dimanche 10 août 2014

Barclay James Harvest 71



Je profite lâchement d'une fréquence de visite amoindrie par les aoutiens dispersés pour placer une fois de plus mes chouchous romantiques anglais et une de leur pièce discographique maîtresse.
Inutile de vous dire comme j'affectionne grave cet opus dont on connait ponctuellement quelques pièces à travers de multiples compilations de chansons, mais aussi d'albums chargés de bonus  Taking some times on »).

Parlophone a eu la bonne idée de rééditer cet opus sans aucun bonus, dans sa forme brute d'époque (une version 6 bonus BBC avait déjà été proposée en 2002).
Nous sommes en plein cœur du mélange rock et classique, mais du classique romantique où le mellotron vient supporter les violons.

1971, Barclay James Harvest est un groupe de rock-prog.

Un monuments comme fil conducteur de tous leurs concerts, « Medicine man » entame « BJH and other short stories » hautement. Le final, une double composition conceptuelle et symphonique épique dirigée par Wolstenholme et Lees. « The poet » et « After the day » est un moment particulier dans la discographie des BJH, un sommet de sensibilité, l'exaltation d'une écriture cinématographique de Wolly que John et sa vison rock récupère en plein vol.
D'ailleurs cet opus 71 est une forte collaboration entre Wolstenholme et Lees, deux chansons seulement pour Les Holroyd.

Entre ces deux sommets, quelques chansons touchantes, dont « Ursula », « Little lapwing » (comment ne pas succomber à une telle beauté folk orchestral de western prog anglais) ou encore la superbe balade folk « Song with no meaning ».

C'est un grand moment de poésie musicale et de cohésion au sein d'un groupe britannique. Un disque pour les réfractaires, les résistants et les suspicieux du BJH, faut juste aimer succomber au romantisme champêtre british prog du début 70's. La substance originelle du groupe est là, l'âme inaltérée en plein bouillon, il ne finiront pas de grimper juste après un autre album plus enfoui « Baby James Harvest » 72.

La météo a des parfums d'été anglais, idéal pour ressortir de vieux opus, des vinyles, voire des rééditions d'anciens albums qui nous tiennent à cœur. Voici un des miens.

 
Barclay James Harvest 1971 « Barclay James Harvest and other short stories »



2 commentaires:

Le Zornophage a dit…

Un jour il faudra que je me penche sur le cas du BJH dont je ne connais qu'une compilation.
Merci pour cette piqûre de rappel.

charlu a dit…

C'est le moment où jamais .. ils ont trop de compiles, ça disperce de la discographie. Cette pièce ci (copie cd du vinyle authentique) est très dispatchée dans les volumes et best of, et rarement proposée en tant que telle. J'ai même mis un temps fou à pouvoir l'écouter dans sa version 71, contrairement à d'autres Lp.
C'est la période fast..ziva Zorn