vendredi 11 octobre 2013

Piers Faccini




« ..mes mains touchent la rosée », quelques accords mineurs, le capo en 3, faut pas me faire des trucs pareil à moi, c'est pas réglo..les feuilles qui tombent à l'heure, la marée qui refoule nos humeurs, des âmes qu'on hurle en dedans, des mers à boire toujours assoiffé..et tout au bout, nos cellules qui explosent comme des bulles de savon, une à une, le desquame automnal des aldéhydes.

Piers Faccini a muselé sa gamme géographique comme si on lui avait enlevé quelque chose, comme s'il se retrouvait au pieds de ses ruines, des pierres qui font ses racines.
Il y a longtemps que je pense à écrire un billet sur ce baladin crooner, depuis « Tearing sky » en 2006 sans pouvoir me répandre sur cette évidence. A chaque fois, un album que l'on peut écouter tout le temps et n'importe quand. C'est assez rare des disques fidèles qu'on embarque partout. Il aura fallu attendre qu'il épure, qu'il se recroqueville dans sa profondeur, tout en gardant sa flexibilité vocale et son toucher musical chaleureux.
Il sort cet album sur un label qu'il vient de créer.
Il repartira un jour c'est sûr, en attendant, l'intimité et la proximité de ses lueurs terrestres sont poignantes, entre chiens et loups.
C'est un grand disque de troubadour qu'il nous ait donné d'écouter depuis quelques jours, un poète acoustique mélancolique.

Puis encore et toujours ces accords mineurs qui me foutent par terre, une mélodie aussi douce qui injecte une telle violence solitaire, accords-mélodie-harmonie, une beauté simple qui appelle à la démission, la contemplation d'un endormissement cyclique. « Reste la marée » naturellement me laisse avec une idée vague, la vague, le vague à l'âme.


Piers Faccini 2013 « Between dogs and wolves » label : beating drum


 

4 commentaires:

Francky 01 a dit…

Piers Faccini, quel artiste ! Je suis d'accord avec toi, ces albums sont de fidèles compagnons. Je l'ai découvert via "T-Bon Guarnerius" en 2002, disque solo de Vincent Ségal (musicien de -M- et moitié de Bumcllo).
Après j'ai adhéré à chacun de ces essais : "Leave No Trace", "Tearing sky", "Two Grains Of Sand" ou "My Wilderness".
Mais l'homme est également peintre et poète. Je te conseille, si tu ne connais pas déjà, de trouver sur le net ses tableaux.
A +

charlu a dit…

Oui j'ai vu ses toiles, je l'écoute depuis très longtemps, c'est un artiste que l'on peut écouter dans n'importe quelle situation, c'est pas péjoratif, c'est un éventail artistique sans borne. Sa présence chez Tot ou tard est très justifié.. "Two grains of sand" est un chef d'œuvre.

Devant Hantoss a dit…

Bon, je vais quitter le bel univers déclenché par ci par là de Damien Jurado (et de Richard Swift par rebond) pour te suivre sur le Faccini. Jamais lâché par MAGIC non plus. Et effectivement son écriture tellement automnale, ça me convient en cette fin de Dimanche (mais ce soir, grâce à PascalGeorges, je prends du poil de la bête avec un Callahan... non mais, enfin un peu de brutalité dans ce monde de douceur)

charlu a dit…

On est en plein dedans et on y reste... mais je crois que tu n'en as pas fini avec Damien :D
Swift, son premier double album réunissant ses ep chez secretly canadian est extra... pas loin Jurado..pas très loin non plus le Callahan. Ce sont les mecs de nos paysages systématiques depuis qq années :D