jeudi 3 décembre 2015

Anderson East



 
L' effet « ..merals » m'a propulsé direct vers ce blanc bec soul rock de l'Alabama comme pil poil dans les règles de l'art retro du genre.
Cette fois-ci la pochette est raccord et les cuivres pas moins voluptueux.
Ça merdeuse impec, la hanche huilée, le poil gominé, les musicos costarisés..la musique, une fois de plus intemporalisée.

 
Il faut des enceintes bien roulées et des envies de mieux avant, même si c'est pas dégueux, là tout de suite, ce que j'entends. Rythm'n'blues d'Athens, des allures de Nashville, sa nouvelle demeure, une nouveauté rock, d'ici ailleurs, mais quand ?

Anderson East 2015 « Delilah » label : elektra

6 commentaires:

Joe Fracas a dit…

Y'a pas à dire , c'est quand même super bien fait le truc! J'ai accroché d'emblée même si a priori ce n'est pas trop mon style. C'est dire! Je pense que les cuivres et sa voix font beaucoup .... Très agréable! Merci!

charlu a dit…

complètement bien gaulé le disk.. ça fait mouche à chaque écoute.

De nada Joe

Till a dit…

Bin vendu comme ça, qu'est-ce que tu veux dire ? Juste merci peut-être...

charlu a dit…

Merdouille.. pas compris.. kwaça Till ?? ;D

Devant Hantoss a dit…

Je viens de comprendre le message de Till, j'en pensais autant, quoi te dire de plus à part merci pour nous avoir proposé le truc éternel, je tombe toujours dedans. Je marche à fond. Mon rêve, mais c'est trop demandé, c'est d'y ajouter un grand guitariste qui t'envoie quelques giclées... mais bon. C'et bon.

charlu a dit…

Ahh ok ok .. ;D
J'étais un poil déboité à la lecture du comm de Till.. mais bon..je suis assez content d'être tombé sur de tels opus revival.. avec Ephemerals, ça m'a ramené à Vintage Trouble etc etc..