samedi 9 mars 2019

Murat 98 "L'excursion au Mont d'Or"



Jeu participatif : La Dizaine Des Blogueurs (27/02-10.03.2019)

6/  La chanson associée à un voyage inoubliable


Les arènes de Bozouls, les terres plissées à des lustres de mes plaines pleines d'espace.
Là bas, des façades grises, et des toits en ardoises... j'ai parcouru la Dordogne et ses beaux villages, juste avant de m'effondrer sur un cru du Cahors. Le long du Lot j'ai longé l'eau de St Geniez d'Olt à Ste Eulalie du même courant, des cours carrées en arcades sur la place du village, et l'Aubrac tout en haut, le Cantal plus haut encore, pour redescendre...
Bourboule, Mont d'Or, Chamablanc.. et Murat-Le-Quaire.

Je suis un grand voyageur mou, presque immobile, je tourne sans cesse autour de l'épicentre Murat, l'Auvergne comme un bout du monde, comme un grand Duc qui plane au dessus de ces terres et qui voit tout, des siennes, des leurs. Je longe l'Aveyron, je pars au pied du rocher du Roc du Sanglier vers  la roche de Vendeix l’œil fixé sur le Sancy avec à la cime, la croix de granit usée par les vents.
Je me souviens de tout. Des montagnes. De pas grand monde autour. Le Milan noir me guide, Murat en plein air... j'y suis.
J'y suis tombé amoureux, j'y suis allé sous ses ondes musicales, j'y retournerai, dès demain.

Un paquet de titres de Murat me transporte là bas. Ses accords m'accompagnent, me montrent la moindre colline, dessinent chaque petit cours d'eau .. « Le jour se lève sur Chamablanc », « Neige et pluie au Sancy » « Le berger de Chamablanc », « Dordogne » … « L'excursion au Mont d'Or »

Voyage inoubliable. 



Murat 1998 « Live in Dolores / Murat en plein air » label : virgin


9 commentaires:

El Norton a dit…

J'aime beaucoup cette idée d'associer le lieu où l'on voyage avec l'origine du compositeur. Ma phrase n'est pas très claire, mais quand je vais dans un pays/une ville, je cherche souvent à mettre des morceaux d'artistes qui en sont issus. J'ai l'impression que leurs compos résonnent alors différemment, que je peux mieux les comprendre.
Comme si le rapprochement géographique permettait le rapprochement mental.
Je ne connais pas tout Murat car la discographie est trop épaisse. Je ne connaissais pas ce titre, j'ai cru au début que c'était "Au Mont Sans Souci", mais j'ai confondu...

Chris a dit…

Il y a deux ans j'ai fait un petit tour en Auvergne et c'était tellement étrange de croiser des noms lus et entendus chez Murat, j'avais l'impression d'être transportée dans ses chansons...
Superbe album que ce "Murat en plein air"...:)

Devant Hantoss a dit…

@El Norton, j'ai une amie qui a ta démarche mais elle, se tourne vers la littérature, en espérant les mêmes effets que toi.
@Charlu Haaa Ce Murat je fini par me rendre compte que si je l'écoute c'est souvent poussé par tes papiers, à se demander même quand j'y pense si il n'y a pas concordance d'esprit. Les voyages lents non motorisés.

Pascal Georges a dit…

j'ai très peu écouté Murat...
tu m'as intrigué et forcément je vais réparer ce vide dans mon quotidien musical.
à très vite.
amitiés.

charlu a dit…

Je fais a tout le temps Elno, même quand je vais en Bretagne je mets un Servat ou Mike Oldfield celtique dans la caisse. Au Portugal, j'ai des endroits aussi, comme Agroal, l'endroit merveilleux où j'ai découvert Carlos Do Carmo que j'avais acheté exprès. Indissociable. Nacho Vegas en Espagne.... bref, je trouve ça important.

charlu a dit…

Tonio, je suis de plus en plus accroc à la campagne, espèce de retrait, recul.. et lui ça marche à chaque fois. ça fonctionne même dans ma campagne.

Chris, l'Auvergne on devient bien accroc. Le Mont d'Or c'est vraiment ma première fois. L'Aubrac ne rend zinzin.

Pax, Murat est surement celui qui passe le plus chez moi.

Audrey Songeval a dit…

J'ai aussi le souvenir d'avoir pensé très fort à lui en me baladant près du Col de la Croix Morant...
Dolorès, ça reste de loin, pour moi, le sommet de sa carrière. Je trouve que chaque album avançait vers cette direction. Après, je ne sais pas, j'ai l'impression qu'il s'est trouvé et que, du coup, on avait plus de vraies surprises.

Francky 01 a dit…

Jean-Louis Murat, le troubadour des campagnes, le poète de l'Auvergne...J'aime Murat mais sa disco est si dense que l'on y trouve le meilleur ("Toboggan", "Lilith", "Babel", "Dolorès", "Morituri") comme le plus étrange et moins bons (ses 2 derniers). J'ai un rapport particulier avec sa musique, entre attirance/agacement, fascination/répulsion, c'est suivant les disques. Mais on ne peut pas lui reprocher de se répéter, de ne pas prendre des risques, de ne pas expérimenter...mais ça passe ou ça casse !!!
C'est vrai que c'est très sympa d'associer les lieux que l'on visite à des musiques du cru. L'association littérature/lieux est aussi pertinente. J'avais vu un reportage sur des passionnés de Paul Auster qui tentaient de faire le parcours de sa mythique "Trilogie New-Yorkaise". Avec son univers, son rapport aux coïncidences et aux hasards...c'est carrément l'artiste idéale (presque un départ d'histoire Austériene). Et moi qui suis ultra fan de cet écrivain, cette démarche ne m'a pas laissé insensible.
Encore merci pour tes envois.

Salutations amigos de la blogosphère, toi que je connais (virtuellement) depuis...2009??...2010 ??
A +

Alexandre G a dit…

L'Auvergne ça me parle bien, j'aime beaucoup ce coin et je vais souvent y voir de la famille l'été, Murat ça me parle par petites touches, je picore mais j'y viens. Bizarrement c'est son disque électro expérimental chelou sur une autoroute qui m'a fait piger le personnage. J'adore le morceau que tu proposes ici
Bonne idée d'avoir mis en valeur un coin de France