dimanche 9 octobre 2011

Matt Christensen / Zelienople

Autre fuite d'un membre de groupe brûlé par le soleil, Matt Christensen sort du silence pour une incantation folk digne des vapeur de Ben Chasny.
Christensen sort la tète des abysses de Zelienople, son groupe drone, dont les derniers travaux « Hollywood » 2010 sur le label under the spire proposent deux morceaux en anaérobiose anthracite. La fermentation de son cerveau en apnée gronde en vibrations alcoolisées. Il convertit son énergie inspirée en souffle urbain où tous s'affairent dans vrombissement trouble..une vie sans air.
La naissance de sa fille semble lui avoir donné une bouffée d'oxygène, l'album lui est dédié. Sur « A craddle in the bowery », il prend sa respiration et pousse quelques ballades nébuleuses, noyées dans une brume lancinante. Des sons sourds en arrière plan ajoutent de la profondeur, des contrastes. Quelques instruments cherchent un palier sur lequel tout va glisser dans une mélancolie heureuse: des nappes de cordes, un harmonica anesthésié, des claviers noyés .. une belle luminosité. Le voyage horizontal devient possible.
Sur ce premier album solo, Matt Christensen a invité Xela (John Twells), puis Pete Jorgensen (du même label) pour la conception du disque. Tout est réuni sur ce clair-obscur à la pochette chlorophyllienne pour savourer cette nouvelle facette aérée de Zelienople.

Matt Christensen 2011 « A craddle in the bowery »
www.underthespire.co.uk/releases-buy/matt-christensen/
échelle de richter : 7,9
support cd
après 4 écoutes.










Zelienople 2010 "Hollywood" label : under the spire



échelle de richter : 7,2

support cd

après 1 écoute









1 commentaire:

Lidia a dit…

Superbe album.J'achete