samedi 24 novembre 2012

Food


Thomas Stronen est un percussionniste/électronicien norvégien œuvrant pour ECM mais aussi Rune Grammofon.
Iain Ballamy est un saxophoniste/électronicien britannique, il a offert ses cuivres dans les 80 's et a notamment côtoyé Bill Bruford.
Christian Fennesz est un guitariste/électronicien autrichien, sa carrière de paysagiste sonore en solo est assurée principalement par Kranky.
Nils Peter Molvaer est un trompettiste/électronicien norvégien, pionnier du nu-jazz et de la fusion (jazz-electro).
Eivind Aarsett est un guitariste/électronicien, Norvège, nu-jazz aussi, expérimentation, dans son CV artistique, il a travaillé avec Ray Charles et Dee Dee Bridgewater.
Prakash Sontakkle quant à lui fait ses débuts au sein d'ECM sur cet opus, c'est un world slide-guitar vocal indien.

A lire cette énumération de curriculum vitae artistiques, on pourrait penser à un casting de label, histoire de recruter quelques cerveaux féconds de construction musicale moderne bien structurée.
Cette liste d'artistes impressionnante est en fait le crédit du deuxième album de Food, groupe de jazz-progressif-electro expérimental. Aborder un paysage de chacun d'entre eux, pris indépendamment, est un voyage constructif aux saveurs uniques, chaque palette est différente. Les imaginer tous entre les murs d'ECM relève du fantasme. Colossale travail electro-acoustique improvisé, Food nous donne de la nourriture en abondance, de quoi tenir des nuits entières. Complet, équilibré, l'inspiration injectée pénètre par tous les pores de notre enveloppe et rejaillit en spores près à féconder n'importe quelle source d'inspiration, à condition d'être à la merci de ce formidable melting-pot moderne.
Aucun titre plus que l'autre, un concept qui est né en 1998 autour de Ballamy et Stronen, avec autour des invités de prestige qui gravitent. Accumulation de textures, une formidable collision d'esprits entre des architectes sonores et des paysagistes. Une assomption radicale vers la perfection sonore et artistique. Quand la structure vient épouser le décor, quand la corde pénètre la console et que les cerveaux se heurtent comme un big bang esthétique, on obtient une heure de voyage transcendantal, avec la sensation de garder toujours un pieds à terre, happé par la construction rigoureusement libre de ce formidable garde mangé intemporel et universel.

Food 2012 « Mercurial balm » label : ECM

http://soundcloud.com/iainballamy/sets/food-iain-ballamy-thomas



2 commentaires:

Sb a dit…

Je connaissais E. AArsett et N.P. Molvaer pas pas Food... Merci beaucoup. Celui-ci n'est pas sur Spoty comment on fait pour accéder à la box si t'es d'ac?

charlu a dit…

Ok pour la box, c'est parti... il me faut ton mail SB.. envois sur mon adresse charlu :D