mardi 15 mai 2012

Aaron Martin / From the mouth of the sun



Aaron Martin est un autre paysagiste musical néo-classique au même titre que Peter Broderick ou Nils Frahm. From the mouth of the sun  est sa nouvelle collaboration avec Dag Rosenqvist l'électronisien ambiant de Jasper TX. Un paysage dévasté par la solitude. Si Dag R, tisse un fond horizontal qui n'en finit plus de grisaille, Aaron quant à lui, joue avec les lumières en tirant sur les cordes graves de son violoncelle.

Cette contrée déserte et froide n'est pas étrangère aux deux artistes, et leur point de rencontre est l'aboutissement d'un long pèlerinage musical, un cul-de-sac paradisiaque, un paysage idyllique. On débouche sur l'océan sans pouvoir aller plus loin. Des grondements sourds et de petits drones viennent assombrir un peu plus la toile crépusculaire. Jasper TX n'est pas un gai luron, sa force ténébreuse vient s'accouder aux lamentations acoustiques d'Aaron Martin.

Un moment en état de grâce, une totale réussite dans le genre.

From the mouth of the sun (Aaron Martin & Dag Rosenqvist)« Woven tide » label : experimedia
échelle de richter : 8,9
support mp3

Aaron Martin est aussi un architecte du son, bâtissant des murs de bidouillages électroniques. Une autre collaboration vient tirer son art vers la surfusion solaire. Les brûlures guitaristiques de Justin Wright irradient, il est membre des psychédélique Expo'70, ceci explique cela.
Hypnotique et fiévreux, nébuleux et suffocant. Pour le coup on se rapproche réellement de la bouche du soleil, et de volutes vibrations analogiques annoncent la désintégration de la matière. Un croisement entre Jarre d'oxygène et des Acid Mother Temples. « Brush fire » et « Moon smoke » incendie avant de flotter sur « Sleep threaded into ashes » et « Shallow breather ». La destruction finale arrive sur les 11 minutes de « Light poured out of our bones ».
Cosmique.




Aaron Marton & Justin Wright 2011 « Light poured out of our bones » label : preservation
échelle de richter : 6
support cd
après 1 écoute
http://www.preservation.com.au/


C'est sur « Worried about the fire » qu'Aaron Martin a sans aucun doute illustré seul de la plus belle manière qu'il soit sa polyvalence artistique.
Ici, sur deux nouvelles collaborations, cet architecte paysagiste confirme l'ampleur de sa palette

http://www.myspace.com/prisonwine


"Trees Are Smoke"

Aaron Martin Myspace Music Videos

2 commentaires:

La Rouge a dit…

Charlu, va voir ce billet, je crois que tu vas aimer. Un bûcheron québécois qui demeure en France.

http://roulerosieroule.blogspot.ca/2012/05/le-prog-reponse-mighty-mel.html

Aaron Martin me parle sauvagement.

Adieu!

Le Club Des Mangeurs De Disques a dit…

J'adore la pochette. On se demande si c'est la mer, du sable ou des cheveux. Pourrais-tu me l'envoyer sur ma Dropbox? Merci d'avance,
Jimmy