dimanche 31 mars 2019

J.S. Ondara



Entourloupe de date, s'arracher des 70's avec un album « intemporel ». Entourloupe visuel, la pochette, et je m'attendais à du bayou d'époque, du blues Johnsson, Muddy à un carrefour. J'étais passé à côté, dans les rayon nouveautés.
C'était sans compter Pap's, l'ange gardien musical de mon casque quotidien. Dénicheur, trieur et défricheur, averti des grands disques qui font frisonner la peau, il a subtilement placé cette galette sublime dans notre boite. Mouche il a fait. Du temps j'ai mis à l'écouter. Une fois dans le crâne j'ai pamoisé mes pensés. Des minutes entières suspendues.
J'écoute cet album comme une obsession, un conte outre atlantique avec une voix qui se balade facile. Dans le contexte, j'ai entendu John Father Misty percutant Terry Calier, puis J.S m'a embarqué ailleurs, chez lui, avec sa patine, son histoire et ses sentiments.

Une pile inachevée d'albums 70's entassés devant moi, un qui passe et qui happe tout, J.S Ondara. Station allongée, je m'assois. La pierre, le ciel, l'herbe, plus rien avec la même lumière. Il est kényan et raconte son Amérique à lui. Merci Pap's pour ce cadeau.

J.S Ondara 2019 « Tales of America »label : verve forecast

Aucun commentaire: