mercredi 27 mars 2019

Bob Seger 1975



Piocher un disque comme celui-ci dans les bacs, c'est la bonne journée bouclée avec la démarche de branleur loser sur le chemin du retour, tel le minot ayant raflé tous les calots des potos sur une seule partie alors qu'il lui restait une seule grosse bille au fond de la poche.
Combien de fois ai-je rabâché le plus beau live de l'histoire de la musique rock. Cette fois-ci, ce disque là, c'est juste celui qui est sorti avant la grosse tournée Bob Seger and the Silver Bullet Band 1975.
« Beautiful Loser » est un album rare, une tuerie blues-rock-soul avec la plus belle voix du monde. Mais nan je l'ai jamais dit. Le « Nutbush City Limits » Seger, c'est sur ce disque là, il a écrit tout le reste, c'est la belle époque, c'est Bob Seger 1975 qui trône classieux.
Un faible pour « Black Night » méconnu, le reste c'est du domaine du classique. « Travelin'man »... Bob Seger les enfants. « Sailing nights »... « Fine memory ».. pour les belles découvertes.

Coïncidence, je viens de finir « Porcelain » le bouquin de Moby.. lui ce sont les cassettes audio de Bob Seger qu'il passait en boucle, accroc lui aussi.
Perpétuel danse d'arguments... Boss, Cougar ?? moi c'est Bob.
C'est cadeau, c'est pour moi.. si si j'insiste.. et du coup, profitez en pour écouter le Live Bullet 75..le plus beau concert de l’histoire.

Un jour, y'a pas longtemps, j'ai chopé ce disque dans les bacs, le Bob 75, le beau Loser, je devais vraiment avoir une drôle de tète de crâneur avec cette galette sous le bras.. la soirée sous le saphir fut égoïstement ardente.

Bob Seger 1975 « Beautiful Loser » label : capitol


13 commentaires:

DevantF a dit…

À un an près, je pourrai t'en raconter autant mais pas pareil avec "Stranger In Town" même ou à cause de l'année j'ai découvert le "lIve.. " bien plus tard et en CD.
Ensuite, histoire de completer j'ai pris ce 1975, sans trop m'y attarder.
Mais entre ton post et mon humeur... Ça prend bien.
"...Bob Seger les enfants..." ça m'a fait marrer, je pensais à ces arguments ultimes quand le ton monte avec mon pote, sur les KINKS je le taquinais sur le thème du groupe qui n'a écrit que trois chansons pour en faire toute une série de clones (je reprenais à mon compte une interview un peu masochiste de Ray Davies) et mon pote de s'énerver "P'tin, antoiiiine, les KINKS, les KINKS.... antoiiiine!!!!"

RanxZeVox a dit…

C'est le disque qui fait franchir un cap quand t'es ado, soudain tu te confrontes à un truc qui sonne adulte, les petits matins en souffrance, le café froid de la veille. Ce disque est indispensable, unique. C'est le versant intimiste du Live Bullet. Un classique américain.

TonTonMusik a dit…

Il avait des titres super efficaces, j'étais assez fan de sa production, j'ai un très bon souvenir de "Still The Same" que j'adorais. Et sa version de "Old Time Rock & Roll" était sur nos platines pour répéter les "figures" rock... Sympa.

charlu a dit…

Yep Toine, t'as vu comment je l'ai joué papa.. c'est d'ailleurs ce que je dis à la maison quand les grands descendent pour me dire de baisser la zic.. "ah nan encore lui !!!".. là jeme fâche :)))
le live bullet 75, j'ai commencé avec ça pour Bob, y'a pire. Il est toujours là pépère, il carbure.

charlu a dit…

J'étais ado pour live bullet.. mais pour ce disque, à l'époque, le trouver était un chemin de croix. Pas d'internet, des disquaires pas branchés Seger, et une visibilité restreinte sur les sorties. Je cherche encore "Mongrel" et 2 ou 3 autres. En dehors du mp3.
Je trouve celui là un poil au dessus des autres..même si "Against the Wind" à longtemps trôné.

charlu a dit…

Tonton, il faudrait que je liste les reprises Seger par Johnny.. y'en a un paquet. Le bon temps du rock n roll, c'est ma première virée vers Bob, en 79. Still the same, c'est encore une récupe Jojo.

DevantF a dit…

Ha ha me voici à écouter un peu l'album "Pas Facile" de Hallyday. Sa version ? Hum? bizarre cette ambiance "forcé" çalui va pas ou j'ai eu tord d'enchainer. Allez je me fais les trois premières

RanxZeVox a dit…

Il ne courait pas les rues, Beautiful Loser, mais il avait été distribué en France en même temps que Smokin OP's son album de reprises, contrairement aux autres grands disques que sont Contrast (Seven), Ramblin Gamblin Man et Back in 72 qu'il fallait traquer en import.
Mongrel a eu droit à une édition tardive en série éco, sans sa belle pochette double (souvent chez nous les magnifiques pochettes US étaient réduites à un machin tout simple en plastique qui pèle au fil des ans).
Tous ces albums qui couvrent la période pré Live Bullet constituent son âge d'or, ils sont moins rutilants que ceux qui suivront, mais sont incomparables dans l'émotion comme dans l'énergie.
Against The Wind est le chef d’œuvre de la seconde partie de sa carrière (The Distance est pas mal non plus), finement ciselé, magnifiquement composé. Les ballades sont sublimes, les rocks tapent un peu à côté du clou, on rêve quand même de retrouver ce niveau un jour.

charlu a dit…

ah merde Tonio, tu as fait le chemin à l'envers. "Pas facile" je l'adore ce disque caché et particulier.. mais y revenir en connaissant les originaux c'est ... même les chœurs féminin après coup c'est terrible. Les puriste de Bob à l'époque ont du être choqués. Ceci dit, moi c'est Johnny qui m'a fait découvrir Bob.
Eh "Mon p'tit Loup"..pouarrff déjà c'est pas une que j'aime de Bob, alors Jojo....

charlu a dit…

Hugo, "Back in 72" c'est mon p'tit disque que j'écoute ds la bagnole très souvent.. juste pour "So I write you a song" que j'ai dans la tète en permanence.. la mélodie et le chant..
Y'avait un disquaire d'occas vinyles à Chartres dans les 80's. Tte ma caillasse.. j'avais chopé le "Ramblin..." et les classiques post 75. Le reste je savais même pas que ça existait. Et tu as raison sur le côté faramineux de cette période.
Le "Seven" et le "Brand new morning" je ne suis pas encore totalement devenu frapadingue, c'est surement le fait que je les écoute uniquement en mp3.
Autant le live bullet 75 est mon graal, autant le "Nine tonight" je le supporte pas. Le son, qqchose de morne, pourtant "Night move" et 'Stranger in town" s'écoutent bien.
Quand j'ai découvert Live bullet 75, je suis resté ravagé total. J'ai embrayé de suite avec le suivant pour moi dans les bacs "Like a Rock". C'est sentimental, je l'aime bien ce disque ;D

charlu a dit…

Tiens, ça me reviens.. "Perdu dans le nombre"... une autre reprise sur un disque que j'aime bien ;D

RanxZeVox a dit…

Tu peux ajouter Like a rock (comme un roc, il s'est pas fait chier) et Brave strangers (Deux étrangers) parmi les adaptations par Johnny ( qui clairement préférait la période rutilante).

charlu a dit…

Bordel, je connais pas "Comme un roc".. par contre "Deux étrangers" j'aime bien, le disque aussi. "Madame Lolita"...