lundi 19 décembre 2016

Bertrand Betsch 2016



Une vieille mouche a jailli de son ardoise, la note était salée, l'accord mordorée encore un lundi à la con. Je l'ai vu se propulser nulle part où aller la mouche. A cette seconde même où je divaguais devant le charivari de mes pensées grises, j'ai vu l'insecte maigre déplorer ses aides, une demoiselle bleue d'eau croupie avec comme libellé « aimez-nous les uns les autres... ».
Je n'ai pas vu atterrir la mouche. Devant moi le couvreur à découvert a rougi devant mon attention, « y'a jamais de pépin avec la tuile » m'a t-il dit. Loin des hortensias qui bleuissent des bouts d'ardoises à ses pieds, je me suis arrêté quelques instants avec lui pour parler de la beauté du monde, de l'idée de le repeupler de solitude, histoire d'en finir avec ces courses en solitaires.

Depuis « La soupe à la grimace »..rien n'a changé.
Tout le monde s'en fout, mais Bertrand Betsch, peut être le Daniel Johnston hexagonal, est toujours là à œuvrer avec de beaux disques magnifiques de par ici. Une imprudence même de parler de la beauté du monde.



« La censure du soleil qui nous tire d'un long sommeil »....



Bertrand Betsch 2016 « La vie apprivoisée » lebel : les imprudences

3 commentaires:

Chris a dit…

Étrangement ça me fait penser à Florent Marchet, jusque dans la voix. ..
Connais pas plus que ça ce BB là mais ça me parle. ..
Même pas le temps de se remettre de cette folle semaine que tu y retournes ! !!! ;)

charlu a dit…

C'est à cause de lui.. l'a fait mouche dans le train ce soir comme à chaque fois depuis 97

Francky 01 a dit…

Bertrand Betsch, j'ai plus suivi depuis "Pas De Bras, Pas De Chocolat" en 2004.
C'est étrange ces artistes que l'on perd de vue malgré des disques pourtant très réussis. On perd bizarrement le contact.
Merci pour cet envoi qui va me permettre de le redécouvrir avec plaisir.
A +