vendredi 16 novembre 2012

Olympia 1970




Boulevard des Capucines... néons rouges, un mythe, des affiches pour une année. 1970.
On va passer outre Marcel Amont, Mireille Mathieu, Vartan ou Annabel qui auront, au côté d'un Black Sabbath que j'imagine même pas pouvoir y être dans une vie antérieure, fait briller cette fameuse façade de la grande artère du 9ème arrondissement.
Il y a bien Johnny qui s'y est produit, Paul Anka, Ange ou Polnareff mais pas de trace gravée.
« Ivanovitch, Alice, L'homme et la musique, Otis, Le petit vieillard ... Et s'il n'en restait qu'un ….. »
Le son est authentique, pas terrible, juste des albums simples, c'est peut être pour ça qu'ils n'existent pas en version numérique. Des lacunes dans une discographie ? En tout cas des trésors en support vinyl.
De cette année, de cet endroit, je ne garde que trois affiches, trois vinyls que je ressors ce soir pour m'isoler de ce brouillard glacial.. trois sons chauds, crépitements, documents, réconforts.
Ces albums simples là n'existent pas en cd... on peut le comprendre..mais on peut aussi s'enorgueillir de leurs détentions...on rajoute des basses et c'est bon.
Et puis c'est vendredi..un petit Eddy.



Eddy OlympiaJulien Clerc Olympia 1970 – Bécaud Olympia 70.... Pathé/Columbia/Barclay/...
Pas de document vidéo..pas d'exemple..juste ceux qui veulent..un petit message mail :D

5 commentaires:

Pascal Georges a dit…

Oh purée...
les tronches !
là tu me mets en face de mes incohérences...
70, j'ai dix ans...
Eddy, mes parents n'aiment pas car c'est un "yéyé" mais ma tante écoute à fond et forcément comme je suis le chouchou de ma tante, je vais virer rock très très vite...
Bécaud, ma frangine s'appelle Nathalie, alors j'en ai soupé de ce mec dingo transpirant derrière son piano - il m'a fallu du temps pour penser que c'était aussi un musicien. Le poids familial ne s'explique pas il se subit... malheureusement.
Clerc, le mec sujet de débat de mes collègues qui me charrient tout le temps avec lui, ils aiment, j'ai jamais accroché...
ils font leur possible pour que je m'y mette, j'arrive pas... j'ai toujours l'image du mec grelottant de froid dans une cabine de studio en hiver, non chauffée, et chantant en même temps, ce qui expliquerait son chevrotement lamentable. Mais ça c'est une image ancrée en mon esprit depuis 70 , justement, pile... et ce n'est pas une connerie, c'est effectivement l'image qui m'est venue, un soir d'hiver, à la neige, alors que je grelottais dehors et que, fidèle à mon habitude... je chantais... son dernier (premier) tube. Comment veux tu après un truc pareil récupérer une telle image d'enfance ?
Et là t'as parlé de Polnareff... ah Michel...
D'ailleurs ces Michel, qu'ils soient Polnareff, Berger, Jonasz, Legrand, tous des grands compositeurs pianistes à la manie de la descende harmonique chromatique descendante maladive... si forte en émotion...
Mais je m'égare...
Je ne sais pas si je tenterais les deux derniers, franchement... mais Eddy, ça oui, pour sûr !
à +

Toorsch a dit…

Je zappe Becaud et Clerc, vraiment pas ma tasse de vin chaud. Par contre le petit Eddy aux capucines en 70, ça donne bien envie. J'éprouve beaucoup de sympathie pour cet artiste qui possède une belle discographie.

Un beau post, surprenant aussi!

charlu a dit…

Pax...merde vas-y mollo avec Juju.. je vis avec sa fan N°1 ;C.. comment je vais lui dire que personne n'en veut ??!! allez zou les gars..il est bon cet opus 70... arrrfff nan, j'avoue il est mauvais (niveau sonore).
Alors mon Pax..le chevrotante Clerc, n'est pas si loin de la brelotante Sanson ??? Et c'est vraiment bizarre que je connaisse pas un mec qui aime bien Julien Clerc. En plus c'est moi qui ai fait découvrir Clerc à ma compagne. Je suis assez accroc à ce mélange Clerc aux partitions et Roda-Gil aux paroles. Jivaro song, les menhirs, terre de France... sans dèc..quoi, allez ... ah je vous ai pas dis ?? c'est un lot..un pack.. les 3 et pas le choix !!! nana ?? bon d'accord, je vais annoncer la nouvelle.
Moi, les remugles amers de jeunesse, c'est Bécaud.. je l'ai fuit à l'avoir trop entendu.. mais je le découvre maintenant..et j'aime bien.
Tu sais que j'ai le même problème avec Jonasz.. quand je dis que je suis dingue de Mister Swing autour de moi, tout le monde se barre, où y'en a qui reste et me vannent...

charlu a dit…

Les débuts de Jonasz avec "Changez tout"..J'écoute plus trop, mais ses 8 premiers albums son gravés nostalgiquement. Pour Berger, pareil. Quant à Polnareff, il est pour très largement au dessus de tout ceux là. Un génie musical pas loin de Gainsbourg qui avait les mots en plus. Moi c'est Legrand qui me soule grave... . y'a un musicien génial qu'on oublie souvent ici.. Scheller :D

Pascal Georges a dit…

sheller, j'y viendrais un de ces 4...
un sacré génie, celui ci et vraiment du lourd.
à +