mardi 25 octobre 2011

Supertramp 70

















Comme pour la plupart des accrocs aux super-clochards anglosaxons, j’ai découvert « Supertramp » 1970 et « Indelibly stamped » 1971, bien après m’être rassasié du « Breakfast in America ».


Supertramp est pour moi un long travelling arrière. Plus je reculais de « Famous last world.. », plus je sombrais passionnément dans ce groupe pop le plus romantique de l’histoire.
D’un côté Rick Davis revêtant l’âme rock-jazz derrière son piano, de l’autre, le doux guitariste Roger Hodgson apportant poésie romantique et fragilité dans la vison pure d’une pop dans sa plus belle définition.
Tout en reculant donc, je me suis perdu dans les épopées romantiques d' « Even in the quiestest moment » et « Crisis, what crisis ? », que je considère comme la paire idéale de leur carrière, exactement comme « Atom Heart mother » et « Medley » des Floyd.
Il y a eu ensuite « Crime of century » 1974 avec « School » mon elixir pop de tous les temps, ma faveur adolescente.

Juste derrière, un peu plus loin, à des années lumières, deux albums très isolés, absolument improbables, inclassables, comme deux essais, comme s’il ne s’agissait pas des clochards funambules. Et pourtant les deux protagonistes sont là, en piliers, Hodgson/Davis.
Sans trop s’étendre sur « Indelibly stamped » (qui renferme quand même quelques pépites « travelled »), c’est sur « Supertramp »1970 qu’il faut s'épandre. Tout est suspendu, et chaque écoute de cet opus romantico-psychédélique me transporte. Une âme à fleur de peau, atypique et bouleversante.
Si les disques de Supertramp ont un visuel marqué avec de superbes pochettes, ils ont ici proposé la plus laide de l’histoire.
On discerne déjà les tendances de deux artistes (malgré la présence de Palmer). Les chansons sont signées comme les Beatles: Davis/Hodgson, et chacun chante la sienne. « it’s a long road », « nothing to show ».. des jerk Davis, puis “shadow song(petite flûte King crimson),words unspoken” plus du côté Hodgson, de troublantes envolées lyriques qui se noient dans un concept progressif et mélancolique. Aucune pop plus sincère et profonde que celle de Supertramp à l’époque. Le son est unique, l'émotion anachronique, le jerk juste, le seventies impeccable, l'envergure féminine, la poésie à son comble. Il est impossible d'écouter « word unspoken » sans pleuvoir de l'épiderme, « try again » sans sombrer du boyau, le disque en entier sans vaciller du bulbe.


C’est sans doute, avec le recul, le disque de Supertramp que j’écoute le plus.

La même émotion est apparue en 1984 avec le premier album solo de Roger Hodgson « In the eyes of the storm ». La fin du groupe au complet, une aubaine pour les fans qui, comme des enfants de parents divorcés, avaient pour le coup deux albums au lieu d’un.. mais qu'est qu'on aurait aimé qu'il soit incorporé à « Brother were you bound».

Rarement Supertramp n'a été utilisé comme référence. Quel groupe dans l'histoire fait directement référence aux barbus romantiques ? Aucun. Ce premier album, entièrement enregistré la nuit, souligne puissamment cette particularité pop qui ne sera jamais dupliquée. Je ne m'explique toujours pas l'attachement viscéral à cet opus que j'ai dévoré à l'age de 14 ans. Lors de quelques échanges musicaux étudiants, ce disque ci m'a été réclamé par des fans de pop 70's ignorant la visibilité des Supertramp, disque que je partageais passionnément et craneux.


Supertramp 1970 "Supertramp"
http://www.supertramp.com/

échelle de richter : 9

support cd

après 1000 écoutes

clin d'oeil à Blake pour la motivation du billet. ....... à écouter d'urgence.....


http://www.123video.nl/playvideos.asp?MovieID=1006904



6 commentaires:

Benoit a dit…

je fais aussi partie des défenseurs de Supertramp, groupe trop populaire sans doute et dénigré par beaucoup mais qui reste comme un des grands noms de la pop. Viendra sans doute un jour la reconnaissance.

charlu a dit…

Yes Benoit, trop de popularité tue.. Breakfast les a tué, surtout Hodgson. Il suffit de prendre le piano et le parasol, puis la grille pour plonger totalement dans l'esprit des clochards.. "school" a vraiment percuté mon éducation pop avec l'aide de Barclay et des Floyd. Mes trois groupes.
C'est assez troublant la non-reconnaissance et la non référence de ce groupe qui ne perdure qu'avec la vision jazz rock de DAVIS. Hodgson pour moi est hs depuis longtemps ..je reste sur "london" . Merci Benoit de venir témoigner sur SUP...BYEEEE

Blake a dit…

... Tiens, je n'aurai pas parié que Supertramp fasse partie du panthéon de Benoît, me surprendra toujours :-)
Instructif ce papier sur leurs disques du début. En-dehors des Breakfast et des tubes très - trop - entendus, je connaissais "Crime Of The Century" (fameux "School" qui fait encore mouche), un peu "Crisis, What Crisis?", pas du tout ces Sup' inauguraux, de quoi aller écouter de + près. (et merci du clin d'oeil)

Sinon, à l'inverse de Ben, je doute qu'on sorte les barbus de l'enfer du rock & de la pop où ils ont été mis par les nombreux "rockolitiquement corrects". Mais qui sait ?

Benoit a dit…

en terme de réhabilitation on a deja eu des surprises ! JM Jarre par exemple, longtemps considéré comme un composteur de musiques de supermarché a eu finalement la reconnaissance de "ses enfants" à juste titre d’ailleurs (pour ses primeurs albums hein c'est tout! ). Donc pq pas Supertramp...

charlu a dit…

C'est vrai qu'on ose à peine parler de Jarre, et de Supertramp aussi. Leproblème avec les deux, c'est qu'ils se reposent quand même sur leur lauriers. J'étais assez accro à Hodgson, mais depuis Hai hai en 87, plus rien, il ressasse, comme Jarre. Lui il n'y a guère que Oxygène et Equinoxe..le reste ??!!!!!
En tout cas les p'tits gars, ça fait super plaisir de parler des superclochards...moi je pense que pour un nouveau clash médiatique, il n'y a que la reformation !!! eh eh..
BYZEEEEE

Mme de Saxe a dit…

Le clochard est entre dans mon humble demeure.Je lui ai propose un "breakfast in America".Puis il va at "School" et la oh non " it's raining again"....
Super album
Merci