jeudi 8 juin 2017

Roger Waters 2017



Je croyais l'affaire bouclée, le retour impossible à force de se prendre le mur sans cesse comme un bug de jeu vidéo à rebondir dessus sans cesse.
Il y a des nouveautés annoncées des mois à l'avance, des articles qui tombent des semaines avant que l'objet sorte, et il y a des albums qui déboulent comme ça, des artistes oubliés comme si la chose était bouclée. C'est ainsi que j'ai vécu la sortie du nouveau Roger Waters, ¼ de siècle après « Amused to Death ». C'est pas la pochette qui m'a percutée la rétine, fade et plate comme « Radio Kaos ». Non, c'est le promontoire que souvent j'évite, la tronche du gars avec son nom dessus.
Pourtant, avec le temps, tout s'est dilué, y'a bien le Gilmour qui est resté comme par amitié, près à tout lui tolérer, comme une vieille collaboration par dépit à vouloir garder quelque chose du groupe, et j'ai joué le jeu.


Le Roger, j'avais mon cerveau pas bien non plus quand j'ai exploré le cul de l’auto stoppeuse juste après le mur, le « Final cut » et le « Radio kaos ». Du coup , après coup, j'ai glissé un peu sur « Amused to Death », ampoulé, 1992 je n'y croyais plus. J'avais pris un peu part au Roger à cause de son putain de mur animal qui tient pas debout, et des gosses qui font de la viande hachée sous le regard vicieux des professeurs tyranniques. On est peu de chose quand on est pas bien.

Du coup, le Waters dans les bacs ces jours-ci, je m'en suis battu grave en le voyant, pensant à une nouvelle compilation ou un énième concert au pied du mur de briques qui n'en finit pas de tomber. Un réflexe de clébard qui salive en mode Pavlov, j'ai écouté comme un âne perplexe mais avec un fond d’excitation comme quand ado j'allais dès la première heure chercher le vinyl à peine sorti dans les bacs. J'avais tiré un trait sur Roger, vraiment, et peu importait un retour tonitruant, stade ou intimité, tortures cérébrales ou pop dévidée à la Coldplay.. J'ai écouté. Je suis resté accaparé.



Remugles, senteurs, voix, gimmicks un peu à reluquer du côté de « Animals » (« Bird in a Gale »), « Smell the Roses » comme un écho et plus encore.. moi « Picture That » j'attendais dès l'inro qu'il dise.. welcome to the machine.. mais pas grave.. ça fait 25 ans, il aurait pu faire ça tous les ans, on se serait lassé, et là c'est pas souvent que Waters balance du bon bouillon .. mais d'ailleurs il a fait quoi tout ce quart de siècle à se prendre le mur en ressac comme un bourrin ??
Bon, le nouveau Waters est là, je l'écoute depuis hier soir et je suis comme un gamin qui n'en a rien à foutre mais pour qui ça compte un peu quand même. Et comme il est très bon, il compte beaucoup plus du coup.
J'aime les albums concept, ça ne veut plus dire grand chose maintenant, ou alors faut écouter celui là aujourd'hui pour comprendre le principe du fil conducteur d'un album homogène qui nous emmène là où le mec a voulu nous attirer cheminant les méandre et les dédales de son cerveau idéaliste et musical.
Il est grand ce disque, un retour en force tranquille, gratos, rien à prouver puisque tout était bouclé, il est puisant et beau, réfléchi.. la surprise est de taille, vous saviez vous que Waters resurgissait ? Quoi ?? . on s'en foutait, on est d'accord... Bon, à l'origine pour savourer l'effet de surprise, il faut aimer Roger Waters, cette part du Floyd tellement controversée, tellement problématique. Y'a plus de problème, ce disque est une aubaine... je redeviens un gamin floydien.


A l'époque de « The Final Cut », je me disais chouette, on est des enfants d'un groupe divorcé, on va avoir deux fois plus de disques..on a eu du Gilmour, du Waters quelques années.. tout s'est noyé dans plus rien.. 2015 et l'arnaque du siècle avec « Endless River », 2016 Gilmour (remix sncf etc etc), 2017 Waters.
Du « Déjà Vu » ? on s'en fout, c'est du convaincu. D'emblée, là, alors que je croyais l'affaire bouclée, le Waters me rappelle au groupe et son souffle anti-capitaliste me plaît bien.. quel Pink Floyd ce Roger.


Roger Waters 2017 « Is this the Life we Really Want ? » label : columbia




13 commentaires:

Chris a dit…

Rho la la moi non plus je l'attendais pas. ..Je me disais bien que tu en parlerais !
J'ai écouté ton 1er extrait, il faut pas 10 secondes pour se retrouver plongés dans l'ambiance si reconnaissable de Pink Floyd, et cette voix toujours si douloureuse. ...
On dit beaucoup que Gilmour représente le son du groupe ' c'est vrai mais ça l'est aussi pour Waters, on est de retour dans un monde qui n'a pas trop changé à priori. ..Je sais quoi écouter demain !
Et moi j'adore le dernier Gilmour au point de l'avoir acheté, c'est dire. ..;)

Pascal Georges a dit…

De suite, c'est bon, j'y vais...
Comme aimanté... la voix, la prod, les compos, le son, instantané...
THX

charlu a dit…

Oui y'a pas mal de rappels au son du Floyd, puis des bruitages en fond, verre cassé etc etc..il aime bien ça le bruit au fond le Roger. Bon, je le trouve de mieux en mieux ce disque. J'ai aimé Gilmour aussi, même si exigeant avec lui, je l'ai un peu déglingué.. ça reste le son Pink Floyd, sans la dureté des idées et de la voix de Roger.

Merci à vous deux ;D

Tourscher Jonathan a dit…

Il parait que c'est un bon retour. J'attends un peu avant de m'y coller, trop de belles choses plus "neuves" à découvrir d'abord. Mais j'y viendrai...

Keith Michards a dit…

J'attendais une chronique comme ça pour me lancer dans l'aventure !

Till a dit…

Mouais, je ne pas aussi enthousiaste que vous. C'est d'évidence du Floyd - pas de la meilleure période - et ça semble sortir directement de The Wall. Mais The Wall a presque 40 ans. Il n'a pas évolué depuis 40 ans monsieur Waters ? Ou bien il trouve plus simple de recycler les vieilles recettes ?

Et puis, brrr, la voix a vraiment vieilli.

Echiré79 a dit…

Belle surprise.......d'autant plus chouette que je n'attendais plus grand chose de Waters.
Merci pour le billet et le partage

Audrey Songeval a dit…

Si on aime pas les les 2/3 de The Wall et qu'on n'a jamais réussi à rentrer dans Final Cut malgré plusieurs tentatives, c'est possible de rentrer dans ce disque?
J'ai écouté l'extrait que tu proposes, pas emballé.
Tu veux un inédit de Pink Floyd qui sent bon le Waters? Le titre de la chanson est plus qu'un clin d'oeil. Ca a déjà presque 20 ans et pourtant, ça sonne moins vieux
https://www.youtube.com/watch?v=qi3WpbZI4pM
Si ça te branche, c'est un groupe avec une disco très dense, je pourrais te guider.

charlu a dit…

Vachement content de venir au taff ce matin.. ma box à explosée jeudi soir, du coup pas internet depuis :( . On imagine pas comment on devient accroc..enfin, j'avais quand même l'électricité pour la musique :D

Ah ouaih, pour ce disque, faut évidemment bien aimer Waters sinon c'est mal barré. Sauf que la production y'a Nigel Godrish, le son est beaucoup moins The Wall ou Final Cut, plus aplani, fin, c'est même la seule étonnante de l'album, le reste c'est du Waters pur jus, mais du bon :D

charlu a dit…

Pour ce Waters là, je suis plus du côté "Pro and cons.." pour ce retour là, Final Cut c'est hard, c'est son album le plus névrosé. Alors pour le côté soft et "guéri" de Waters, y'a peut être plus de chance d'entrer dans celui-ci Audrey. Pour The Church, je connaissais pas celui là, mon préféré c'est "After everything now this". Bah en fait effectivement j'en connais pas des masses avant celui là.

Till, l'a pas évolué en effet, autant j'ai bouffé du mur à l'époque, que là au fil des décennie ça commence à gonfler grave. Ceci dit, je trouve celui là assez éloigné de The Wall.

T, Kif and Pap's .. bonne écoute ;D

Devant Hantoss a dit…

Je l'avais pris, mais avec pas mal de chance que je ne l'oublie. Résultat, bravo, je suis en train de me le faire, et surtout ... vais me pencher sur le Gilmour que tu avais chroniqué... Je pensais à cette notion de redite, de familiarité... qui va s'en plaindre. Moi qui aime défendre la curiosité et tenter de déplacer ses propres lignes de "goût", c'est plutôt reposant la familiarité dans la nouveauté.
Et the "Wall" je commence à l'aimer, vous dire, même si je continue à le démolir, un reste de snobisme

Devant Hantoss a dit…

... Oui, au fait, la voix qui a vieilli. En moins flagrant j'entends un peu le chevrotement qui me touchait tant chez Johnny Cash dans ses derniers albums.
Bien content que pas d'autotune pour redresser les hésitations (voir Aretha!! Plutôt entendre)

charlu a dit…

Moi je trouve que sa voix elle a pas bougé des masses, c'est d'ailleurs le truc qui résonne encore comme un réflexe à force d'avoir bouffer du Floyd tte mon adolescence.
Comme tu dis, des retour comme ça, c'est pour se retrouver ds du Waters, pour une fois qu'a pas un mur dedans qui s'écroule. Puis je vois pas ce qu'il pourrai faire d'autre. Pour le Gilmour, y'a du bon dedans, mais qq morceaux à écarter quand même, moins homogène de Roger. Eh t'imagines si fallait fusionner les deux.. allez on croise les doigts..un Floyd 2020 ??