mardi 10 mars 2015

Robi 2015



Le fauve clinquant et chaud disparaît sous les frimas pop de Robi, un noir noyé par un teint blême et une lumière mélancolique et métallique.

Robi pour moi c'est toujours un voyage entre Arielle et Jeanne Balibar avec un son 80's aride et hypnotique.

 
Aucune espièglerie ici, « La cavale » plaque sa violence froide sur la carotide, la nuque cognée sur un mur de fonte. Si Luce est chaud, Robi est fou.
Les nappes plombées, les programmations syncopées, les lèvres rouges, c'est une danse belle et torturée sous de jolies fossettes blanches.

Jeff Halam n'est plus là, Dominique A non plus, elle vole seule juste après ce tremplin fantastique.. écriture, compositions, Robi resplendi gravement, magnifiquement.


Robi 2015 « La Cavale » label : AT(ho)me

Aucun commentaire: