samedi 22 février 2014

Fleetwood Mac original





Peter Green sort tout juste des Bluesbreakers, la fameuse école de blues british 60's, entrainant avec lui le bassiste John McVie. Certes, il y a l’influence de l'erre Mayall qui allait projeter le guitariste fou sur deux ans torrides gavés de prises live à Boston, Chicago…. mais il y a aussi le cerveau épique d’un grand bluesman progressif qui a incorporé du rock dans ses riffs. Il y a aussi Spencer recruté sur cette période faste, puis Kirwan vers 69, histoire de dessiner la suite des évènements.

Spencer dans une secte religieuse, Green chez sa mère avec les ongles qui poussent pour arrêter la gratte, deux ans de guitare magmatique, de dégâts considérables qui fera du Fleetwood un autre groupe dès 1970.
Fondé en 67, il y aura d'innombrables documents accumulés pour assouvir des décennies de rééditions. Sans cesse, les lives et les compilations qui surgissent depuis , sont des pièces rares et live tournant autour de trois albums ci. « Fleetwood Mac » 67, « Mr Wondeful » 68, « English rose » 69. Cette courte période dense aboutira sur le chef d’œuvre blues british absolu « Then play on ». En attendant, le monde hippie en effervescence est bouche bée devant les prestations scéniques du Mac.

Autant de standards blues pourraient faire croire qu’il s’agit là de reprises.. d'incontournables de Muddy Waters, John Lee Hooker.... Ils sont d'authentiques compositions de Green/Spencer/Adams.., à quelques exceptions près, et seront reprises tout azimut. Peut être, mon hommage préféré à Peter Green reste le « Blues for Greeny » de Gary Moore.


En attendant, la quintessence.




Fleetwood Mac 67/69 « Fleetwood Mac 67 »; « Mr Wonderful 68 »; « English rose 69 ».
label : columbia







5 commentaires:

Jimmy Jimi a dit…

Autre chose que cette daube de "Rumours" que tout le monde essaye de réhabiliter - rien que la pochette, avec l'autre andouille qui se prend pour un papillon!

Tourscher Jonathan a dit…

La meilleure période, assurément! Blues, blues, blues...

charlu a dit…

Yes les p'tits gars.. une grosse période, deux ans terribles.. le dingo sur la pochette, c'est le grand batteur Mick Fleetwood, y fait tjrs le con, il est le médiateur du groupe et c'est souvent lui sur les pochettes.. "Rumours" d'ailleurs, c'est lui les burnes qui pendent. C'est lui sur Mr Wonderful.

Par contre, la période "Rumours", c'est autre chose, mais j'adore aussi.

orfeenix a dit…

Après le tablier de sapeur, le buste imberbe, c' est subversif tout ça!

charlu a dit…

C'est clair..c'est le monde à l'envers :D ... c'était avant
car le Fleetwood de la pochette a un gros barbu maintenant.