mardi 9 décembre 2014

David Sylvian 2014



Franz Wright psalmodie quelques passages de son roman pour lequel il a reçu un prix littéraire en 2011, « Kindertotenwald ».

Pour le dédale sonore, David Sylvian est aux manettes, assisté de Christian Fennesz. J'entends les chaos de « Blemish », avec des méandres jazz improvisés de classique moderne disséqué.

Franz Wright se répand sur son état d'homme malade et menacé par une disparition imminente, et je pense au timbre de Gil Scott Héron sur « I'm new here ». C'est comme une messe, le temps qui s'arrête. Une plage, une heure, toute une vie qui défile et touche à sa fin sous la palette de Sylvian qui expérimente un nouvelle fois et plus encore.

C'est un arbre mort et majestueux au travers d'une brume émeraude.

David Sylvian 2014 « There's a light that enters houses with no other house in sight »
label : samadhisoud
 

6 commentaires:

Chris a dit…

Oh! Un nouveau Sylvian!!
Beau titre, belle pochette...j'écoute le début et oh! j'entends Fennesz aussi (les schrrr et les ...)...c'est une bonne nouvelle de fin d'année...;)

charlu a dit…

Oui.. c'est très spécial, mais on reconnaît la patine de chacun... architecte ou paysagiste sonores.. Samadhisound est un sublime destination.

John Warsen a dit…

Merci, mais y'a pas Robert Fripp ! Et personne n'a reçu l'invitation pour son pot de retraite !

charlu a dit…

Nan, l'est pas là ..mais va revnir...sinon yaka retourner au premier jour.

charlu a dit…

Et le robot comment on fait pour l'envoyer en retraite ?? j'arrive pas à l'enlever.

Francky 01 a dit…

David Sylvian & Fennesz réunis, ces 2 virtuoses en création d'espaces soniques expérimentaux et oniriques inouïs, la classe !! Et un troisième larron convié à cette (dark)fête sonique, un écrivain que je ne connais pas, Franz Wright. Moi qui aime beaucoup les mots et la poésie, dommage que je maîtrise très mal l'anglais afin d'apprécier ce texte en même temps.
Merci à toi.
A +