samedi 18 octobre 2014

Beach Boys 73



Il fallait bien que je m'y attende un jour, être parmi la liste du pourfendeur d'injustices artistiques. J'ai reçu un de ces soirs, une enveloppe, un billet manuscrit énigmatique déposé sous la porte de mon adresse IP, une provocation anonyme de prime abord, un challenge que je croyais insoluble allait me tomber dessus.

 
Le craft ocre croustillant qui enrobait le mot était accompagnée d'une carte de visite orangée et paraphée e-w. Au recto une photo trouble. Au verso, une grifouillade « The Best BB ? ».
La paranoïa était pendu à mon porte clés qui du coup hésitait à emmancher l'orifice de la serrure, mon cerveau vrillé crachait un film improbable comme un documentaire mal foutu, des tonnes d'images comme des indices, des questions et des mecs chelous en filature. Une fois écroulé sur ma lucidité acide, j'ai planché sur ces 3B avec dans la fosse à angoisse les fans des 2 Be 3..puis l'odeur de la marée au fond de l'enveloppe, ce ressac immobile à bulot qui m'embarquait vers le littoral.. 2B ? Benjamin Biolay, c'est pas un maritime, y'avait bien Brigitte Bardot appuyé fortement par les remugles de vieille marée basse du craft taché, mais la photo au recto, c'était un vieux cliché de surfeur sépia sur fond gris de mer mitigée.. j'ai tout de suite compris... tout a dévalé, l'Everett et ses obsessions.

 
Il s'agissait bien de trouver et de diffuser ce qu'il fallait que je crois deviner et qui serait être le meilleur album des Beach Boys.
Autant dire que je me trouvais alors devant une montagne de fromage de brebis à gravir au piolet.. quasiment comme une poule devant un pot de rillettes. Qu'à cela ne tienne, bulbeuse billevesée il fut décidé que je gravisse. Comment faire.. avec quel critère, une véritable série B que ce truc malsain.. et il a quand même fallu que je me bouffe de la plage au kilomètre..que j'en écoute des chœurs primesautiers, la mélodie ensablée et de la complaisance ice-cream outre-atlantique.

 
Donc, simulant une gueule de bois dantesque, je suis allé chez un vieux pote normand, l'homme grenouille gris du débarquement, le crapaud cendré qu'on l'appelait, là où les BB étaient venus tenter de lutter contre nos Beatles dans les 60's..lui savait, il avait vécu le débarquement et voulait rester vivre près d'Omaha Beach. C'était un homme brave, impartiale, je savais que je pouvais compter sur lui via la mer laiteuse et historique. Il surfait des heures pas loin de Caen, le Brice de Nice de la Manche collé à ses rouleaux comme la rombière à ses bigoudis. Illico, une dose de Glen de cowboy entre les mains, j'ai visité sa discothèque en tisant comme un anglais.. c'était pas gagné. J'ai tout écouté, on a discuté des lunes entières. Mais rien, jusqu'à ce qu'il sorte de sa maie encaustiquée, un vinyl improbable, juste après lui avoir prononcé « orange ». Un disque qu'on ne voit pas dans les bacs.. pas le truc qu'on réédite exprès pour donner du charbon au récalcitrants... comme moi. La troisième gueule de bois comme ma barbe journalière est arrivé quand le son est paru tellement bon que j'ai cru qu'il venait d'un autre groupe. « Fais voir la pochette » je lui ai demandé...
Merveilleuse pochette, trois nuits à écouter les garçons ensablés, une céphalée carabinée.. pourquoi ne pas avoir sorti celui là en premier ? Les bouton d'or et l'herbe verte était sur sa gueule innocente et enchantée.. « mais tu connais pas cet opus là ? ».. bah nan.. mais je comprends.. la pochette..le titre.. « Holland ».. leur drapeau orange, exactement l'étiquette obus Evrett avant qu'il ne l'enlève pour mieux brouiller les pistes..ça aussi c'est bien une preuve. Il fallait à tout pris que je prenne une douche.. trois jours à bavasser, à picoler..je sentais la biquette à plein nez.


 
Je l'avoue, ça marche, même si je tombe sur une récidive « The trader» horrible ou encore « California saga/California » ..mais bon, y'a plus des masses de vague on dirait, normal, là nous sommes au Pays Bas.. y'a même quelques slide Pink Floyd sur « Steamboat » et une sublime valse harmonica et pedal steel « .. Big sur ». Le disque sonne comme une bouteille à la mer qui ne franchira l'Atlantique difficilement..et Warner est en pétard.. « We got love » n'est pas assez « plage » alors en urgence, on travail pour trouver un hit qui n'en sera jamais un.. « Sail on, Sailor » arrive pour locomotiver l'opus dont personne ne croit, même pas les USA.

Bon, il faut dire, juste pour me rassurer moi, que nous sommes dans les 70's..ça change tout..qu'il y a du sang neuf (Chaplin et Tataar), et que Brian Wilson est sur le banc de touche..présent, mais ravagé en retrait, absent, ce qui laisse une grande liberté aux autres plagistes. Il a même un projet avorté qu'on voudra bien ajouter comme un bonus Ep à « Holland » qui ne ressemble à rien.. « Mount Vernon and Fairway ».
L'histoire, le contexte me vient après, Brice de Caen encore affublé de son moule bite en écailles de maquereau me dévoile tout et je commence à prendre du plaisir à l'écoute de « Holland », comme une menace depuis des années. « Leaving this town » passe superbement comme un Billy Joel, Al Stewart, Eagles ou Elton John .. refile moi du Glen.

Le disque se traine, pas bien placé aux chart.. A cette époque, Paul lui était bien loin des rivalités Pepper/biquette, il arrive aux sommets des ventes planétaires avec « Red rose speedway ». Le nouveau départ et le deuil de son groupe d'antan, celui qui a déglingué Wilson.

Il n'empêche.. un week end de trois jours, aidé de mon vieux pote salé comme un marin, de l'iode à perte de glotte, des bulots et du boulot, des rasades terribles de whisky anglais.. des débats, des accolades, un tas de disques entassés, sans leur pochette.. et cet album qui tourne en boucle .. j'avais compris la leçon.. et je suppose que l'anonyme e-w lit ses pages pour avoir oser me pourrir la platine ainsi.. Je me suis enfoncé dans le sable, j'ai la raie en toile émeri et le scrutum comme un oursin..j'ai souffert, j'ai failli me noyer et j'ai bu maintes tasses, mais j'ai trouvé.. le meilleur album BB .. c'est le cru 73 des Beach Boys « Holland »... c'est du moins le mien, celui qui passe, celui avec lequel on m'a mis sur la voie.
« Only with you ».. superbe.

 
Bon, même si c'est pas encore l'apothéose.. je le garde ce disque et le laisse à disposition, pour le cas où les grandes marées des Pays Bas me manqueraient à nouveau.

Evrett.. la saga californienne orange est top, mais ils sont loins de chez eux, Brian est calciné.. et au blind test, j'aurai perdu..
MERCI :D

Beach Boys 1973 « Holland » label : reprise/brothers



ps..mon dieu le site..on dirait une pub de courrier indésirable d'agence de voyage low cost.. :D

19 commentaires:

Chris a dit…

Ah ah, tu y viens!!! :)
BB forever!!! ;)

charlu a dit…

Ah nan, pas forever..j'ai lâché du leste, j'ai trouvé un potable, mais faut pas déconner non plus :D

Chris a dit…

Ah ah, je parlais pour moi surtout!!! :)
En fait, je ne le connais pas celui-là, alors merci du cadeau (venant de toi...)! ;)

Everett W. Gilles a dit…

Hou la men-teu-se !
Elle est amou-reu-se !
Ce disque ça fait bien un an que tu l'écoutes en cachette, t'as craqué tu pouvais plus garder ça pour toi c'est tout.
Oui alors tu nous l'enrobes d'affabulations macho-alcoolisées mais moi je sais que tellement c'est beau t'as la larme à l'œil à chaque fois.
En plus je suis sûr, même si tu ne l'avoueras jamais, que ça t'aura fait du bien d'en parler.
Ca y est, maintenant tu peux l'écouter devant tout le monde et même essayer de convaincre des gens. Allez Big C, enlève ta carapace, range Babyface dans sa boîte et cours écouter Surf's Up, celui-là aussi c'est le meilleur disque des BB.
Hahahahâââââârrrrrr !!!!!!!

charlu a dit…

Nan nan.. y'avait pas marqué sur ton post it qu'il y plusieurs meilleurs albums des BB..
Pis il fallait bien que je montre à tout le monde que je bossais, que j'étais pas tjrs de mauvaise foi !!
J'enlève ma carapace si t'enlèves ta combi en écaille ;D

charlu a dit…

Eh.."The trader" quand même..ils peuvent pas s'empêcher..j'ai failli lâché prise sur ce morceau..

Par contre j'avoue, bonne thérapie d'en parler.. allez, zouhh, un p'tit Macca avant le padoc..je reviens de loin quand même ;D

Jimmy Jimi a dit…

On a failli attendre!!!!

charlu a dit…

Un an.. c'est pas faux.. un an fébrile à tourner autour de cette belle pochette.. qq morceaux de temps en temps, des douleurs pas possibles, mais une fois sur la platine.. bah tranquille :D

Qu'est ce qu'on frait pas sans les hommes grenouilles ;D

Devant Hantoss a dit…

Je l'ai pris et puis je l'avais... Mais c'était pavlovien. Les Beach Boys, même à cette époque, même avec Brian qui en fout plus lours, il y a chez eux cette magie cristal félé que les Beatles n'atteindront jamais car trop équilibré (Bon, Lennon aux USA, je dis pas, ça aurait pu ... pour la félure, mais pas pour le cristal)
En tout cas tu as vécu une belle histoire!!

charlu a dit…

Oh nan Dev..n'en rajoutes pas .. j'ten prie :D ... c'est quoi cette histoire d'équilibre ?? le double blanc est tout sauf un équilibre.. sont pas fêlés les BB mais hyper calés et cloisonnés .. nan ?? Mais j'aime le fait que tu dises que Paulo est cristallin.

Une belle histoire.. grave..grâce à vous :D

charlu a dit…

Ceci dit..pour foute la merde..je trouve les BB plus proches de Macca que de Lennon.. sans dec... oh !!! ??

Till a dit…

Ah Charlu imagine, ça va être mon premier BB. J'ai jamais réussi à écouter ces euh...gentils garçons. Mais il parait que celui-ci est différent. Il parait. C'est que disent ceux qui veulent absolument nous le fourguer, alors je tente. Ouais je suis un fou moi.

charlu a dit…

Grave Till..un an..tu te rends compte..un an à élucider le truc, à attendre les grandes marées pour voir si..
Alors..je l'ai trouvé différent.. c'est-a-dire écoutable avec qq rechutes, mais y'a quand même Wilson assis sur le banc de touche, qui regarde les autres bosser.. t'imagine la pression..un peu comme si Yoko Ono venait parasiter les Beatles...
Mais, tu as raison, sont tellement gentils ces gars là, qu'il aura bien fallu que je le chope ce bon disk ;D

Till a dit…

Au fait...du whisky anglais c'est quoi cette horreur ? Le whisky c'est écossais, le whiskey c'est irlandais.

Bon t'es à moitié pardonné parce que t'étais en Normandie et que tu as évité de parler de calva. Mais fait gaffe, c'est un truc à devoir se taper la disco des BB en intégralité.

charlu a dit…

Mais nan euh.. je picole "comme" un anglais.. c'était un truc en Glen je crois.. Blaster à la fin :D

Tkt pour la discographie complète.. j'ai mon alibi orange mainenant pour alléger le débat et stopper l'hécatombe sonore.

Till a dit…

Ah bin si c'était un truc en "glen" c'était écossais alors (vallée en gaélique écossais). C'est pas ce qui manque les scotch en glen.

Mais anglais, tsss...

Everett W. Gilles a dit…

Z'etes marrants tous les deux, on dirait Laurel et Hardy...

Till a dit…

Tsss...béotien !

charlu a dit…

..grave.. Beach Béotien ;D