mardi 19 mars 2013

Lee Hazlewood 63



Merde, si Sony et la Hendrix family s'évertuent à faire renaître décemment le grand Jimi, Light in the Attic records bosse pour Hazlewood dans la plus belle des discrétions. Faire ressurgir des trésors bourrés d'inédits est un rendez-vous fidèle depuis quelques années pour ce crooner.. et comme le dit Philippe Manoeuvre.. « tout revient au fur et à mesure..tout réévaluer..le rock perdure..et tout cela continuera éventuellement jusqu'à l'extinction complète du dernier baby boomer écoutant son ultime pirate de Robin Trower... »
En attendant, c'est de Lee Hazlewood dont il s'agit, et là, j'ai figé ma marche errante pour m'assoir dans la boue jachère qui devient poussière. Je laisse l'alouette me siffler fixement au zénith et attends le prochain train pour nulle part.
Quel pied ce disque, cette résurrection, ce timbre de voix bourbonnée et goudronnée, ce country western sans moustache est une pure dégustation.
Mes croquenots s'allonge en peau de croco et ma roulée se nébulise en effet papillon. Anticyclone virtuel, les fesses dans la boue..bordel, le train n'arrive pas. Je vais y aller en vélorail et voir ma tour disparaître dans un coucher de soleil Lucky Luke.
Depuis quelques jours, le premier LP de Lee réédité est dans les bacs. C'est pas bientôt le printemps ? Qu'est ce qu'il fout ce train ? Je vais être à la bourre pour le rencard d'hier.
« C'est un endroit pour naitre, un endroit pour vivre, pour mourir et être oublié ».. je guette le nuage de vapeur sifflant, rien..que l'alouette, c'est déjà ça, mon train à moi, mon alouette crâneuse, mon voyage statique, le cul par terre.
Je vous jure que ce disque est un remède à l'oppression quotidienne. Un feu de camp en pleine marmelade champêtre, une voix désaffectée qui se dessine et le rail raye le lopin de terre.... « The girl on death row », un inédit miracle..
Merde, pas de train, deux heures de retard annoncées, le froid, une loco en vrac, une menthol pour changer, et mon casque avec «Trouble is a lonesome town » de Lee Hazlewood.. m'en fout, l'alouette est toujours là qui siffle pour le train.... qui n'arrive pas.

Lee Hazlewood 2013/1963 « Trouble is a lonesome town » label : light in the attic/mercury




5 commentaires:

Sb a dit…

j'suis désolé pour le hors sujet, je reviendrais mais faut que tu gouttes ça : http://utechrecords.bandcamp.com/album/primeval-man-born-of-the-cosmic-egg

Pascal Georges a dit…

C'est mon ami JMarc qui m'a fait découvrir ces albums.
Très belle chronique pour décrire celui ci...
Si ça, ça donne pas envie !...
à +

Toorsch a dit…

Yeah bonne nouvelle, Light In The Attic est décidément un label qui a le feu...

charlu a dit…

J'arrive pasà le charger dans la box les p'tits gars !!! 1h pour un morceau .. comprends rien. Je fais du ménage et je réessaye.
Sinon celui là j'arrive pas à l'enlever de la platine ..

Toorsch a dit…

Pas mal ce disque, mais je préfère malgré tout sa période moustache... Un grand monsieur!