vendredi 22 février 2013

Beatles 69 : Abbey road


 
Un vieux fantasme me turlupinait depuis quelques décennies: les fameuses bandes blanches étaient elles bien clouées sur notre planète, n'y avait il que la mer pour protéger ce temple ?
La chose est faite, en fakir, j'ai foulé les clous, marché sur la braise, surfé sur l'histoire.

A défaut d'enlever ses chaussures, mon fiston a pris une de mes clopes avant que je ne la respire, la gorge serrée par l'émotion. Je ne m'explique pas ce phénomène, du recul sur cette foule qui bloque la circulation tendue et je me dis que ça m'aurait bien plu à 15 ans de venir ici, époque où je dévorais les vinyls enregistrés à Abbey Road, et où les Beatles n'avaient pas la même vitrine marketing qu'aujourd'hui.

St John's Wood happe comme un trou noir planétaire, on n'y peut rien, et puisque j'aime déraisonnablement les Beatles, j'ai pris comme prétexte la passion sans borne de mon fils pour le quatuor, afin de m'y emmener, d'arpenter ce quartier résidentiel de Londres. C'est exactement le moment du séjour où nous nous sommes le moins parlé.

Ici, sur ce rond-point mythique, j'ai compris la texture de ma culture musicale.
Depuis que j'écoute MA musique, j'ai un pieds en France, l'autre en Angleterre et, les burnes qui trempent dans la manche, je yeute les states. Je crois que ça résume bien le bordel.

1969 (comme par hasard), les clous, la sérénité professionnelle, offrir au monde entier qui ne se doute de rien un ultime album dans toute sa splendeur. Personne alors n'imagine les souffrances intrinsèques, même « The end » ne suffit pas comme indice.

Quel formidable continent que cette île.

Une impression de grande qualité, de travail et de concentration, George Martin accepte de revenir une dernière fois, à condition que les esprits se calment. Une face contient un morceau de 20 min, la première fois dans l'histoire, mais les Beatles n'en sont pas à leur premier baptême, ils ont déjà inventé la world en incorporant la sitar, le hard avec « Helter Skelter », et mis des paroles sur la pochette avec St Peppers....

Dedans, quelques nouvelles compo, mais pas trop. Beaucoup de morceaux proviennent du retour des Indes en 68, des chansons qui sommeillent, les autres seront utilisés pour les carrières solo de chacun d'entre eux, en 1970. Tout le monde accepte l'invitation amicale et pacifiste de Paul McCartney qui bosse comme un fou pour faire un chef d'œuvre de clôture, qui boit et fume excessivement pendant une semaine pour se buriner la voix et offrir un « Oh darling » épique.
John est au sommet avec « Come Together » et « I want you ».. George lâche ses deux plus beaux morceaux, « Here come the sun » et « Something ». Même Yoko se tait (c'est pour dire) sur son lit de fortune aménagé spécialement pour elle... John, acceptera même cette chanson pour mémère typiquement Paulo, « Maxwuel's silver hammer ». Tout le monde prend sur lui parce que tout est fini.

Moi j'entends là un sommet de qualité musicale dans le son et le jeu. Ils sont tous très bons, ils ont enfin une gueule. Cet album final peut résumer l'effervescence contrôlée des quatre cerveaux.

Dans mes souvenirs, « Abbey road » c'est avant tout une pochette, une situation, un tableau, avant le son. J'ai plongé dedans, j'avais 15 ans, je n'ai rien fait pour que mon fils bassiste et guitariste gaucher me chipe cet album (ainsi que tous les autres) et tire la couverture à lui. Il n'empêche, c'est lui qui marche sur les clous à 15 ans, la clope à la main, la chaussure bien lassée, la basse Hofner en porte-clé.
Dans le présent, j'ai marché sur les clous d'Abbey Road, il y a quelques jours, comme un gosse, en louchant sur les studios blancs juste sur la gauche, et je reste là, à errer dans les rues alentours en badaud.



Beatles 1969 « Abbey road » label : apple






 
 
 
La photo qui me fascine ....
 
 
 

17 commentaires:

Pascal Georges a dit…

Alors là, tu me bluffes...
Rien de plus beau que le mythe revisité...
J'ai fait comme toi devant le Cotton Club à NY avec mes grands...
Puis le Chelsea Bridge.
La légende quand on la touche de près n'a pas de valeur.
Juste la notre.
Et là, tu me balances l'album des Beatles qui m'a fait certainement devenir musicien - je ne fais pas une soirée sans chanter ou jouer "Come Together", il est bien rare que j'oublie "Something" et monter la face B de Abbey Road avec des élèves est on rêve le plus cher (c'est pour bientôt).
J'ai joué dans un groupe de covers qui reprenait l'intégrale de l'album et ça reste un de mes meilleurs souvenirs musicaux...
Quand on est fan, on ne compte pas et là, tu vas au bout.
Bravo...
et tant pis pour ceux qui te critiquent en fan de Paulo - l'âme d'une lignée à laquelle on doit tant se doit d'être sinon respectée, du moins vénérée.
Put...
Mer...
Abbey Road présenté comme tu le fais, c'est la plongée directe dans mon adolescence et dans ma vie de zicos.
Merci !

charlu a dit…

Nos valeurs.... Et puis cette envie de rester gosse (je réalise tjrs pas) à vouloir plonger dans l'"implongeable".

Merci pour ton sourie Pax..

devant a dit…

Tes textes transportent de plus en plus... Ils nous perdent puis nous rattrapent en cours de route.
Est ce que je vais me faire un peu de Abbey?

charlu a dit…

merci Dev..j'ai pas l'impression d'avoir fait une chronique :D
Un petit coup d'Abbey..ça paye pas d'mine..vas-y tranquil

Jimmy Jimmereeno a dit…

J'ai passé tous mes étés dans le sud de l'Angleterre entre la fin des seventies et le milieu des eighties en me rendant souvent à Londres, mais, très étrangement, je n'ai jamais poussé jusqu'à Abbey road. Un bouquin vient de paraître sur une visite de Londres uniquement basé sur le rock. Très intéressant...

Jimmy Jimmereeno a dit…

Désolé si je ne passe pas plus souvent, la vie devient de plus en plus difficile et j'ai même du mal à tenir mon blog.

charlu a dit…

Tkt Djim... j'ai aussi du mal à tenir ma présence un peu partout :D

En plus d'Abbey Road, nous avons cartonné dans la boutique London Beatles Shop, avec juste en face ..le Only's rock'n'roll ... tout le reste de l'autre côté de la rue.

C'est quoi comme bouquin ??

BOISSONT JEAN-CHARLES a dit…

Bonjour je viens de te lire j'en ai presque les larmes aux yeux ..moi aussi je suis un fan rêveur..tiens je me fais le plus beau cadeau pour mes 50 ans je vais visiter le 17/03 la veille de mon anoche le Studio two ...avec le Inside Abbey Road...tu imagines je vais respirer l'ait et l'atmosphère que les 4 ont fréquenté plus que de raison pendant ces 4 années qui ont révolutionné la face du monde de l'enregistrement...je vais fermer les yeux et revoir les 4 en train de faire d'une ébauche ..un chef d'oeuvre... la mère Yoko pas trés loin en train de gonfler grave les 3 autres...rien que d'y penser j'en ai la cher de poule..afin félicitations a ton fils..je suis bassiste...et je joue sue la Hofner...tu vois ..kla vie est belle ...

charlu a dit…

Arrff JC, j'ose pas imaginer.. j'ai vu les studios avec les grilles bizarrement ouvertes pour aller sur les marches prendre des photos..mais pas plus.
Parait même que Paulo est en train d'enregistrer un nouveau disque en bas !! (peut être c'est déjà fini).. alors pour tes 50 piges, la piote à Macca ?? :D

Merci de ton passage et bienvenu chez moi.

A+

Stéphane Iserable a dit…

Salut,
J'ai eu l'occasion maintes fois de traverser ce mythique passage, habitant Londres, j'y suis peut être passé une centaine de fois mais chaque fois l'émotion était la même... J'ai surtout eu la chance de visiter les studios en 2005 lors du "Abbey Road Film Festival", un sacré moment, regardant "Brazil" dans le Studio 1 (celui ou entre autre ils ont filmé "All You Need Is Love"), transformé pour le coup en salle de cinéma... Et ensuite visite du Studio 2, avec expose d'instruments effleurés par les Beatles... Brrrr...

charlu a dit…

Bien à toi Steph.. (tu me permets :D)..décidemment, ce jour fut extraordinaire.. inexplicable, magique..et tu as bien de la chance de pouvoir fouler à volonté. Extra car tu viens ici témoigner, comme Jean-Charles il y a qq semaines. Bienvenu à toi aussi et merci pour les anecdotes..je suis friand de ça..
Va falloir qu'on y retourne..on est tombé accro.. à Londres en général. Puis le tee shirt Beatles 9/10 ans pour ma dernière de 8 ans est trop grand :DD
Ehh !! on the abbey road again.
tu viens ici quand tu veux.

Stéphane Iserable a dit…

Oui je suis même passé, à 2 pas de là devant la maison du Macca, et quand je suis passé le portail s'est ouvert et... et... un coursier est sorti en moto... et rien de plus.
Ceci dit à Londres il y a l'immeuble du 3 Savile Row, lieu du dernier concert des Fabs sur le toit.
Les endroits liés au Rock'n'roll à Londres il n'en manque pas... Si on aime les Kinks, on peut aussi passer à l'Archway Tavern à...Archway, lieu ou la pochette "Muswell Hillbillies" a été shootée. Malheureusement (ou heureusement?) je n'habite plus à Londres, mais j'y retourne assez souvent car j'y ai de la famille...
D'ailleurs je pense que ces jours-ci les auteurs du livre "recording the Beatles" étaient présents pour une porte ouverte à Abbey Road...

BOISSONT JEAN-CHARLES a dit…

Salut les fans du Zebra le plus célèbre...je reviens D'abbey Road....visite du studio 2 en particulier avec la charge d'émotions inclus dans le prix...extraordinaire...voir les pianos au fond sur lequel l'acord final de a day in a life a vue le jour...pfffoufff...je suis resté bien sur comme un gamin attardé et rêveur au fond de la salle là exactement ou ils se positionné lors des répètes et création...ringo avait la batterie placé a l'angle gauche au fond ...et puis il y a eu l'exposé de ces 2 gars passionnés par l'histoire d'Abbey road ...2 heures de bonheur...puis je mettre quelque photos cher Charlu sur le Blog pour tout les malades du Zebra ?

charlu a dit…

Whouahh merci pour vos retours.. et désolé pour les réponses tardives.. je percute avec retardement. Merci pour ces détails, ces anecdotes.. vraiment avant ma visite je n'imaginaispas une telle onde autour des clous..puis autant de monde franchement..j'ai fait la queue 1/2h en plein février pour prendre mon fils en photo.
Bref...JC.. tu peux m'envoyer qq clichés en mail (adresse en haut).. je veux bien diffuszer, sur ce billet décidemment très visité :DD

Merci Steph et JC

Poison tv demos a dit…

La pochette qui te fascine,eh bien moi j'en ai encore la chair de poule,quand dans un magasin du quartier latin j'étais tombé dessus et là mon sang n'a fait qu'un tour je me croyais devant un nouvel album des Beatles!
Sinon c'est dommage(enfin pour moi)je n'arrive plu à les écouter.

Jerry OX a dit…

Bonsoir Charlu ! Un album mythique ! Magique et indispensable ! sans rire , ce disque des Beatles c'est comme l'air et l'eau ...on ne peut s'en passer ! Je l'écoute au moins une fois par semaine et je ne me lasse pas de "Somtehing", "Come Together" et le sublime "Because" . la pochette est ganrdiose et O combien mythique et là , avec ce billet ou vous basculez de l'autre coté du miroir (enfin du disque ) vous réalisez votre fantasme ...et le notre ! gracias Amigo !

Jerry OX a dit…

Oups : de "Something" (c'est l'émotion )