samedi 17 décembre 2011

Tomoyoshi Date / Akira Kosemura






Depuis le précurseur expérimental ambiant Ryuichii Sakamoto, une multitude d'artistes japonnais s'étendent sur plusieurs labels solidement établis (12K; Spekk; Flöp; someonegood, flaü, homenormal...), abritant tous des merveilles sonores contemplatives, des ambiances électroniques intimes, des dentelles de lumières pastels.
Le dernier paysagiste délicat en date est Tomoyoshi Date. Ce sont les luxembourgeois, Own records, qui proposent leur estampille qualité avec « Otoaha », un recueil instrumental tendrement gorgé de plaisir et de délicate beauté. Les mailles parsemées d'un piano défit la pureté d'un field recording nappé de laptop discret. Tous ces bruits de fond, l'eau qui coule, des voix lointaines et brumeuses engourdissent ceux qui préfèrent l'hiver à la chaleur estivale.
Tomoyoshi Date est très proche de Chihei Hatakeyama, avec qui il a formé Opitope chez Spekk. Même envolée douce, mêmes couleurs sensuelles et délectables.
Label sûr, musique sublime, pochette merveilleuse, une nouvelle pièce artistique japonaise dans le paysage délicat ambiant d'un électronica acoustique.








Une certaine gémellité avec son compatriote encore moins connu, Akira Kosemura et son divin, « Polaroid piano » sorti en 2009. Le thème de la pochette aussi interpelle, et le field recordings est tenu par Lawrence English, les brumes sont plus printanières.
La douceur des musiques qui passe entre mes murs s'opposent à la rudesse extérieure qui s'installe, vert pâle et gris brumeux, la grêle vient de s'abattre sur le toit de ma verrière ajoutant au son un sursaut météorologique à l'ambiance ouatée d'un piano ensommeillé.



Akira Kosemura 2009 « Polaroid piano » label : some one good
échelle de richter : 8,8
support cd
après 10 écoutes

http://www.akirakosemura.com/
http://www.someonegood.org/




2 commentaires:

La Rouge a dit…

Oh! Je ne connaissais pas, ça me semble vraiment bien. Merci de la découverte!

Vers du Silence a dit…

Oui, effectivement, ça me plait beaucoup !
Je vais écouter tout ça "à tête reposée".
Merci Charlu