jeudi 11 décembre 2014

Robert Wyatt 2014


 
Robert Wyatt est un des rares artistes à dessiner un monde colorié devant nos écoutes. La lumière change, les contours s'adoucissent, son paysage à lui comme une peinture nouvelle vient nous changer d'air.
J'écoute Robert Wyatt comme je déambule au beau milieu des toiles d'une galerie fantastique et naïve. Pas trop d'étiquette ou de paramètre, une vision, un peu de tout, du jazz d'un autre monde, de la liberté. C'est aqueux et solaire, vierge et crépusculaire.
Le temps glisse sur cet anglais à deux vies, il est difficile de dater une œuvre, une chanson, on peut tout écouter n'importe quand. Ce crooner est un monument et sa voix un instrument de jazz de cuivre cassé.

 
 

J 'ai « Rock Bottom » comme un tatouage, et « Sea song » qui m'épaissit la lymphe. J'étais au lycée lorsque j'ai entendu cette chanson chez mon disquaire, à Chartres, un chaleureux magasin de vinyles d'occasion qui s'appelait Abbey Road. Pierrot derrière son comptoir et sa platine m'a tout de suite lancé « C'est la plus belle chanson que je connaisse ». Je suis entré dans ce monde là à cette période là, et j'ai tout pris.

 

J'écoute rarement des compilations, mais depuis quelques jours, je suis accaparé par la double synthèse ciblée des travaux de Wyatt, d'un côté « Benign dictatorships » avec les sublimes collaborations, de l'autre, sa présence « Ex » au sein des groupes d'avant.
La cohérence et la beauté des associations est telle qu'on a l'impression qu'il s'agit d'un nouvel album. L'ex machiniste place d'emblée « Moon in june », l'épique jazz de bravoure période Soft Machine.. et j'entends aussi bien le Floyd Barré que le Supertramp de la même année..69. La prog dans son excellence, un jazz à l'électricité kaléidoscopique, de virtuosité improvisée.

Les vocalises de la taupe à lunettes sont sincères et uniques.

Quand passe « Free will and testament », je danse un slow dans les bras de Madame Cuckoo, la belle multicolore croquée à la sanguine qui répand son teint de sienne sur mon cou de terre battue.

Je ne sais plus comment vous dire que cette compilation est déjà indispensable, juste histoire de prendre cet univers arborescent sous un autre jour. Des pages entières à écrire.. ou juste une phrase : « Different every time : Ex Machina ».

L'a pas une tète de père Noël ? faut en profiter.. deux doubles vinyles d'excellence.

Robert Wyatt 2014 « Different every time » label : domino
 
 
 
 

5 commentaires:

Devant Hantoss a dit…

Comme c'est bien évoqué.
je suis certains que pour beaucoup "Rock Bottom" est un jalon, un moment gravé dans la mémoire.
C'est juste un disque, tant qu'on a pas écouté les premières notes.
Ensuite... comme tu dis

Chris a dit…

Il faut bien profiter de ces moments puisque Robert Wyatt a déclaré qu'il ne faisait plus de musique...

charlu a dit…

Ah ouaih !! sérieux.. je savais pas, mais j'en profite un max.. son art est un thème, et j'ai du mal à trouver de quel album une chanson de cette compile ou autre provient.. C'est vraiment la première fois que je reste ainsi sur une compile.

Rock Bottom, c'est mon début.. mais j'ai écouté tellement de trucs immenses après.. par contre "Sea Song".. la...mais la..grave :D
Y'a une version de Married Monk que j'aime bien.

Mylène Gauthier a dit…

J'aime sa bouille.

Audrey Songeval a dit…

Et puis, il y a la musique et il y a aussi le personnage. C'est certainement l'artiste le plus humain et humble qui soit. Je ne le connais pas personnellement, mais toute ça démarche, sa soif de collaboration, sa culture musicale, son engagement politique, tout ça en dit si long. Et j'oubliais aussi son humour... Et qu'il est aussi un excellent musicien...

Et je trouve qu'on réduit trop souvent son oeuvre à Rock Bottom. Ce n'est qu'un seul disque grandiose qu'il a écrit mais plein.

PS: faut que je prenne l'habitude de passer plus souvent. Ton blog est vraiment toujours très intéressant et pertinent.