vendredi 22 juin 2012

Rolf Julius


Je prends l'habitude de voir s'abattre des pluies d'averses sur notre dernier printemps. Caler le quotidien sur le poids de l'eau, ou la prendre comme elle vient, la sentir gorger les cellules, gifler Madame Meilland et faire exploser la burlat.
Elle berce, réveille et musèle. C'est l'autorité biologique qui pousse au refuge.

Rinçage d'oppression, lustrage des vagues à l'âme, corps délavés, la pluie est une aubaine pour les communiants.
Elle pousse la sève vers la lumière, puis quand le clapotis cesse, tous s'affaire. Alors, comme pour noyer le tumulte et revenir à mon abri, j'écoute « Raining » de Rolf Julius, 74 minutes de pluie tropicale.
Une goutte d'eau en onde circulaire de haut parleur, à la manière de Chris Watson, Rolf Julius a enregistré la pluie qui tombe avec ses textures. Insectes et caquètements pour un manège soporifique. Grosse chaleur, proche du corps humain, taux d'humidité record. « Raining » quand la pluie s'arrête.

Western vinyl essuie ce déluge sonore, folk boisé avant, expérimentations sonores ambiantes depuis quelques temps. Une belle séance de sophro.

Rolf Julius 2012 « Raining » label : western vinyl/small music
http://www.smallmusic.org/
http://www.westernvinyl.com/
échelle de richter : 6,5
support cd
après 1 écoutes

2 commentaires:

Libertygirl a dit…

Pochette bien choisie pour illustrer ce printemps et ce début d'été pourris dans ce bled.Bientôt le soleil dans l'autre bled !bises beaucoup

charlu a dit…

Vii exil..vite, là ça urge, on va moisir ici :D.. j'vais finir par arréter les ciels nuageux moi.