samedi 22 avril 2017

Deep Purple 2017



Deep Purple sur un iPod de récupe dans un TER grande ligne, ça craint un max, c'est pourtant hype et vachement swag, pourtant les yeux se dirigent sur moi, dubitatifs, comme si ma bite avait un goût, heureusement que j'ai pas sorti ma galette blanche « 100 seconds magic esp » qui lit les CD mais aussi les CD MP3 s'il vous plaît. Mon casque fonctionne encore avec des fils qui rentre dans ma besace, branché sur quoi ? Un jour ils vont me taper ou me foutre en zonzon à la peine pour les ringards, c'est bientôt demain la veille. Dedans, quitte à en rajouter, il y a le nouveau Deep Purple.

Quelle est jolie cette journée de silence politique. Profitons jusqu'à plus soif, du silence des porcheries.

Le cockpit en caveau, j'ai l'éphémère impression que « Infinite » me jette une pelletée de charbon pour que cette loquasse loco ne s’arrête un jour, dans quelques instants. Trajet quotidien, cette routine musicale, l'espace d'une heure a délayé l'espace temps, oh, juste à l'entre de deux gares. En boucle « Johnny's Band » revient comme ça à l'unisson et je suis sur le quai comme un con, empourpré à me demander ce que je fous déjà ici à la perpendiculaire d'un bleu cobalt en transe, et à la verticale d'un ciel outremer sans fond alors que tout le monde s'affaire. Ça va passer, je prends quelques poignées de minutes pour me purger la chaudière avec ce heavy prog et je reviens, repars, j'arrive.

Deep Purple 2017 « Infinite » label : ear music




3 commentaires:

Keith Michards a dit…

Les immortels !

charlu a dit…

grave, y tiennent la route les ieuves

Tourscher Jonathan a dit…

Quid du der des ders... Pas si évident.