dimanche 15 janvier 2017

Heather Leigh 2015




A l 'inverse d'un album instrumental « I Abused Animal » est vocal avec entre autre deux morceaux a capella.
Diabolique et envoûtant, Heather a ensorcelé mon casque, pétrifié par cet objet musical à peine identifié , elle a injecté son chant habité à travers ma respiration. Frôlant l'apnée, elle m'a emmenée là où elle voulait m'amener. Sa douce pochette pastelle et sa silhouette Beth Gibbons ont trompées mon présage et giflées mes premières impressions.

Picasso, Matisse, déstructuration organisée, danse abstraite, j'ai écouté cet album comme on plonge à travers les tourments esthétiques de Bernard Buffet ravagé par le doute.

Sa guitare maladive n'arrange en rien l'intimité fiévreuse. Religieusement déglingué, cet album atypique dégage une beauté folle. Surement il ne faudrait pas en abuser, mais je me laisse piéger par ce travail doux-dingue, animal, claquemuré et étourdi, contagieux à peine toxique, beau et monochromatique.
« Fairfield Fantasy » à en perdre la tète.
Heather Leigh 2015 « I Abused Animal » label : Ideologic organ

1 commentaire:

Devant Hantoss a dit…

Bon bon charlu, je "nettoie" ma drop, plein de trésors envoyés par Chris et toi. Je passe, je tri, j'écoute depuis des heures et je profite qu'ici personne n'est passé, pas que Heather Leighne ne vaut pas le coup, les problèmes de disponibilités et ta capacité à ouvrir souvent la caverne de "sésame ouvre toi" explique l'absence de commentaire. Pour cette musique qui accompagne si sublimement cette pluie de Juillet pas si mélancolique finalement