dimanche 9 septembre 2012

Thomas Belhom


 
Bande son d'un après midi où la peinture n'est plus possible. Abstinence. De toute façon dehors le soleil piquant m'invite et cligne de l'œil. Je lui donne mon oisiveté à griller, ma flemme à mijoter. Et comme album, le nouvel effort acoustique de Thomas Belhom.
Coincé entre une nouveauté de GiantSand déjà publiée et un double Calexico à venir, je découvre « Rocephine » est reste plaqué dans mon hamac comme dans un cocon de lin près à muter. Coincé, car ce musicien batteur/percusionniste devenu solitaire était chez Calexico avec son binôme Naïm Amor (avec qui il a sorti deux grands disques « Wavelab » et surtout « Amor Belhom duo » 2000). Howe Gelb, alias Giant Sand est peut-être le noyau de cette grande arborescence qui va de Thomas à Bruno Green (Lilium et Hugo race (chez glitterhouse)). Une grande famille boisée, la même sève. Un collectif, une même bannière.
Deux troncs d'arbre comme sentinelles, une onde de chaleur molle me couvre et me flagelle les paupières.... Dedans, les murs sont couverts de chaux, et une abeille vrombit mémère. Elle, cherche la fraîcheur des murs, moi l'ombre d'un arbre pour me couvrir. Le son diffuse attristé, un ciel d'été tardif, ou plutôt une canicule merdeuse, une chaleur traine-savate comme j'aime. Des cordes partout, un peu de cuivre, moitié chanté façon Xavier Plumas (Tue-Loup) ou Dominique A (« Dans ma maison »). Stuart Staples est invité à chanter ses propres paroles sur « A meaning shovelfull of promises ». Thomas, première partie live des Tindersticks 2012. Moitié instrumental sous cette ambiance de feutre ombragé, ultra-violet mou. Viva Yazon elle, peint, elle est le design « Modiglaini » de cette pochette ci. Un ensemble artistiquement magnifique. Un instant grisant, contagieusement tristounet.

Ça se passe chez Ici d'ailleurs, quelques albums déjà, beaucoup de collaborations (Red était sur « Remedios »), des amis. Un sentiment de solitude impeccable pour épouser mon isolement sous l'arbre sous le soleil sous le ciel noir outremer qu'on ne peut voir ... solitude.. à deux .. Viva Yazon est toujours là à mettre en peinture la musique de Thomas. Quelle collaboration musicale je pourrais habiller d'huile un jour ? Ou un autre support artistique ? Tout ce que j'écoute à peindre.. Thomas Belhom/ Viva Yazon est une magnifique collaboration amoureuse.

Thomas Belhom 2012 « Rocephine » label : Ici d'ailleurs
http://www.icidailleurs.com/index.php?route=product/category&path=53
échelle de richter 8
support cd
après 10 écoutes







2 commentaires:

Fracas 64 a dit…

ça m'a l'air bien sympa ... et mérite une écoute approfondie. merci!

charlu a dit…

Oui.. hyper sympa. Y'a 4albums solo, des collaborations à tout va..un paquet de disk hyper cool pour Thomas.