dimanche 9 juin 2013

Gérard Manset 79


Grand Jeu Sans Frontières Des Blogueurs Mangeurs De Disques - Sixième Edition

Lundi 10 juin :  « Une madeleine auditive »


A chaque fois que vous entendez cette musique, elle vous relie à une histoire, un événement, un sentiment très personnel. Alors racontez !


Écrire un billet sur Manset n'est pas quelque chose qui se fait à la légère, il faut une raison valable, avoir sombré dans son écriture et bâtir un pavé bourré d'émotions.
La madeleine de Proust est pour moi un chemin plus facile, une esquive, avouer qu'il charrie des montagnes de souvenirs à chaque fois que le saphirs vient labourer un peu plus les sillons noirs.

« Royaume de Siam » déclenche, dès la première note. Il suffit de le sortir lorsque l'envie d'un travelling arrière me démange. Ce disque est familial, artistique et m'injecte le spleen des inspirations naissantes.
Comme le premier orgasme de sa vie, il a suscité en moi la première envie violente de créer, une sensation bizarre qu'il fallait faire quelques chose à tout prix, que nous n'étions pas uniquement des tubes digestifs.

Des odeurs de vacances près d'Amboise avec sur la platine des cousins/cousines, le « Royaume de Siam », avec des parfums de l'île d'or, peupliers et balançoire en fer. Je collectionnais les capsules de bière que je ramassais sur l'île, je rentrais avec mon gros sac et écoutais Manset 79.
De retour dans ma Beauce plate, je retrouvais ce disque chez mon oncle peintre cette fois-ci, à chacune de mes visites dans son atelier. Quel son, quels craquements, des chansons qui arrachent le bide à 15 ans, avec en toile de fond, les odeurs de térébenthine et d'huile de lin. L'association s'est bétonnée à cette époque, la création passera par l'huile. Dès que l'inspiration est en berne, ou la démission collante, je mets « Royaume de Siam » est les écluses s'ouvrent, les digues lâchent, et je crois que j'ai chialé pour la première fois sur ces chansons là... « La mer n'a pas cessé de descendre », « Seul et chauve »..par terre j'étais. Le désir lacrymal n'a jamais cessé de monter à chaque écoute.
Regarder la pochette originale, c'est déjà une bonne partie du travail qui est amorcé. L'original, car ces remugles puissants ne sont possibles qu'avec la version vinyle, il faut les crépitements, mais aussi les deux chansons disparues sur les versions numériques, « Seul et chauve » et « Balancé ». Depuis, j'ai lu le livre éponyme de Manset, et sombrer à nouveau dans son cerveau labyrinthique. Je me suis aussi renseigné sur l'histoire de l'artiste et sa discographie via quelques bouquins, pour ajouter, sans jamais perde le goût de la madeleine.

Vous voyez, rien sur sa carrière, rien sur mes sentiments de la restructuration de ces chansons.. juste 1979, le disque a circulé autour de moi pendant quelques années, à chaque fois dans deux circonstances particulières. Des années il a fait son travail inéluctable de tatouage cérébral, de moteur, de parfum tenace, de madeleine auditive. Tout me remonte à la gorge quand je mets « Royaume de Siam » de Gérard Manset.

Gérard Manset 1979 « Royaume de Siam » label : pathé marconi







Un clin à Jimmy .. ce disk est un peu notre rencontre qui gonfle plus encore la madeleine :D




22 commentaires:

Toorsch a dit…

Excellent billet, l'ouverture à la musique, des sensations encore pures...

J'ai en vinyle, récup chez mon père avec "Le train du Soir".

sorgual a dit…

Perle absolue, un disque à sentiments, un disque qui s'écoute d'un trait, qui nourrit. Une oeuvre. C'est toujours beau un disque qui chavire le coeur, qui crée en toi. Beau texte émouvant, merci.

Sadaya a dit…

Oh oh oh, bravo. Ça c'est du put**n de beau souvenir, lié à la création, j'aime lire ça.
Encore une fois (la coutume du JSF), tu nous régales avec un texte formidable.
Je viendrai le relire tout à l'heure pour le plaisir.

La Rouge a dit…

Magnifique texte, remplit d'émotions comme toujours. Manset, toujours sous-terrains.

Pascal Georges a dit…

Manset...
Il y a bien longtemps tout cela.
Très bel article - l'élément déclencheur, la fibre artistique, les sentiments, tout y est.
Super départ.

charlu a dit…

merci les p'tits gars.. passer un vinyl en boucle, c'est pas de la tarte.. j'ai du le retourner 10 fois hier aprèm :D

Sb a dit…

Je ne connais pas du tout Manset... magique avec ton texte... fantastique, merci...

Jimmy Jimmereeno a dit…

Superbe billet.
En effet, rien que la pochette et c'est déjà parti pour un autre monde... Merci pour le clin d'oeil.

devant a dit…

Incroyable, à croire que Manset vit avec davantage de douleur ses textes. Pour avoir éliminé ce superbe "Seul & Chauve" (Merci du rappel) il faut croire qu'il ne le supportait pas? Dis moi si dans tes lectures tu as une explication de ces changements?
Je vois donc d'où vient cette envie de peindre, l'épisode de l'atelier. Mais les capsules de bière? Je pense savoir :-)) !!

charlu a dit…

eh eh, rien n'explique les capsules.. sauf peut être une des balançoires en fer que j'ai pris en pleine tète.
Pour la restructuration du catalogue, y'a pas grand chose de divulgué sauf, qu'il est assez branché "grands collectionneurs" qu'il réorganise tout, propose qq inédits, en cache certains... il laisse le privilège des détenteurs du vinyl ?? Ceci dit avec les encodages maintenant ....
Il est chez jimmy le disk.. le lien en bas....

Echiré79 a dit…

Ou comment la vocation artistique vint à Charlu.
Trés beau billet
jeunesse, famille, douceur des vacances enfantines, ouverture à l'art.....tout est dit et bien dit!
Immense disque ( mais je peux dire la même chose pour les 3/4 de ses albums!)
Je comprends mieux ta réponse à mon mot d'hier sur la madeleine de Proust.....pur hasard vraiment!!!
Tu peux venir dans mon cerisier, je vais même rajouter des CDs aux branches pour toi...

Fracas 64 a dit…

Cela ne m'étonne pas que quelqu'un ait pris une madeleine chez Manset...Je le connais mais pas assez à mon goût. Moi, ça me rappelle une copine que j'ai connu qui n'écoutait QUE Manset!!! Folle jeunesse...

Everett W. Gilles a dit…

Hello.
Très beau texte qui synthétise bien les rapports que nous entretenons tous à la musique.
Bon évidemment j'aurais changé les noms, je t'ai déjà dit que j'aimais les Beach Boys ?
EWG

Till a dit…

Chez Manset j'ai toujours été rebuté par il voyage en solitaire trop entendue, du coup je suis toujours passé à coté du reste. Et c'était une époque où pour la musique il fallait être 4, gueuler No future et envoyer chier ceux qui chantaient avant. Donc Manset est passé à la trappe et il n'était pas le seul.

Depuis je fouille de temps en temps dans le trou sous la trappe pour voir s'il reste des trucs. Et j'en retrouve des qui sont encore tout bons à écouter.

charlu a dit…

La musique est intemporelle Till..je découvre les 80's depuis qq années seulement. Je ne sais pas ce que serait Manset sans "Il voyage..", mais on s'en fout, c'est juste des trucs à prendre ou pas. Les opposés sont assez excitant.. J'aime pas cette chanson non plus et j'ai même trouvé qu'il diminuait sérieusement Bleu Pétrole. Ceci dit, j'ai eu une adolescence et enfance assez docile.. ouvert à des trucs qui perfore le plexus plus que le cerveau. Des écoutes biologiques pour que je puisse en égoiste me construire tout seul. Jamais disco, jamais punk, jamais une caste, jamais Beach boys :DD
Tous vos comm me font très plaisir, c'est tellement coloré.. vous ètes tous à une orientation différente, mitigée.. on se conjugue tous.
Bon, j'arrète.. c'est l'effet Manset.. j'écoute, et depuis hier, j'ai ça dans la tète à force de l'avoir passé, et je ne vois plus rien autour..ou presque..

charlu a dit…

C'est émouvant comme chacun se lache.. le Sorg est un psy :D C'est beau les anecdotes, le contexte, ça rend toutes les écoutes humaines et vivantes. Les billets de Pax, l'électricité épisodique de Djim... et tous les autres. ça bouillonne....
Et c'est un thème où l'on se fout que l'autre renie..y'a pas grand chose à dire, c'est juste une madeleine dodue. L'humilité est de mise aujourd'hui. Il faudrait qu'on ait tous chacun ces disk là. Au rayon JSF :D

Le Zornophage a dit…

Excellent billet mais, décidément, à quelques titres près, j'ai beaucoup de mal avec Manset qui, malgré de nombreux essais, m'emmerde tjs autant.

charlu a dit…

N'insistes pas.. c'est cuit et t'es pas le seul.. même si ça fait du bien de se faire chier un peu dans le quotidien.

sorgual a dit…

Nan 'suis pas psy, mais alors pas du tout comme dirait ma fille qui fait la fac de psycho. Je suis un éveillé du sentiment, un écoutant du non dit, un devineur de rouages ... et en médecine ça aide. Mais c'est dans ce dialogue incongru parfois silencieux, bien loin des symptômes, dans ce rapport très humain, voir dans l'intime de la pensée que se passent les plus beaux échanges et que naît la confiance. Je suis un sensible
sentimental ... et ce thème là me tenait à coeur.

charlu a dit…

ça me fait penser au film avec Dupontel "La maladie du docteur Sach". Génial. C'est un critère vital et indispensable..devineur de rouages.

LRRooster a dit…

Ok Charlu, t'écris pas trop mal :-) Merci pour ta belle madeleine.

orfeenix a dit…

Mes premières révolutions devant la glace c' était sur " comme un guerrier" , ça avait une rage, autant d' effet pour moi que du hard, merci pour ta madeleine, elle a bon goût!