jeudi 17 décembre 2015

Mains de Givre



Dans le sillon des instruments qui respirent et des matériaux qui chantent, Mains de Givre exalte le « Chœur d'âmes en détresse ». Une canicule hivernale excite la vermine, tout est tiède et moite, tout fond dans l'humus cafardeux.
Si nos yeux s'oxydent, c'est que la terre saigne. En attendant, la voûte dépose sur nos mottes les cristaux d'un matin sans qu'il puisse en durcir la croûte. Des mains à peine givrées rampent sur nos terres décongelées, de la marmelade, de la brûlure des profondeurs.

Un duo, un violon, une guitare, du néo-classique dark ambiant from Montreal.


Mains de Givre 2010 « Esther Marie » label : textura


5 commentaires:

Chris a dit…

"canicule hivernale"..j'aime beaucoup...:)
La musique est de circonstance...

Mylène Gauthier a dit…

Magnifique. Merci.

charlu a dit…

Dès que les cordes sont frottées, les froids se dilatent.. ça fait un bail que j'écoute ce disk, ça fait bizarre d'en parler... et grâce à ce billet, je me suis aperçu qu'ils étaient de Montréal..

Mylène Gauthier a dit…

Je ne connaissais pas. Ça prend un océan pour rentrer chez soi parfois.

Devant Hantoss a dit…

C'est toujours toi, tes textes, tes peintures qui me ramènent à ces styles musicaux que je qualifie de musique que l'on écoute quand on ne veut plus en écouter. Mais que le silence angoisse.
Un seul danger de ces musiques c'est que le temps qui passe les ignore. Et après s'en être sorti, c'est un peu comme sortir d'un état hiberné... La terre a continué à tourner.