mercredi 6 juin 2012

Johnny Winter


C’est pas d’la triche, juste un post rapide car j’ai pas mal hésité avec Hendrix. Et puis on voit tellement de saloperies sur lui en ce moment dans les moteurs de recherches et les critiques, qu’il fallait quand même mentionner que le grand faucon « anachromique » était toujours debout à exprimer son blues musclé.
Sa voix s’essouffle, mais ses mains semblent toujours galoper toute seules, ses doigts araignées glissant sur le manche à cordes.
« Roots », le dernier album de l’albinos est sorti en juillet 2011, un peu sous silence quand même.
Ce nerveux rauque du médiator, tatoué myope et virtuose habité à la discographie généreuse est un des plus grand guitare-hero…. Vivant.

Il y a 24 ans, je révisais mon bac avec cet album puissant, l’opus 88 du grand retour du volatile blond. C’est pas son meilleur, mais c’est juin et il tache bien.

1969/2011- premier et dernier en date:



Johnny Winter 1988 « Winter of 88’ » label : voyager records/MCA
http://www.johnnywinter.net/discography/










13 commentaires:

Pascal Georges a dit…

Allez, entre deux cours, vite fait je te commente le grand Johnny.
Hier l'ai fait découvrir à l'occasion d'un cours sur le blues à un groupe d'ados médusés.
Un live - j'sais plus le titre, y'en a tellement...
Lui, je l'ai vu à Montreux et il a carrément marqué ma mémoire, j'étais juste à 1 mètre de sa guitare.
Il arrive, le road lui met le jack dans la main et d'un coup, hop il te branche ça, un yeah de base et c'est parti pour quasi deux heures de blues schuffle à mourir....
Le batteur m'a laissé le souvinir d'avoir par la suite passé environ un gros mois à bosser ce schuffle en tous sens, afin de ne jamais lâcher prise, car Johnny, lui ne lâchait pas prise ce soir là... basse et drums au taquet et sans répi... solis interminables de feeling...
Bon je sais que tu as les albums de Muddy Waters où il fait vibrer sa gratte, en live, c'était grandiose.
Johnny Winter, la plus génial récup' du blues par un blanc bec...
Avec Steve Ray surement...

Pascal Georges a dit…

"souvenir", correction oblige... ah la la, toujours vérifier ses comms...

charlu a dit…

a fond avec toi pour l'histoire des blancs becs, je suis fou des deux.
J'ai déjà entendu parler du mec qui s'arrète pas sur scène dès que tu le branche. Ses mains sont impressionnantes. Même acoustique c'est frissonnant (album "nothin but the blues").. Merci Pax pour le témoignage.

Toorsch a dit…

Tricheur va... :-) Mais bon, on ne refuse pas un petit Winter...

charlu a dit…

Tu l'as dis T.. j'ai même un truc sur Stevie Ray Vaughan qui me démange !!!!

Mister Moods a dit…

Si môssieur Charlu, c'est de la triche. Tu ne crois pas que j'aurai aussi voulu poster du Marc Ribot, du Fred Frith, du John Cippolina, du Jeff Beck ? Tu ne crois pas que mon doute fut intense avant de choisir le moins évident de tous ?
Et monsieur Charlu, nez au vent, nous propose d'abord un Hendrix et maintenant un Winter... Je dis NON !
(excellent choix au passage ;-))

charlu a dit…

Désolé ;D.. nan pis se foutent tous de sa gueule sur le net là.. des photos pourraves des critiques dégeuses !!! fallait réagir quoi !!! eh vous trouvez ça mieux la boite bonus vous....que j'arrive même pas à voir dedans tellement ziipy est out chez moi !!!!
bon, recommencerai plus ...

Pascal Georges a dit…

Alors je vais vous raconter (conter Steve Ray...).
Vienne 85... je pars à Vienne au festival écouter la soirée dite Blues...
Au programme je ne me souviens de rien si ce n'est le concert de Steve Ray.
Stetson bien planté sur la tête, cuir total blanc à franges...
Des blues comme s'il en pleuvait, et... l'intro wah wha de Voodoo Child, tellement énorme, tellement fantastique.
Grand, gros, gras, un coeur comme ça...
En fait ce fut mythique, légendaire et ce fut là mon retour vers le blues, ce Chicago Blues si dense, si fort... et de la part d'un texan, pire encore...
Alors, oui, Robben Ford (oh que oui...), alors oui tous ceux que vous voulez et de toutes façons le Blues se décline de tant de sortes, de tant de façons...
Mais il reste le live, la SENSATION (cf mon blog basé là dessus...)... Vous savez comme moi, ce truc qui vous fait dresser les poils, qui provoque une réaction épidermique, qui s'inscrit là dans votre mémoire, dans votre corps...
Johnny me l'a fait...
Steve aussi...
Rory également, même si on n'en parle pas...
et... Robin Trower me le fait toujours...
Un autre guitar hero, que celui là...
Mais...
Au fait, avez vous explosé le score du fameux jeu sur la PLAY ???
Moi non, je suis et reste une brelle quand on me refile un manche (coté claviers je suis sur que ça devrait le faire)... Mon gamin, lui, connait, grâce à ce jeu la totale de tout le rock qu'on aime... C'est t'y pas beau ça et ça va t'y pas nous faire une sacrée génération d’investisseurs en Marshall...
allez, ce w end, faites donc une partie, maintenant que ce thème du concours est terminé...

charlu a dit…

Robin TROWER... viii personne n'en parle de lui, pourtant belle carrière et playful le dernier est sublime.
Tu sais quoi, mon fisso de bassiste gauché joue depuis 3 ans a la gratte xbox en pulvérisant les scores ... moi je reste en débutant. Le passage à la basse et guitare (les vrais) a été un jeu d'enfant. ça donne vraiment qq bases sans dèc..construction, rythmique et gym des doigts... certes en linéaire, reste plus qu'à gérer l'espace 6 niveaux...ou 4. Perso, j'ai lâché guitar hero et Beatles xbox.. on a l'impression que c'est du tout cuit, mais c'est hyper hard.
Pax.. Voodoo, il parait que c'est le test pour s'afficher en hero !!! Stevie fut la relève.. aussi bon, aussi éphémère.
Merci pour ta folie passionnée. Ah la vache, comme c'est frustrant, y'a tellement de fada hero.. Peter Green, John Mayall, deux écoles !!!
BIZZ

Mister Moods a dit…

Si on commence à faire la liste des guitaristes oubliés sur ce tour, j'aimerai évoquer les deux Steve (Hillage et Hackett), Robert Fripp bien sûr, Jeff Beck dont on a parlé mais que personne n'a choisi, Ritchie Blackmore, ETC.

charlu a dit…

Putain Mood !! t'as raison.. Hackett et Fripp deux grand oublié.. pis chez nous..merde, Claude Mairet et Paul Personne... même Matthieu Chédid.. celui-là, le jour où il fait un album de pur blues hero sans le gel et le costard..il va tout faire péter. Lui sait jouer Voodoo en intro en tournant sur lui-même..mais bon..y'en a un max ...

Pascal Georges a dit…

Fripp au panthéon, avec son copain de manche Adrian Belew (y'a qu'à écouter ses solis dans le "remain in light" des têtes qui causent).
Hillage je me suis toujours pas remis de son "Green", produit par Nick Mason et je vais surement en causer un jour...
Hackett, le grand chanteur de la guitare prog...
Beck, on en a parlé hier soir en rentrant de presta et on va enfin se décider à monter le "Cause we've never ended as lovers"... en groupe, ça va être du boulot et du plaisir à la sortie, sur.
Chez les français, effectivement et j'ajouterais le discret Engel, et Ekay aussi. Marais, Ducret...
Brian May a été oublié également, Zappa aussi, car coté gratte c'est quelque chose. et pas que...
je reviens à Steve Winwood, à mettre là, par là, du moins...
Dominic Miller chez Sting, en y pensant bien et puisqu'on a attaqué avec Fripp, Andy Summers a enregistré en duo avec le roi cramoisi un album légendaire.
Et Alan Holdsworth, dans tout ça... on se refait son solo dans Hazard profile du Bundles de Soft machine et...
Nile Rodgers ? essayez donc trois cocottes du lascar et vous m'en direz des news.
Bon je m'arrête là sinon je vais blinder la boite de comm's...

charlu a dit…

Eh !!! on parle beaucoup des blancs becs... c'est pour pas rallonger la sauce ?? Robert Cray par exemple !! Luther Allison !!! arff thème hero pour chaque jeu ??