mercredi 15 mai 2019

Ivan Tirtiaux



Je n'aime que ça. Des chansons sur les saisons, les cailloux, les fous, les rameaux, les feuilles sur des branches, des petits airs à tomber à se sentir vivant, des petites tranches de tout le monde.
Oh évidemment les références vont fuser, Higelin, Anselme, Jesenska, Simon, Tachan, un peuple de rosiers, Brassens et Martin, des ruades, De LaSimone... Ivan Tirtiaux joue ses chansons avec le pinceau d'un peintre.

C'est le temps des herbiers, des feuilles sur du papier, chacune de ses chansons à garder sur une feuille pour raconter à jamais, l'histoire des poètes de par chez nous. Le mois d’août dans le jardin du grand-père, je m'en souviens encore moi aussi, dans les plus tendres détails.
« Réveil » ?... jamais nous ne verrons grands les arbres que nous plantons. Nous n'avons pas planté ceux que nous arrachons. Pourtant dans les feuilles et les écorces nous vivons.

Des vents de cordes plein la tète, plein de musiciens derrière, c'est son deuxième album et je ne m'en lasse pas.

Ivan Tirtiaux 2019 « L'Oasis » label : le furieux

4 commentaires:

TonTonMusik a dit…

Du coup je ne suis pas réceptif, je trouve qu'il y en a trop comme lui ... ne se démarque pas, et c'est dommage pour lui. 🤢

charlu a dit…

Ouaih je sais, c'est un peu de ma faute.. j'en ai mis un paquet.. mais dans à la première écoute, j'ai entendu Higelin jeune avec De la Simone.. mais bon, plus y'en a plus, plus il est unique ;D
Sérieusement, les textes, le recul des humeurs et sa façon de chanter, j't'assure ça vaut plein d'écoutes.

Hervé Guilleminot a dit…

D'accord avec toi, Charlu. ça emporte. On ne sait pas où, mais ça emporte.

charlu a dit…

Complètement emporté.. rien que pour m'avoir emmené chez mon grand père qd j'allais y passer es vacances d'aout.