samedi 4 février 2012

Anna Ternheim




Écouter un nouvel album d'Anna Ternheim, c'est comme aller chez une vieille copine juste pour recevoir un peu de réconfort, quelques confidences familières et se dévoiler. C'est pas le genre de fille à faire du grabuge, du ramdam dans sa vie, comme Dido par exemple, son plus proche clone médiatique outre atlantique.
Anna Ternheim, c'est une fidélité réconfortante inébranlable, peu importe ceux qui prétendent que c'est toujours un peu la même chose. Elle est rassurante, douce et pleine d'espoir...une des plus belles folkeuses penchées sur le traditionnel américain, malgré son identité scandinave. Ses mélodies bercées sont à se tordre de douleur.
« Living on a may day », le dernier album en date, avec sa touche travaillée, et le son recroquevillé, m'avait touché en plein cœur par sa rupture mélancolique et son originalité. La même émotion qu'en 2004, à la découverte de son premier album « Somebody outside ».
Ici, Anna nous rappelle au glusosé, au classique de son art avec une belle production et de jolis arrangements. Bande-son idéale pour un hiver ensoleillé avec de fins musiciens liés dans le dosage. Un léger voile sur ses cordes vocales, une vision folk complètement éclaircie par des constructions mélodiques imparables, une approche sentimentale, une fidélité acoustique et une identité sensible qui injecte un bien-être à chacune de ses visites chez elle. Accords mineurs, capo sur le troisième fret, des ballades au creux de quelques vallées vertes et fraîches, avec de l'eau qui ruisselle, d'inconsciences chafouines et de séduction nue.



Anna Ternheim, le gîte, l'appel pop d'une sirène boisée, un refuge unique peu fréquenté et pourtant si accessible. Un sentier à trouver entre forêts et rivages.
Matt Sweeney traine ici avec sa guitare, Will Oldham en invité vocal, et une pléthore de musiciens délicats. Je suis très amoureux d'Anna, sa façon de me parler.

Anna Ternheim 2012 « The night visitor » label : universal


www.annaternheim.com
échelle de richter : 7,9
support cd
après 4 écoutes

















une ancienne (2009):



3 commentaires:

Blake a dit…

Rien à te dire d'autre, ami Charlu, sauf que je viens de pondre un petit billet sur la blonde Anna Ternheim exactement au même moment où j'avoue le même faible que toi pour la douce suédoise !

Voilà, billets quasi jumeaux pour un amour/admiration mutuel(le) qui me fait t'imaginer en train de peindre au doux son folk de sa voix dans ta campagne toute blanche.
Belles images hiver finalement.

See You Soon :)

charlu a dit…

Hey Blake..dingo cette coïcidence !!! pis ça fait plaisir de voir Anna sur la toile..je pensais être le seul sur ses traces...même pas jaloux, mon jumeau de la chronique.
Par contre, je peins pas, il fait glacial dans la verrière, pis là elle s'est réveillée en igloo. Je vais rester au coin du feu avec une pile de disques.
Ils sont vraiment beaux les albums d'Anna.. toujours des sorties à retardement par ici.
Blake, tu veux pas participer au jeu des blogueurs sans frontière la semaine prochaine ??

a+++

Blake a dit…

Merci de ton invite sympa, charlu. Pas que ça me tente pas, mais ça tombe bien mal avec ma semaine de nouveau boulot que je sens pas encore trop, j'avoue, et qui tombe au même moment.

Du coup je pense pas pouvoir assurer l'affaire en même temps. J'espère bien que ce n'est que partie remise. Mais merci vraiment à toi ;)

See you very very soon !