samedi 16 septembre 2017

Neil Young 2017



Il faut croire que j'ai bien du mal à lâcher le chapitre folk. Il est sûrement le son récurent de mon quotidien, tu écoutes quoi toi comme musique ? Plein de trucs, mais ce que je préféré entendre c'est la musique folk....reste à définir ce genre, culture locale strictement acoustique d'un coin du monde quelque part où il fait bon chanter la nature ou les paysages ? Ouaih, c'est un peu ça.
Le folk est né pour chacun possédant une guitare sèche ou autre cordes à musique, sur les terres outre Atlantiques. Chacun certes, mais surtout les fermiers, les cow-boys. Et voilà, c'est avant tout une musique de blanc apportées par les migrant du vieux continent tous chargés de leurs traditions musicales. Sur ces terre presque vierges, le blues et le jazz brûlaient déjà les âmes du côté de la communauté noire. Le mélange des deux et c'est le rock'n'roll qui bouleverse l'histoire dans les 50's..le rock..etc etc. Et le folk dans son entité pure n'a plus cessé de se renouveler tout en se répétant... et vice et versa. Métissage musical.

Woody Guthrie, Pete Seeger, green village, beatniks et hippies, folk anglo-saxon, traditions, son de bois, songsters et folksinger...Laurel Canyon, Irlande et Appalaches..et tous les continents du monde. Toutes les époques, le folk n'a rien perdu de sa parure. Revival ?? pas sûr puisqu'il n'a jamais dépéri, même les décennies les plus synthétiques gardaient au chaud quelques folkeux acharnés tels Ben Chasny.....

Il y a des coins du monde où il fait bon balader ses boiseries musicales, Glitterhouse, Acuarella, Important records, Fonal, Kraak, Foxy Digitalis, Last Visible Dog (fermé en 2010), Root Strata, Time Lag, même certains label d'obédience électronique s'y sont mis, histoire de réchauffer un poil les âmes organiques, Warp (avec Gravenhurst), Kompakt (avec Nick Hoppner), Karaoké Kalk (avec Dakota Suite), Peacefrog (avec Findlay Brown), How to kill the dj (avec Jason Edwards) ou Asthmatic Kitty avec le tout jeune et nouveau Angelo De Augustine.

Quant à la barbe qui va avec, c'est une autre histoire, c'est selon, avec ou sans, Bonnie Prince Billy ou Bob Dylan, Devendra Banhart ou JJ Cale, Townes Van Zandt ou Fitzimmons, John Fahey ou In Gowan Ring, Iron & Wine ou Micah P.Hinson.... Neil Young 76. Des couples aussi, MV&EE, Angus & Julia Stone, Johnny and June Carter, Bob et Joan....

Troubadours, chantres, malandrins, ménestrels, bardes, trouvères.. de la musique boisée folklorique, une guitare de nylon qui chante la terre du coin là juste en bas de la marche en bois, il suffit juste de quitter mollement son rocking-chair pour fouler la poussière et les belles étoiles. La sève ? Peut être, celle des grand conifères ancestraux en tout cas, ceux qu'il faut abattre à la lune tombante pour que le bois sèche plus vite et que la résonance du coffre fasse frissonner.
Dans mon bout de jardin que je bichonne comme le cerf ses bois, je m’ébahis sans cesse au son du breuil et du rondin.
Neil Young 76, une résurrection émouvante, deux inédits formidables dont « Hawaii » qui passe inlassablement. 1976, un peu de barbe juste cette année là, pas loin de « Tonight's the night ».. Une seule nuit folk.


Neil Young 1975/2017 « Hitchhiker » label : reprise



 

7 commentaires:

Chris a dit…

Un nouveau Neil Young qu'est en fait un vieux ! :D
Un trésor inépuisable. ..
Beau texte. ..Le folk c'est là où je retourne quand la musique moderne m'épuise. ..

Audrey Songeval a dit…

On retrouve avec plaisir cette voix et ces morceaux qu'on a entendus sur Rust never seleeps. Et on se plait à rêver. Un rêve doux. Doux comme ce flok et cette voix sans âge.
Merci à toi

charlu a dit…

Oui un vieux Young qu'est en fait un nouveau ;D j'ai pensé à ton billet pour le "t'écoutes quoi toi ??" Merci Chris

Oui, tu as raison Aud, des trucs que l'on peut prendre dans la discographie du meme artiste.. moi j'ai une écoute très fidèle pour "Silver & Gold". Des disques sans age.

Tourscher Jonathan a dit…

Incroyable ce disque Mon C, la semaine prochaine, je file au GIB pour le choper...

Audrey Songeval a dit…

C'est marrant, Silver and Gold, je ne l'écoute jamais. En fait, j'y pense jamais (parce peut-être qu'il ressemble trop à un album "classique" du Young alors que les autres que j'écoute me font pensé à une musique plus spécifique?). Du coup, je vais le passer demain.

charlu a dit…

Mais oui T, tellement le jus, tellement indispensable malgré deux chansons inédites seulement.. ça allait pas fort pour le Young en 76, y'a peut être cette douleur dedans, un truc à poil.. ces versions on dirait que c'est que des nlles chansons.

Silver & Gold.. très dominical, ça devrait le faire ;D Moi il m'a illuminé des soirées entières, écriture, perfection musicale, disque nu, folk, la classe.

Alexandre G a dit…

Très bon en effet ! D'autant plus dingue qu'il a été enregistré en peu de temps, une journée et une nuit je crois, avec pour seules pauses des instants marijuana bière et cocaïne