dimanche 24 février 2013

Wings 78



Quoi ? Je m'applique à restituer un parcours touristique sans aucune obsession musicale particulière. Je suis fasciné par les architectures, les monuments, les pierres, les passages piétons....les vieux quartiers retirés, d'ailleurs si quelqu'un sait où se trouve la rue où des petites maisons anglaises typiques dans lesquelles hébergent les Beatles dans « Help » ..je suis preneur.

Oui, alors, les monuments, il en existe un extraordinairement perché au dessus de la Tamise, fier et flamboyant comme ma tour, dans le pool of London, le Tower Bridge. Un rempart, la porte qui donne accès aux contrées anglaises, les bocages, les vertes collines habitées de petits villages de briques cramoisies ou brunes.
La Tamise ici, tangue au gré de la marée, et Ian McCulloch se barre des Wings, ainsi que le batteur Joe English, juste après l'immense tube celtique « Mull of Kintyre ». Il y a bien longtemps que les Wings n'avaient pas été un trio. C'est chose faite, et pour l'occasion, ils partent enregistrer un album sur un bateau.

Marée haute, marée basse, une face ensoleillée, une grise, croisière ou fog.

« Mull of Kintyre » juste pendant que l'album se finit près des îles vierges à défaut de la Tamise (le disque devait s'appeler « Water wings »), une paternité de plus, une décennie lourde de musique pour le groupe qui arrive à sa fin, 79, comme en 69 .. « Abbey Road ».. une nouvelle fin se dessine.
L'enregistrement de ce disque là a commencé à Abbey Road et finit dans les eaux d'Hawaï donc. Vacances, boulot... un album très partagé sur trois bateaux remplis de matos.... l'étranger, le trio, comme la tourment exotique de « Band on the run ».

Paul quant au départ des deux membres des Wings : « Ils ont fait tout leur boulot avant de partir. Ils étaient sur le bateau et Denny et moi avons terminé l'album ensemble. Il y a quelques années, je me serais inquiété du départ de n'importe qui. Il n'y a plus de nécessité à le garder tout le temps. Je suis bien plus intéressé par la musique et si on peut le faire comme ça, peu importe comment ça doit se faire ».
Doutes, aigreurs, mais toujours l'obsession du travail musical.

Tout le monde sature de la discographie hyper tubes des Wings, la paternité, les vacances, l'hyper qualité pas trop aguicheuse du disque, les média vont zapper cet opus 78.
Clair-obscur... des claviers de brouillard, une décennie 80's terrible qui gronde et s'approche, des lassitudes, bingo, le disque s'offre librement, pas de francs succès, on peut se le garder pour soi sans rien dire à personne...parce que sérieusement, ce disque est de très haute qualité, juste avant (sans compter « Back to the egg ») la nouvelle carrière solo de Paul qui continue encore.
Soin extrême à la production, intelligence des arrangements...puis des chansons:
« I'm carrying », composé assis sur le pont arrière du bateau en pleine mer.. purement Macca.
« Café on the left bank » inspiré d'une escale rive gauche à Paris avec Lennon (j'adore cette chanson)
« Girlfriend » composé en pensant aux Jackson five, jamais il n'a chanté aussi haut, Michael Jackson le reprendra hyper facile qq temps après... avant la rencontre.
« With a little luck » le hit.
« Name and adress » en mode Elvis (chanson qu'il avoue avoir écrite avant la mort du King)
« Deliver your children », guitare aigüe que « Girl » ou comme le Ukélélé d'Rem.

Perso, j'écoute ce disque paisiblement, en imaginant que je suis le seul (j'en connais un qui ne possède que celui là AH hahahahah il se reconnaitra). Mais à partir de « Famous groupies » inclue, je prends un pieds terrible, une transe, et bizarrement, c'est la face ensoleillée.. jusqu'à la dernière note du très Pogues-rock « Morse moose and the grey goose »... véritable monument rock-psyché-pop-disco-funk-sombre.

Une face grise, une face pastel... Patrick Coutin parlait de ce disque dans Rock'n'folk :
"Au pays d'Alice, le diable aurait-il fait une percée avec le temps et les rides ? Wings a voulu ( car ils sont trop fins musiciens pour que cela soit un hasard) briser la quiétude et la paix de sa musique. Cela reste du McCartney, oui, mais les lignes mélodiques sont imperceptiblement torturés, démolies par en dessous, comme si le trouble contenu devait quand même témoigner. Ecoutez et lisez le très simple « Deliver your children », vous y trouverez la marque d'un égarement qui fait plaisir à voir".

Le punk arrive, « Back to the egg » achèvera les ailes, le tracé n'est pas près de s'arrêter. Un disque à l'écart que l'on peut s'approprier en tant que fan de l'écossais.

Ça va passer, je vous promets, et puis faut que je garde des album de Paulo pour les jeux sans frontière :D.. en attendant, et puis j'arrète (sauf si vous hurlez pour que je continue !!! hein ??!!! rien entendu...) voici un album fétiche pour les fans de Macca, pour plein de raison. Des sentiments confus, un groupe bien huilé.. un des moins prisés de sa carrière. Un album très celtique.
Sur la pochette interne, les paroles, et en papier peint, des petites Tower bridge, turquoises d'un côté, rouge carmun de l'autre.... j'adore les monuments.



Wings 1978 "London town" label : mpl









1 commentaire:

Haris a dit…


Come forward to us & get solution for your income problems ,(11557)
Complete Our 3 day work at home training course and be
placed in a work at home job, with a real company that
will earn you over $50,000 per year Guaranteed!
Earn up to $100,000 Per year from home
as a certified home worker for more details visit: (http://www.JobzInn.com)