lundi 13 octobre 2014

Murat & The Delano Orchestra



Quoi de mieux que du cousu main pour Jean-Louis Murat, des cuivres et du banjo. C'est la collision du grand poète des monts et du drapeau rock du label Kütü Folk.

Des lustres que j'entends chez Murat le JJ Cale, Neil Young hexagonale, avec ce que l'hexagone peut injecter en plus, le romantisme, la féminité, la mélancolie, le sexe, la terre grasse … « Babel » pour le coup, et le Crazy Horse vient se greffer, avec pour chevaux fous The Delano Orchestra. Un point de rencontre exact et cohérent...un derby, un jam poétique de voisinage.

 


Un double album, face A, face B, un flan nord, une face sud, une œuvre colossale à ralentir un blog, il me faut l'immersion, une vieille bagnole à arpenter les collines plissées, esseulées et brumeuses, mettre du temps à pénétrer chaque sente en profondeur, chaque senteur de mon antre. La musique qu'il me faut ? L'acte artistique parfait ?

« Grives... beauté.. ronces..vallée des merveilles...rhubarbe..vacher..foin.. vent de pluie qui asperge.. blues.. cygnes et chèvres...chagrin violette....neige.... ferme et passion.... genet et pissenlit...  le pays où il est né ».

Leurs trompettes font de lui le Calexico des Monts d'Or, la Maison Tellier en plein Sancy.

 
Je frissonne, il pleut gris automne et tiède.. la lumière est comme il faut, une vie de campagne ordinaire.. la mienne, en écoutant la sienne, la leur..juste un peu avant que les arbres se dénudent.. et je me demande pourquoi je lutte à ne plus vouloir peindre ma tour, le pays où je suis né.
« Babel » tombe ici, juste dans mon cerveau, dans mon paysage.. je me l'accapare comme j'avais l'intention de le faire, j'y ai songé et j'y sombre...


 
Je voudrais m'isoler loin pour approcher le bœuf musqué, comment vais je à nouveau me replonger dans le trafic avec sur les épaules, cette marée d'accords mineurs. Va falloir trainer la bouse de mes groles sur l'asphalte des grandes avenues, un peu des berges de la Voise, comme une trace de Dordogne dans les rues de Paname.
Peut être le temps s'arrête, c'est exactement comme je l'imaginais. Peut être que le temps va rester sur le gris Babel, sur l'anthracite paradis, le charbon de nos mitochondries.
J'appréhendais l'automne....plus maintenant.

 
Murat épouse le fumier de ma campagne plus que jamais, je suis The Delano Orchestra depuis la naissance du Kütu cousu main.. c'est une rencontre logique et improbable.
Un énième billet sur le Bergheaud de Murat, une nouvelle bande son de ma vie de campagne quand je suis ailleurs ou quand j'y reviens, tous les jours.



Murat & The Delano Orchestra 2014 « Babel »
label : scarlett/pias


10 commentaires:

Till a dit…

Salut Charlu

Je me demandais quand tu allais nous en parler de celui-là. J'ai jamais été fan de Murat mais les critiques que j'ai lues sur ce disque m'ont fait penser qu'il pouvait me plaire. Cuivre, banjo, folk rock, là on peut causer.

Si j'ai l'occasion de l'écouter prochainement on en reparle.

charlu a dit…

Yes Till..tu reviens quand tu veux... nan vas y déconne pas, écoute le ;D
"Le jour se lève sur Chamablanc" par exemple, une mélodie sublime et un minimalisme proche des derniers travaux de Cohen.

Bon..j'attends hein .

Mita Ghoulier a dit…

Arf, le retour de Murat... il laisse peu de répit c'garçon ;-)

Chris a dit…

Je me doutais que ça n'allait pas trainer chez toi ... ! :)
Bon je n'ai évidemment pas eu le temps de l'écouter, je suis encore dans "Toboggan"!!! Mais en (grande) fan et jusque-là jamais déçue ...;)

charlu a dit…

Quoi ?? !!! kestudi ??? ok..pour la peine, je te file...nah ;D Tu vas kiffer grave.. un punk des massifs je te dis... :D

Eh Chris.. suis aussi encore sur le tobbogan.. j'accumule.. j'ai même ressorti qq vieux disk..euh, un peu tout en fait ;D

Audrey Songeval a dit…

Ta chronique redonne envie d'écouter Murat, d'autant plus que j'ai assisté à sa dernière tournée qui était très surprenante, juste avec batterie et sa guitare électrique.

Le problème de Murat, c'est bien qu'il est trop prolifique pour l'époque. Moi j'ai à peine écouter Tobogan... Il va finir par être encore plus difficile de suivre sa cadence que The Fall si ça continue!

charlu a dit…

Oui, j'y étais aussi..la tournée avec le batteur Stéphane Reynaud.. Tobbogan revisité. Chaque concert est particulier, assez loin des albums studio. Ce "Babel" a beaucoup été joué sur scène avant la sortie.
Moi ça m'va un disk par an.

Francky 01 a dit…

Sympa ton papier.
Déjà "Toboggan" l'an passé était un très, très grand cru Murat.
Ultra prolifique comme toujours, le voici déjà de retour avec un double album de surcroît.
La comparaison entre Murat-The Delano Orchestra et Neil Young-Crazy Horse est ultra pertinente. Les paroles sont superbes, la musique travaillée.
Après Yann Tiersen et Arthur H, encore un good disque made in France !!!

Pascal Georges a dit…

pour info :
http://musique.blogs.sudouest.fr/archive/2014/10/17/jl-murat-je-deteste-la-chanson-realiste-1027959.html
bizs

charlu a dit…

T'as raison Franky.. 2014 cartonne bien par ici.. sauf un bémol pour Tiersen ;D..tjrs pas réussi à trouver la brèche.

Merci Pax, joli complément au disk.. n'en fait qu'à sa tète..c'est bon.