écoute.
Une des rares fois où le texte l'emporte sur la musique.

Echiré79 a dit…

Magnifique chronique Charlu.
Ton texte est musique......
Le SISSOKO m'accompagne déjà, vais vite aller découvrir BUDD.
A+
Ech'

charlu a dit…

T'es un ouf Esb... fournis plus, mais vas-y balance :D

Devv je sais plus ou me foutre.. même si ça fait plaisir ;D

Gaël bienvenu.. oui NO FORMAT est une mine d'or.. faut tout prendre, tout fouiller.. une adresse mail si tu veux t'immisser dans le club :D

Sb a dit…

Charlu, tu les reçois mes invits ?

charlu a dit…

Oui, ça y est..j'ai tout chopé hier soir... :D

charlu a dit…

MERCIII

Sb a dit…

http://liveweb.arte.tv/fr/video/Ballake_Sissoko_Vincent_Segal_Centquatre_Africolor/
encore disponible pour 146 jours