samedi 29 décembre 2012

Rory Gallagher 90



« Fresh evidence » est ma pièce fétiche de Rory Gallagher pour plusieurs de raisons. Mais avant toute chose, il faut rectifier un détail, la pochette de la réédition n'est pas celle d'origine, le vinyle montre un vrai visage, à l'époque où il enregistre son dernier album studio. La photo du cd réédité en 1998 est anachronique. En 1990, les abus commence à se lire dans son regard, mais colle à merveille avec la texture du disque et le contexte. « Fresh evidence » arrive comme une urgence, une survie. Un silence discographique (un seul album depuis 82) laisse Gallagher seul avec ses démons depuis des années, l'alcool et les médocs. En 1990 la main tendue par son frère Donald le propulsera à nouveau sur scène avec cet album qu'il trainera jusqu'en 95.
Un immense cru 1990 de blues boisé, cuivré, tourbé se dessine comme un aboutissement. Un cliché de studio vieilli, une insolence guitaristique qui culmine sur « Middle name » et « Heaven's gate ». Un accordéon et un harmonica souffle un air chaleureux et pas moins de neuf musiciens sont derrière Rory qui lui use de Dulcimer, Mandoline, de Sitar et de ses riffs torrides habituels. Trempé, lourd et imbibé, rock appuyé, blues infernal, j'écoute « The loop» et me dit qu'il a une patate d'enfer pouvant sur un solo, rétrograder Stevie Ray Vaughan... et je repense à la politesse d'Hendrix. Ça doit être bon d'être le meilleur guitariste du monde .. C'est à Rory qu'il aurait fallu demander ça.
Si son jeu de guitare nous dévore la carotide, la basse de Gerry McAvoy nous bouffe le bide (écoutez la démarrer sur « Middle name »). Rock jusqu'au bout, l'album vient s'écraser sur le bouillant « Walkin' wounded » et le mélancolique « Slumming angel ». Une canaille avec des ailes d'ange.. dernière chanson discographique de Rory Gallagher. Un adieu.
Je garde les deux inédits de la version cd (extraodinaire « Bowed not broken »), mais reviens sur la pochette du vinyle, indissociable des chansons de « Fresh evidence ».


Rory Gallagher 1990 « Fresh evidence » label : capo/RCA
http://www.rorygallagher.com/
http://cradle-rock.blogspot.fr/ (blog de Gallagher pour les fans mélomanes d'ici)










8 commentaires:

Jimmy Jimmereeno a dit…

Rory! Mon tout premier concert au Palais des sports... Je recherche: "Top Priority" au cas où!

charlu a dit…

Ok !! Box :D

devant a dit…

Bon, je te crois, je me le commande en médiathèque, sans ta chronique j'aurai laissé cet album parmi les "moins bien" et comme je tenais à ne pas avoir tout de Rory, je pensais le laisser là où il veut. Mais voilà, tu viens avec ton talent de conviction!! Attention Achille!! ;-)

charlu a dit…

Bouge pas Dev..il tombe chez toi dans qq minutes :D

Black Cat Bone a dit…

Hello, par hasard je tombe sur votre blog en surfant à propos de Gérard Manset, et je tombe sur un de vos articles consacré à Rory !!

charlu a dit…

Merci BCB, merci surtout pour la découverte de ton groupe, je viens de visiter, du blues rock 70's... tt ce que j'aime...merci.

vais essayer de trouver votre album.

Ranx Ze Vox a dit…

C'est vrai qu'il m'avait fait peur sur la pochette, surtout sur la photo du verso d'ailleurs, moonface. Mais quel régal cet album. Le précédent, Defender, était également très bon. Un peu comme tous les autres en fait. Un sacré bonhomme. L'album Notes from San Francisco resté inédit jusqu'en 2011 est fantastique, Rory avec des cuivres !
Jimi Hendrix avait eu cette réponse à un journaliste qui lui demandait quel effet ça faisait d'être le meilleur guitariste du monde : "Demandez à Rory Gallagher". Classe.
Hugo Spanky

charlu a dit…

Yes Ranx, en vinyl c'est encore plus flippant. J'adore Defender aussi, mais je suis trop accroc à Frensh evidence, c'est particulier.. surement en plus le désespoir ou la rage de revenir...