lundi 19 mars 2012

Pillars and tongues




Une galette improbable qui revient comme un ressac, muet et intimidé. Il va pourtant bien falloir que je partage et divulgue cette chose rare, ce mystère.
Des années à écouter « Protection » sans rien savoir de lui, sans même avoir l'envie d'en savoir un peu plus. Pas de contexte, pas d'historique, aucune information sur les protagonistes, un pur instant de bonheur savouré sans notice.
Du coup, j'ai pas envie de faire sérieusement mon boulot de chroniqueur en fouillant sur les ondes.
Tout ici, suffit à lui-même et la curiosité démissionnaire, je laisse défiler les quatre morceaux.
Pour appuyer le flou, le crédit pochette reste maigre, inscrit sur du gros carton recyclable avec une photo brumeuse et caniculaire. La galette numérique elle, est glissée dans un canson gros grain découpé main, lié par un petit morceau de crin.
La musique qui s'en dégage est un blues expérimental acoustique et théâtral, une de ces scènes qui iraient bien trainer ses nippes du côté de chez Constellation. Les cordes son évasives, le chant fusionnel, les cuivres graves et les percussions ambiantes et jazzy.
Un instantanée impressionniste flanqué d'une touche celtique, une vision moderne d'une musique contemplative néo-classique. Trois auteurs (Evan Hydzik; Elizabeth Remis; Mark Trecka) et une demi-douzaine d'invités pour ce bal surréaliste et rustique. Pas grand chose de plus comme indication. Peu importe, ce folk fou doit se vivre comme on découvre une terre inconnue, un monde mystique.

Pillars and Tongues 2008 « Protection » label : contraphonic

échelle de richter : 8,8

support cd

2 commentaires:

LRRooster a dit…

Bon dià amigo Charlu

C'est papy Rooster qui vient picorer à ta porte.
Bon je suis pas mal québlo en ce moment sur le ROVER qui est un album qui fonctionne de suite et encore plus après. C'est terrible ça va crescendo et les 4 derniers titres de l'album font tout décoller pour la strato"cast" sphère. J'aime beaucoup et te remercie encore pour cette belle découverte. Par contre, à l'usage je suis un peu déçu par le Bertrand Boulbar. Mais faudra que j'y revienne, c'est difficile de tout avaler, d'autant plus que tu viens encore d'exciter mes petites oreilles (ça a des oreilles un coq ?) avec les Howlin Rain. J'ai trouvé l'album et je m'écoute ça dès que possible. Ca va me plaire je le sais.
Merci pour ton petit mot sur le post d'Eddy don t je suis un grand fan. J'ai pas mal de choses des 60's et mid 70's.On en reparle quand tu veux.
A bientôt

charlu a dit…

Picore à donf PR... moi aussi je suispaff de Rover, entétant, j'ai les mélodies tatouées dans le ciboulot.
Howlin Rain c'est très bon, un bon gros qui tache..il en faut de temps en temps.
Je guette chez toi les albums d'Eddy qui me manquent!!
Oui, les coqs ont des oreilles .. la preuve :D