dimanche 2 décembre 2012

Pierre Akendengue


Pour le bien-être du corps, il est recommandé de passer du sona au bain glacé, puis de retourner au sona etc. Après une immersion glaciale dans les sons polaires, je me jette sur ce chef d'œuvre rare étouffant d'esprit franco-africain, cette parfaite transition entre nord et sud.
Pierre Akendengue est gabonnais, il est venu faire ses études en France à 22 ans. Il obtient un doctorat en psychologie, mais aussi un prix au concours « la fine fleur » du petit conservatoire de Mireille. C'est Pierre Barouh qui le remarque alors. « Nandipo », le premier album de Pierre Akendengue sort en 1974 c'est Saravah.
Pierre n'a jamais cessé, allant d'interdiction de diffusion dans son pays natal, en envolée solitaire sur son propre label.. 19 albums, un retour au pays en 85, un engagement, un grand poète. Son dernier album date de 2008, il est ici toujours aussi mésestimé. Quand je l'écoute, je pense très fortement au Dylan nigérian Ismaël Lo.
« Nandipo », c'est un doux mélange exotique entre l'esprit africain et la chanson française. Métissage parfait.
C'est exactement à cet endroit précis que viennent se poser quelques chimères au goût de myrobalan, la bouche encore sucrée des reine-claude des jardins d'Orléans. Je veux un tulipier du Gabon dans mon petit jardin, et voir l'abeille danser, curieuse de ce pollen qui va embellir son miel. La prune au Gabon est ovale, la chanson une fable. Mon rouge-gorge sautille rêveur et se prend pour un Apalis à gorge rousse. Tout est chambardement, un chamboultou dépoussiérant d'âmes poétiques. La contemplation n'est plus la même, elle nous réchauffe la peau et brûle les yeux et les poumons, la voix tremble, la guitare embrase la liberté et embrasse la terre.. des flûtes, un synthé, des chœurs chair de poule, des percussions sorcières, des peaux tendues, des apothéose de carnaval où les pierres de chaque mur de prison virtuelle volent en éclat.
Saravah.. quelle foi, quelle amour de la culture, des textes, des poètes, de doux tangages tribaux.
Et merci à Echiré pour la confirmation humaine et la transmission passionnée d'un paternel virtuel.
Merci mille fois les p'tits gars, je suis plus riche de ce disque.

Pierre Akendengue 1974 « Nandipo / Afrika obota » label : saravah
http://www.akendengue.com/
http://www.saravah.fr/pierre-akendengue/nandipo-africa-obota,1067


2 commentaires:

devant a dit…

Rien à dire, du moins j'ai raconté la surprise et le bouleversement que m'ont provoqué ce disque ... Il y a tout la dedans et même ce que l'on aurait pas demandé, je veux dire une production aux petits oignons....
J'ai un ou deux mots à ajouter sur deux tableaux que je n'ai vu qu'en vignette A+

Echiré79 a dit…

Merci à toi Charlu pour cette belle présentation qui enrichit encore le plaisir de la transmission.
Ech'