mardi 3 juin 2014

Tue-Loup 99



 
A l'aube d'un nouveau siècle, le songwriting bluesy de par ici a resplendi de mille étoiles, paillettes de bouquetin, textes de tangage acoustique live à encorner l'âme. C'est Tue-Loup en Sarthe, de la brouillasse chlorophylle juste à se vautrer sous le gris cobalt des ciels crachés. Les barbelés menaçaient sous des airs étourdissants de l'amant de Saint Jean, d'un corps qui s'abandonnait dans les bras de Morphlée.

 
« La belle inutile », comme un plongeon dans sa propre cellule, une immersion où vient se blottir des chimères qui arrachent la gorge et dépècent l'irréel.
La mare de mon enfance me manque, gris-olive d'ocre ragondin, il me reste juste ce calepin, moi l'épou-poux qui hulule à la lune, comme le cri de la chouette. Il me reste la purge, comme le Merlin enchanté, cette saignée d'écluse entrouverte, cette plaie inondée.
Mon crane étroit est une bougie de ciré jaune, sans cesse à prendre le large sans me bouger le nœud, jamais je ne passerai à travers tous ces phares, il y a trop d'étoiles.
On est tous à la même enseigne, quelques soient les calvaires. Tue-Loup .. comment suis-je resté tant de temps sans parler de ses engorgements là ? Surement que mes pages sont arrivées bien après la tempête de terre épaisse.

 
Je vous assure qu'une virée vers les horizons boueux à l'ouest du Perche et de la Beauce, là où laboure Tue-Loup depuis 1997 est un instant recroquevillé intime, sec et mélancolique. « La belle inutile », absolument indispensable.


Tue-Loup 1999 « La belle inutile » label : pias










5 commentaires:

Chris a dit…

Je suis passée à côté de ce groupe, à l'époque, ce n'était peut-être pas le bon moment...à l'écoute des extraits, il est temps que je m'y intéresse...j'ai trouvé que ça sonnait bien 90s, c'est une idée?

Tourscher Jonathan a dit…

Yo mon C! Je l'ai dans ma discothèque celui-ci, beaucoup écouté un temps, puis oublié, merci pour le rappel!

charlu a dit…

Tue-Loup, j'y suis entré à fond, puis après celui-là, tout s'est étiolé, j'avais pas aimé le rouge et le bleu. Je suis resté un peu sur les opus solo de Xavier Plumas.
90's..je sais pas, surement..j'entends du blues des campagnes de limon, un bon dosage..arrff j'adore ce disque.

Alexandre G a dit…

Ah désole, ça ne sera pas pour moi. Ca sonne chanson française nineties d'une façon qui me repousse. Et puis qu'elle est moche la pochette ;)

Désolé, je ne te suis pas sur ce coup-là. Pour une prochaine fois. :)

charlu a dit…

Eh oh Alex..je suis bélier, c'est une photo de moi la pochette ;D

No problemo, ne sois pas désolé, j'ai ressorti une "vieillerie" qui m'emballe à chaque fois que j'écoute, mais je comprends le truc :D