lundi 1 décembre 2014

Sontag Shogun



C'est une corruption cérébrale, une troublante divagation dans un morne rêve. Un état grisâtre et heureux m'envahit à l'écoute de « Tale » la rêverie des Sontag Shogun, un trio de Brooklin.
Deux architectes aux images sonores, et un pianiste pour les mots.

« Tale » est totalement ambiant, un climat qu'il faut capter quand la voûte plombée et les champs retournés vous en donnent les moyens. C'est un égarement éphémère, on se laisse hypnotiser par un paysage ordinaire, une lumière aplanie, un vieux cargo échoué en naufrage depuis des années, et l'on se demande même ce qu'on fout là sous la pluie neigeuse. Impossible de partir, l'horizon inexistant est si grisant.

Cette fiction musicale est un moment délicieux, il a causé à travers mon cordage, des souvenances mêlées d'images nouvelles que Sontag Shogun a su me transmettre.... un véritable magnétisme sonore, une suggestion néo-classique bourrée d'émotions.

Sontag Shogun 2014 « Tale » label : luau recs



3 commentaires:

Sb a dit…

superbe...

charlu a dit…

Oui, un régal.. le genre de truc que je vois bien chez toi ;D

Sb a dit…

Ah mais en fait c'est le même disque avec une pochette différente dont nous avions parlé là

http://novaexpressmusique.blogspot.fr/2014/06/sontag-shogun-tale.html