dimanche 31 mars 2013

Murat Toboggan




Les accords floconnent, lancinants, réguliers, doucement, comme quand il neige, un gimmick de cordes ouatées, chute lente d'écho en couches de chants en charpie de voix troubles superposées, et le rideau de tulle épais s'abat d'une lenteur. Chaque note est chargée d'eau glacée, chaque battement de cœur est figé par le son acouphène du drapé qui s'abat.
La vitre est givrée, « aimer c'est être aimé », le cœur en chair armée a beau bâtir des cloisons scellées, la vanité et les saisons viennent enduire la texture des sentiments. Et si l'émotion véritable n'étais qu'un grand gouffre marin ?
« Et quand passe la neige en tourbillonnant ».. le ronronnement se fait attendre, « chat noir suppliant.. que l'espoir laisse au printemps chanter la grive en tourbillonnant »... L'hiver se traine,il y a quelques jours je ne supportais plus, je me console avec « Toboggan ». « Le froid de l'hiver est cruel ».. comment savait-il qu'il allait nous cuir l'épiderme jusqu'à la gerçure cérébrale.
La biologie, la vie, la Belle... ma Belle... entraperçue au détour d'un chemin longeant la ferme vivante d'une basse court et d'un clapier mordoré. « Belle » et cette note légère en boucle qui dessine sur un visage la beauté que l'on imagine devant un alignement mégalithique.
La nuit, la nature se dirige vers le ventre des mères, devant les tanières, apprend à s'orienter au beau milieu des marais humaines. Des cristaux attaquent l'œil en scintillements de glaciers lointains.


Chaque album de Jean-Louis Murat est une teinte dans la fêlure, la lueur et la lumière. Si l'on a l'impression que rien ne bouge, c'est ne plus imaginer que la neige légitime peut dicter la mélancolie au forsythia qui lutte. La chandeleur est une étape lumineuse que le flocon ignore, bien fait pour nous, mathyr capitaliste.
Et les cuivres graves au loin sonnent l'alali comme on entonne un chant sombre des horizons carbones, juste piqués de quelques flèches éphémères séculaires.
Des cordes douces pour l'âme, des jeux de voix pour l'amour, des cuivres arrière plan pour le contraste, et le clavier nébuleux de Slim Batteux pour le ciel.

On a pas idée comment l'on glisse sur la poésie, on a beau nous prévenir sur le dérèglement du ciel, nous dire que le vrai poète se faufile dans les collines en VTT, que le chemin des poneys peux se poudrer, que les Mont d'Or se blanchissent comme nos tempes. C'est pas pour autant qu'il faut se morfondre comme je le fais dès que la froidure s'abat sur mes tempes.
« Toboggan » vient comme un pote de toujours pour me dire, me chuchoter que la boue froide des lopins de nos âmes est une virée dominicale emmitouflée et encapuchonnée jusqu'au cœur.
 
Extrême solitude, l'envie de garder la terre collée aux crampons tout en pensant au cœur de cette fille au vent sec, à l'odeur du bois coupé, cette poule d'eau frileuse.
Une nouvelle introspection qu'il faut garder précieusement..je veux des couleurs immortelles...

Orion résiste, et semble vouloir rester devant cette acharnement à nous saupoudrer la chevelure. Je n'implore plus le ciel, Murat chante l'hiver.
Son dernier album est un nouveau régal, hivernal, intime et lent, pas de batterie, ni de basses, juste la terre et le vent de collines, des angoisses comme un leitmotiv..que du jeu, des nuances et des teintes, quelques accords de guitares engourdis, un piano calfeutré, et des cuivres tellement papier peint qu'on oublie qu'ils sont là pour nous mijoter le bulbe.
Qui est près pour la culbute ?

Je suis planté dans le 19 ème siècle, impressionnistes littéraires et d'huiles, et le troubadour qui pense que l'amour est fait pour les héros happe ma nostalgie, et comme il faut rompre avec les contraintes, on s'isole, on regarde le froid mordre et le sucre glace voltiger. Murat est le seul.
Peut on encore fumer une clope, mettre la main au cul d'une fille, pisser dans la rue, l'asepsie est une tendance, le plat un appas. Tellement d'artistes sucent le rond rond et boivent l'eau tiède.. Murat est le seul, juste dans la langue, la note et l'invitation terreuse et vitale. La profondeur.
Laisser dans l'ombre, attendre en espérant desjours meilleurs .. déconfiture, détripotage.......débâcle extrasensorielle.


Jean Louis Murat 2013 « Toboggan » label : PIAS/scarlett




11 commentaires:

Rondelptik a dit…

Tu dropes vite, pas le temps de suivre ! Bon, moi, j'ai fini pour mon blog, je suis à jour;-)
Y a quelques trucs que j'voulais écouter voir ce que ça vaut. J'essaierai ton Murat. Y a Babx chez les français aussi dont je sais rien mais j'ai vu des critiques plutôt enthousiastes.
Tu penses aux Nourallah, où je fais bien de t'en parler ?

LRRooster a dit…

J'aurai une petite pensée pour toi vendredi soir au Trianon.
Je te fais une petite vidéo.

charlu a dit…

Tu fais vachement bien de m'en parler Rondo :DD

Ma rouste je regarde demain si y'a des places .

devant a dit…

Chez les paps il y a échange sur la sale caractère du bonhomme, limite réac.
Ha le Murat ne laisse personne indifférent... Sauf moi qui le connait peu mais le peu, j'aime bien. Mais je n'arrive pas à la placer en haut des chansonniers. Et quand je vois son actualité, je me dis "Au fait, Charlelie Couture, il fait quoi maintenant" C'est vrai ça, au fait?

charlu a dit…

Oui, reac, décalé surtout. Je viens de lire sur Magic! qu'il était album du mois. .. "un chemin"... "une lente éclosion intime"....

La Rouge a dit…

Ah! J'ai pas la tête à la musique, vaste période silencieuse. Quand j'écoute, j'écoute pas... la musique passe par dessus moi. Je suis à faire le deuil de mon année de peinture et de liberté, pas facile de faire entrer autre chose quand on doit faire du boulot que l'on déteste. Enfin... ton texte est magnifique charlu. Bon mardi.

charlu a dit…

Merci Red.
Je fonctionne à l'inverse..la musique est tjrs là, et plus abondante encore quand je flotte..elle devient abondante quand je déteste tout :D
Là je dois bien avouer que je suis bloqué, beaucoup plus qu'avec le grand lièvre précédent ou les lueurs de Dominique A. Beaucoup trop biologique pour que je ne sombre pas.

ravachol64 a dit…

loin de mon l'envie de reprendre les arguments des uns et d'autres (surtout les miens en l’occurrence) échangés sur le forum des paps, mais Murat ...Murat ou le vide et le néant. La posture avant tout, pour le reste peu à dire, si ce n'est que contrairement à ce qu'écrit Devant, il y a au moins une personne que l'artiste maudit à deux balles laisse indifférent : moi.
Comment ça je suis pas indifférent ? Parce que je suis là à en parler ? Sans doute, mais c'est mieux pour crier à l'imposture !

charlu a dit…

nan nan nan..quenenni Rav... je ne vois pas où est l'imposture puisqu'il se morfond dans ses collines et que tout le monde se fout de ses 14 albums. Les imposteurs sont ailleurs.
C'est la mode de chez nous d'étiqueter les maudits la grande poésie qui sourde de l'humus qui tape à 100 000 albums chaque sortie :D
ses disk ça sent le cul et les champs, le romantisme et la mélancolie torturée..
Mais comme tu dis, il defraye la chronique

Carl a dit…

Quand on vient chez Charlu on trouve quoi? De la zique, bien sûr. Des images, ouais. On se prend surtout une pleine cargaison de poésie en pleine gueule, tu vois...

charlu a dit…

Merci Carl ..ça me touche tes retours, venant de toi le poète vagabond, ça me touche...